Les Pages Jèrriaises

L'Année au suaithe

Les vièrs bouais craquent. Les fielles chuchottent, "Bétôt mînniet
Auve ses douze vouaix d'méta procliâm'tha l'millénaithe."
Les langues des clioches battent châtcheune des s'gondes libéthées:
"Mil neu chents nénante neu es'sa bétôt au suaithe!"

Mînniet veint vyi et b'sant, chèrgi d'deux mille mémouaithes
D'années oublieuses, d'hoummes trop prêssés, d'femmes affaithées.
Les s'gondes tchi veinnent es'sont êcliaithies et ligiéthes,
Les jours d'la s'maine èrfaits et les heuthes èrnouv'lées.

I' faut netti nos tchoeurs, nos mains, nos bouoches, et ouaithe
Qu'nou n'faiche janmais sèrvi nos langues en véthité,
Véthe, i' faut la procliâmer - ou acouo mus s'taithe
Et atchilyi les douze vouaix dé deux mille en paix.

Souos les vièrs bouais, j'viyons dé tchi extraordinnaithe:
L'année d'ach'teu, la faux lévée, tch'est à s'mêfaithe.
Prépathons san nièr suaithe, et lavons-la dé biéthe,
Dé vîn et dé champangne.... Bévons au Millénaithe!

 

Geraint Jennings
Dézembre 1999

Acouo un vèrset par Tony Scott Warren

 

Les Pages Jèrriaises