Les Pages Jèrriaises

Sonnet 109

Oh n'di janmais qué j't'avais fait d's accraithes,
ouaithe qué m'n absence semblyîsse molli man feu.
Tchitter mé-même s'sait d'itelle sîmpl'ye affaithe
qué dé m'cârrar dé m'n âme tch'est dans tan tchoeu.
Ch'est là ma tâne d'amour; pouor dé mes viages,
ch'est tréjous qu'un viageux est pouor èrv'nîn
recta sus l'heuthe, tout coumme i' va sus l'âge -
tout l'ochéan pouor mé, ch'est des lav'chîns.
Oh n'crai janmais qu'j'avais 'té affouaiblyi
par touos l's ohièrs et d'fauts dans ma natuthe,
qué m'n hounneu s'adonn'nait drôlement souaîbie,
si dans tan trésor, jé n'viyais fistuthe.
Car j'appelle chu grand unnivèrs un rein,
mais d'pis qu'tu'es là d'dans, ma rose, ch'est tout l'mein.

William Shakespeare
Vèrsion Jèrriaise dé Geraint Jennings


 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises