Les Pages Jèrriaises

Geraint Jennings

(1966 - )

 

J'avais tréjous fait des poésies - j'l'aimais bein à l'êcole, et pis j'continnuais auprès duthant m's êtudes unnivèrsitaithes quand j'soulais faithe des traductions des poésies qu'j'êtudiais à seule fîn d'les apprêcier mus.

Quand jé c'menchis à êtudier l'Jèrriais, coumme dé raîson, j'fis des poésies en Jèrriais. Quand j'sis à marchi ou à pédaler sus ma bike, y'a tchiquechose dans l'rhythme tch'aîgue l'êcrithie d'poésie dans ma tête. Si j'vai tchiquechose dans l'ciel ou dans les clios ou par les c'mîns, bein, y'a tchique phrase tchi veint à l'esprit. J'travâle sus, et par l'temps quand tchi qu'j'arrive, né v'là eune poésie.

J'fais des poésies pouor les mousses et pouor d's occâsions spéciales - et j'aime acouo faithe des traductions. J'considéthe qu'iun des miyeu mouoyens d'annalŷser tchiquechose est d'lé traduithe - nou-s'est oblyigi d'faithe des chouaix.

Y'a des gens tch'aiment faithe des mots crouaîsis - pouor dé mé, j'trouve qu'la faîs'sie d'traduction d'poésies est eune calenge pouor man chèrvé.

Pus bas sus chutte page y'a tchiqu's'eunes d'mes preunmié poésies en Jèrriais.

Geraint Jennings

 

 

 

Lé Progrès et lé Clios



La tèrre a tremblié souos nos pids,
Lé bouais sé brûle auve des vertes fliammes.
J'ai goûté la douocheu des fruits,
Chu pays divin nouôrrit mén âme.

Lé passé m'tînt dans l'escliavage,
J'ai fraid bein qu'lé passé sait caûd.
J'avons corrompu not' paysage,
Mais i'faut sauvegarder nos clios.

Bein qué not' société d'vore
Les possibilités dé d'main,
Sauvez,sauvez les clios d'la mort,
Et, par exempl'ye, chu clios-chîn.
 

 

La r'source



Dans chu monde, i'y a bein d'problièmes
A tchi qué j'sommes accoûteunmés,
Mais j'oublie tout au moment même
Qué j'ouvre les bliues portes dé juilet.

La r'source d'la putheté du ciel
S'muche souos les bouais couronnés.
Les bouais morts sembl'yent êtèrnels.
Est-alle mousseuse et mouoillie, la vallée!

Agenouoilli sus l'hèrbe silente,
Ma vouaix èrsonne acouo eune fais:
"J'sis èrv'nu pour l'ieau vivante.
J'ai prîns l'ieau morte au temps pâssé."

Lé tchêne m'a couvèrt dé silence.
J'embraiche la tèrre bénie d'Jèrri.
La r'source mé donne eune s'gonde naîssance:
- "Bais. Ta fouai, mèn êfant t'a dgéthi."
 

 

Au d'ssus d'nos têtes - la paix est înmobile,
Les branques et nues sont petrifiées,
Et pus janmais jé n'vèrrons en chutte île
Lé dèrnié jour dg'iun êté Jèrriais.

Lé dèrnié jour nos brûle dé sa bieauté.
Et toute la tèrre vaîsinne en est caûffée.
Jé n'nos en allons pus senti d'ité
Lé dèrnié jour dg'iun êté Jèrriais.

Lé dèrnié jour, lé s'tembre est acouo liain
Soudain j'viyons les maîsons couronnées,
D'la leunmièthe fliottant dans lé bliasîn:
Lé dèrnié jour dg'iun êté Jèrriais.

Lé dèrnié jour, mais d'main vèrra un aut'
Bein qué, man Doue! jé n'peux pon y penser
Quand j'viyons courser au d'ssus d'nos têtes
Lé dèrnié jour dg'iun êté Jèrriais.

 

 

Dînmanche l'arlévée


Lé ciel 'tait bliu, les fielles 'taient vèrtes.
Eune fil'ye en bliu contre la muthâle
'Tait là endrait la f'net' ouvèrte
D'l'appartément oùest qu'jé travâle.

Lé ciel 'tait bliu, et la leunmiéthe
'Tait riche et jaune et couleu d'or:
Eune lueu êtrange, extraordinaithe,
Tchi dorait lé monde entchi hors.

J'èrgardais bein chutte fil'ye dorée,
Mais jé n'pouorrais pon vaie sa fache.
Ou 'tait trantchil'ye souos lé solé,
Ouaithe qu'la réalité s'egdache.

J'criyais qu'ché s'sait lé drein moment.
S'n êpaûle dans chu solé lithait;
San dos parfait, cliai et brillant
Mé fît penser: tout finnithait...

Tout finnithait, et i'n'y'étha rein
Sauf nous et chutte caûde leunmiéthe.
J'tais hors chu monde et chutte vie-chîn
Auve li et tchiques mots dé priéthe.
 

 

Lé mitheux


La fache qué j'adouothe driéthe lé mitheux
M'èrgarde, m'èrconnaît et m'aime à san tou.
À l'av'nîn, tous lus aim'thont mûs qu'ach'teu
Et j'saithons tout, entouo, au d'ssus, au d'ssous.

L'înmage d'mitheux rêpond à nos amours:
Ou nos soûffl'ye deux'trais douoches patholes dans l'tchoeu,
"Jé s'sons unnis - tchique an, tchique mais, tchique jour..."
Et i n'y étha pus ni d'chu monde ni d'mitheux.
 

 

Les vents ont renversé les monts,
Lé bliâsîn sembl'ye pus êpais.
I' dansent, les monts, sus l'horizon.
Lé solé a êmoûtchi lus sommets.

O leunmièthe! Mes muscles en béthont.
J'crais qué tout est destinné.
Les temps jouaiyeurs illeunminn'nont
Ma vîsion et mèn âme entchéthaûdées.

A ch't heu, j'touchons la véthité.
Oulle est partout, dans lé solé,
Les fielles et les êtailes êtînchellantes.

Analyser la véthité? Pourtchi?
Est-alle ouvèrte pour tous, man vyi!
Comme l'hèrbe et l'air et les ieaux russelantes.
 

 

J'ai tréjous cru qu'ch'est du niolîn,
Dé faithe un voeu pour l'av'nîn
Quand eune êtaile tchiyant des cieux
Cesse dé donner sa belle lueu.

Imaginez donc lé contraithe:
La Tèrre tchaie en leunmièthe,
Et liain sus tel ou tel planète
Tchiqu'un a l'idée dans la tête
Dé faithe un voeu ou dithe eune prièthe.
 

 

O, l'êté m'a donné chennechîn!
L'odeu des hèrbes, les sons des clios...
Jé l'connais tout, jé l'connais bein,
Mais i' né m'donne autchun èrpos

Chu monde modèrne m'a aveuglié,
La véthité a muchi touos ses traces,
L'atmosphèthe est pliein d'la feunmée,
Des vouaix, d'la musique et des m'naces.

Les bouais, les bouais sont jannes et vèrts,
Liains dé toute mithacl'ye contemporaine.
J'viyons tout ch'na, les ièrs ouvèrts.
J'pèrdons not' amour et not' haine.

L'ieau s'réville dans les criques,
L'aube annonce un jour dé fête,
Et coumme dans l'âge pré-atonmique
Les nues pâssent par-d'ssus d'ta tête.

 

 

J'm'enfonce dans l'fraid bouais,
Souos lé couvèrt êpais et sanctifiant.
Pèrdu, j'tâtonne man c'mîn, auve jouaie,
Entre l'hèrbe et les troncs pourrissants.

Bouonjour, bouonjour, bouais sanctifiant!
Lé ciel est blieu et clyi et liain,
Jé n'vais pon un bouais t'entoûrrant
Mais un bliu rouoyaume souosmathîn.

Lé son des clioches, l's ithangnies
Fliottent, dansant souotre mé
Né m'chèrchiz pon, j'vos en prie.
A ch't heu, j'sis hors la vaie,

Un cèrcl'ye magique m'a entouêrré.
J'ai oublié tout qué j'sais.
Jé m'sis pèrdu, jé m'sis trouvé.
J'm'en vais. Jé m'fonds. J'dispathaîs.

 

Un morcé dé Blok


Dans mèn âme, i' y'a eune trésor'rie,
Et nou m'a confié la clié.
Tu'as raison, ô êmanue bragie!
Ch'est vrai: dans l'vîn, i' y'a la véthité.
 

 

Impromptu pouor lé dînner du brancage 8/7/1998

Mèrcie bein des fais à Mess Lé Bro
Pouor aver offri chu fricot!
J'èrséthons ensembl'ye acouo eune fais auve Bob
Si, ès êlections pouor Connêtabl'ye, i' garde san djobbe!

 

Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings
Geraint Jennings

 

Les Pages Jèrriaises