Les Pages Jèrriaises

Chein tch'est Êcrit n'peut être ôté...

Pouor les cheins tch'aiment la littéthatuthe Jèrriaise, ch'fut eune surprînse dé liéthe dans la Gâzette du 21 dé Dézembre l'articl'ye dé Rob Shipley. Bein seu qu'not' Wace fut mentionné mais où'est qu'i' 'taient les grands auteurs d'la langue Jèrriaise dépis? À chein tch'i' pathaît Mess Shipley l's avait oublié.

Viyant qu'nos auteurs (acanté les cheins dé Dgèrnésy) avaient înspithé la r'naîssance littéthaithe du dgiêx-neuvième siècl'ye dans la Grand' Tèrre, ch'fut ravissant d'n'aver pon veu deux-trais mots entouor Messire Robèrt Pipon Mathet. Messire Robèrt, tchi faîsait sèrvi l'nom-d'plieunme Laelius et tchi d'vînt Connêtabl'yé dé St. Hélyi et Bailli d'Jèrri, 'tait admithé ichîn, en Dgèrnésy et en France. Nou-s'a suggéthé qu'ieune d'ses poésies înspithit Victor Hugo - ch'est cèrtain qu'François-Victor Hugo r'publyit sa ''Fille Malade'' dans "La Normandie inconnue". D'aut's auteurs Jèrriais tchi fûtent patronnés par lé grand Victor 'taient Ph'lippe Asplet (L'Anmîn Flip) et Jean Sullivan. Sullivan, tch'êcrivait dans les trais langues, connaîssait l'Lord Tennyson, tchi v'nait en Jèrri vîsiter san fréthe, et fit des vèrsions d'ses poésies. San Victoriennisme entchéthinné n'est pon ofûche au goût d'tout l'monde, mais i' voulait êl'ver la littéthatuthe Jèrriaise au pus haut nivé. Et nou peut dithe qu'Henri Luce Manuel, l'Juge A.A. Le Gros, l'Juge Ph'lippe Langliais l'avaient fait duthant l'siècl'ye.

Lé caractéthe dé Bram Bilo înventé par Ph'lippe L'Sueux Mouothant d'vièrs la fîn du dgiêx-neuvieme siècl'ye d'vînt d'siette un cliassique - les histouaithes dé Bram Bilo à la vendue et la vîsite à Paris restaient populaithes même quand l'auteu fit coumme Conan Doyle en tuant s'n héros. Les histouaithes d'la fanmil'ye Pain tch'appathaîssaient dans les gâzettes pouor la Preunmié Dgèrre Mondiale n'avaient pon l'même succès.

Cahouain (George W. dé Cart'ret) tch'êcrivait d's histouaithes et des commentaithes châque sémaine dans les gâzettes fut iun des preunmièrs à êcrithe du Jèrriais pouor l'Eisteddfod, mais ch'fut Elie (E.J. Luce) tch'encouothagit l'êcrithie en Jèrriais l'pus. Y'a-t-i' ieu eune Séthée Jèrriaise dé l'Eisteddfodd sans eune èrcitâtion d'sa plieunme? S'i' n'avait pon mouothi duthant l'épidémie d'1918, il éthait continnué sans doute l'êcrithie d'pièches dé thiâtre. D'pis chu temps-là j'avons liu chein tch'ont êcrit Fraînque Le Maistre, George d'la Forge (George F. Le Feuvre), tchi gângnit l'Prix Littéthaithe du Cotentîn en 1974, Douard Lé Bro (Edward Le Brocq) auve ses Ph'lip et Merrienne et d'aut's auteurs tch'ont êcrit dans les magâsîns et les gâzettes.

Si j'n'avons pon acouo d'grand roman en Jèrriais, j'avons un amas d'poésies et d'histouaithes en Jèrriais entouor Jèrri et les Jèrriais. Bouonne liéthie!

Geraint Jennings

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises