Les Pages Jèrriaises

Ch'est du grec!



I' sembl'ye qué j'éthons à haler nos brochettes, not' hielle d'olive et not' vîn rôsinné, car ch'est l'année des Grecs.

Bein seu qu'j'avons les Gammes Olympiques à Athènes ch't Êté, la partie Grecque dé Chypre a r'joint l'Unnion Ûropéenne, et même Hollywood s'est hellennisé en faîthant un nouvieau film entouor la Dgèrre dé Trouaie, et v'là tch'est eune fanmeuse histouaithe, mais complyitchie!

Paris dé Trouaie, tch'avait r'chu la Pomme d'Or, la donnit à la dêesse d'amour tchi lî offrit Hélène, dé tchi la fache lanchit mille navithes.

La batâle des Grecs contre les Trouaiens nos a donné tchiques expressions, mais i' faut s'mêfier des Grecs tch'apportent des présents. Et il en est d'même au jour d'aniet, car dans la racachie dé virus, dé vèrs et d'aut' bêtîn tch'arrivent sus nos compiuteurs, y'a des souô-disant j'vaux dé Trouaie, du mêchet dêdgîsé tout coumme les soudards Grecs dans lus j'va en bouais.

Eune faiblièche est tchiquefais app'lée eune quévil'ye d'Achille pa'ce qué la g'vil'ye 'tait la seule partie du corps au brave dgèrryi Achille tchi n'tait pon protégie.

S'ou voulez crier des houzzas à seule fîn d'supporter vos athlètes ès Gammes, i' vaut aver eune vouaix dé stentor. Stentor 'tait un soudard Grec dans la siège dé Trouaie tch'avait des ponmons coumme un porte-vouaix.

Ouaithe qué j'ayions tant d'expressions classiques, les Jèrriais aiment bein mus l'grannit qué l'marbe. Mais ché s'sait-i' pôssibl'ye qué l'Fort Régent sait not' Acropole? Assa, ch'est du Grec!

2004

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises