Les Pages Jèrriaises

Au Châté d'Ballerouai (Calvados)

Dînmanche lé neuf d'Août 2009

...Lé c'mîn d'la bouaîs'sie rouôle épis auprès l'grand carrefour ch'est l'alanchie dans la vallée. Lé village dé Ballerouai est êtrangement êtrav'lé sus eune montée - j'rêalisis la raison pouortchi à la siette quand j'apprîns au Châté qué la pliann'nie du village et du Châté allaient d'un co. I' n'y'a rein d'natuthé dans la craîssance du village. J'poussis la bike amont l'mont et au haut ch'fut bliotchi en tout cas pouior des courses à bike. Ch'est d'tchi mangnifique dé vaie ches dgaîngues dé cyclistes drisser grâcieusement amont l'mont. L'entrée du Châté 'tait à drouaite. J'partchis la bike et allis acater un titchet. À l'entrée du Châté y'a eune hèche et la vraie entrée est d'un bord. Dans la boutique, j'acatis un titchet pouor raîque lé Châté - j'pouôrrais vivre sans l'musée des ballons. J'fus l'chanceux car la vîsite dgidée s'n'îthait dans tchiques înstants. La d'mouaîselle, not' dgide, 'tait capabl'ye. Commentaithes d'întéthêt: i' n'y'avait rein ichîn d'vant la bâtithie du Châté et du village; un sapîn a tréjous 'té plianté coumme mèr à l'aut' bord du village; en s'appréchant, l's êtabl'yes sembl'yent eune partie du Châté à seule fîn d'agrandi l'ensembl'ye d'architectuthe, ouaithe qu'i' sait nécessaithe dé garder les j'vaux à l'êcart pouor la santé; lé gardîn à la Française soulait êt' driéthe lé Châté jusqu'à la Révolution, mais nou-s'avait r'grée un gardîn à la Française l'avant au Châté au c'menchement du vîntchième siècl'ye.

Ouaithe qué j'eûsse espéthe du kitsch dans l'Châté, à dithe la véthité la restaurâtion est întérêssante. Bein seux, ch'n'est pon eune restaurâtion d'héthitage, car chenna a 'té fait par la fanmil'ye Forbes. La collection d'portraits des Martchis d'Ballerouai est pus méthitouaithe qu'j'avais espéthé - et ch'est grâce au Sieur Forbes qu'ches portraits ont 'té rêunnis dans l'siez-sé d'lus anchêtres. Les stchulptuthes en bouais du pliafond et les peintuthes d'la fanmil'ye Rouoyale dé France qu'les seigneurs sèrvaient sont mangnifiques - et chenna auve lé pliafond peint auve les saîsons les les sîngnes dé Zodiaque. Les chambres meubliées atout des portraits et êffets du dgiêx-neuvième siècl'ye sont du bouôn goût, et à la fîn nou peut extchûther les lettres d'èrmèrcîments et les photos du Sieur Forbes.

Lé colombyi est împressionnant. À chein tch'est êcrit, nou-s'en prannait 40,000 p'tchiots d'pigeon par an.

J'acatis des cartes potales - lé café n'proposit rein d'întéthêt, ouaithe qué j'eûsse bein prîns dé tchi coumme des clièrgeons m'nichaient d'êcliaithi l'Châté.

Les courses à bikes 'taient acouo en allant. J'poussis la bike quâsiment jusqu'au sapîn et j'vis pâsser les cyclistes eune dreine fais. La route rouôlait d'vant r'jouaindre la grande route pouor Bayeux...

Geraint Jennings

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises