Les Pages Jèrriaises

Sonnet 49

Entréchîn qu'tu m'sgorne - s'tu t'en vas m'sgorner -
et faiche laie minne en viyant ma laiduthe,
quand tchi qu'tén amour étha cartchulé
san drein compte, ladgi sa dreine m'suthe;
entréchîn qu'tu m'pâsse en m'dêconnaîssant
sans m'èrgarder d'tan yi ensolilyi,
quand tchi qu'l'amour, chutte mathée en r'tchiyant,
étha dêlachi l'rotchi d'mén affit;
entréchîn chu temps-là, jé m'fique ichîn,
en pliaidgant acouo combein p'tit qué j'vaux,
et, atout ma main à mé, j'sis attînt
si trop longtemps j't'ai r'tînt - v'là tout man d'faut.
Tu m'fais ferre-pliaie en r'nonchant man pouôrre corps;
té faithe m'aimer s'sait dé t'aimer à tort.



William Shakespeare
Vèrsion Jèrriaise par Geraint Jennings 2016


 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises