Les Pages Jèrriaises

Papa et l'Paîsson d'Avri



Quand j'èrvînmes d'la boutique ès gâzettes à matîn, j'trouvis qu'Papa m'avait pendu eune coue au driéthe dé m'n annorâque.

“Oh Papa!” qué j'êcriyis.

“Paîsson d'Avri, man p'tit!” dit Papa auve un grand souôri. “Aniet, ch'est l'preunmyi d'Avri, lé jour des coues. Et né v'là eune coue pouor té.”

“Papa,” qué j'dis, “j'comprend bein pouortchi qu'lé preunmyi d'Avri est app'lé l'jour des coues, mais pouortchi qu'nou dit qu'eune farce est un paîsson d'Avri? Dé ioù qu'i' veinnent, les paîssons?”

“D'la mé, coumme dé raîson,” rêponnit Papa.

“Oh Papa!” qué j'r'êcriyis.

“Mais dame, ch'est vrai!” protestit Papa. “Ch'est eune vielle couôteunme des pêtcheurs. Ch'tait au c'menchement du mais d'Avri qu'les maît's des batchieaux soulaient prendre des nouvieaux pêtcheurs, d's apprentis, pouor la saîson – et bein seux qu'les anciens d'l'êtchipe à bord faithait d'lus mus pouor faithe des farces et jouer des triques pouor haler sus la gambe ès pouôrres innouothants.”

“Tchi sorte dé farces, Papa?”

“Oh, l's envier en Ville pouor acater d'la peintuthe rîlyie pouor lé baté, ou bein acater dg'hielle dé pid d'alouette pouor graîssi lé grélîn à bord, et ainchîn d'même – mais bein seu qu'étant des pêtcheurs, il' aimaient attatchi un paîsson - du maqu'thé, du lieu ou ofûche eune coue d'andgulle, et d'préféthence bein pouôrri - ès coues d'la câsaque à l'apprenti et pis l'envier faithe des m'sages. Les Gouôrrelais et les St. Aubinnais et les Villais lus en appèrchévaient dé ches apprenti tchi traînaient un paîsson tch'înfectait les sept b'lettes driéthe lî sans pouver saver dé ioù qu'l'odeu v'nait. Et né v'là tout un tchoeu d'brais motcheurs dans la rue: 'Paîsson d'Avri! Paîsson d'Avri!'”

“Lus câsaques avaient des coues, Papa?”

“Bein seu, man p'tit, car l's habits du temps pâssé 'taient bein pus formels qu'les cheins qu'nou met aujourd'aniet. Quâsiment tout l'monde portaient des tappeurs et des câsaques à coue d'héthonde, tout coumme dans les vièrs portraits. Les pêtcheurs soulaient pêtchi dans des tappeurs, des corsets d'oeuvre, des câsaques à coue d'héthondes et des hautes bottes, et dans les clios les fèrmièrs travaillaient dans des bliancs gants et des blianches papillotes lé tou du co, mais i' né portaient pon d'tappeurs en dêfouissant car les tappeurs né faîthaient qué tchaie.”

“Mais n'tait-i' pon bein sale, Papa?”

“Oui-dgia, nou-s'avait à scrobber et à ouachinner sa câsaque à toutes les carres duthant la journée quand nou pâssait un dou à laver. Et né v'là pouortchi bein des jannes gens aimaient mus aller travailli en Ville dans eune boutique, ou eune office, ou dans un hôtel ou restaurant. Et quand les jannes pêtcheurs tchittaient chu mêtchi-là, i' v'naient en Ville trouver un mêtchi d'paîssonyi, ou du travas dans eune tchuîsine d'hôtel ou d'restaurant à graie des paîssons pouor les couques – car i' n'voulaient pon compliètement laîssi les paîssons en tout cas. Et quand vînt lé preunmyi d'Avri, i' fîtent des farces s'lon la vielle couôteunme des pêtcheurs. Et les gens d'la Ville dgettaient pouor vaie tchi qui s'sait lé preunmyi à êt' tritchi. Y'avait don eune cèrtaine compétition entre lé pèrsonnel des difféthents restaurants à St. Hélyi à êt' lé preunmyi à heunmilier l'chef en publyi, en lî pendant eune coue quand i' sortithait du restaurant pâler ès clients ou ès marchands au marchi. Au c'menchement du mais d'Avri nou vèrrait dans l'marchi, dans la rue Morier, dans la Grand' Rue et la Rue d'Driéthe, des couques tch'avaient mîns lé pid d'houors pouor faithe lus affaithes lé matîn du preunmyi d'Avri à traîné des coues sus lus câsaques à coues d'héthondes – qué ché s'sait eune coue d'tchian d'mé ou des tentatchules dé cônet ou un rouoge héthan ou eune chaîne dé coues d'paîsson et d'aut' salop'thies d'la tchuîsinne couôsues ensembl'ye, ou y'en avait tchi pendaient eune coue en papi à la câsaque du pouôrre balloque dé tchuîsinnyi auve un m'sage êcrit sus, coumme par exempl'ye 'Codpîsiz-mé!'. Înmaginne chein qu'les couques soulaient crier quand i' dêcouvrîtent qué nou lus avaient pendu eune coue d'même – mais nou-fait man p'tit, n'l'înmaginne pon car tu'es trop jannes pouor înmaginner d'itelle juth'thie. Ah, les teurbleudes et l's abidammes! Et quand les gens dans les boutiques ouïyait tchitch'un juther coumme un tchuîsinnyi, i' soulaient sorti pouor vaie la belle farce tch'avait 'té faite. Et les cheins d'la Ville soulaient êcouter bein partitchuliéthement pouor ouï la preunmié d'ches farces, car l'chein tchi ouït lé preunmié tchuîsinnyi auve eune coue pendue sus éthait d'la bouanne chance toute l'année.”

“Pouortchi chenna, Papa?”

“Bein, ch'est tréjous la bouanne chance dé ouï lé preunmié couque-coue d'l'Èrnouvé!”

Ou savez qué pouor man Papa châque jour est l'preunmié d'Avri car il est un fichu vièr menteux.

Geraint Jennings
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises