Les Pages Jèrriaises

La Sèrvelle dé Noué

'Twas the Night Before Christmas....

Ch'tait la Sèrvelle dé Noué, et dans toute la maîson
Même les p'tites souothis, ieux, n'osaient pon faithe dé son.
Les cauches 'taient pendues là sus l'ais du fouoyi
Dans l'espé qu'Papa Noué s'n'allait v'nîn les remplyi.

Les mousses 'taient cauds coumme des mouossons dans lus lyits
À rêver à codrettes et d'aut's chucrinn'nies.
La bouonnefemme et mé, étant hardi lâssés,
Avêmes justément mîns nos vièrs bonnets dé niet,

Quand là bas dans l'bel y'eut un té pataflias
Qué j'mé l'vis d'un ambron pouor vaie tch'est qu'i' y'a.
J'couothis à la f'nêt' et j'ouvris les volets
Et jé l'vis vite la sèche et j'èrgardis la né.

En d'houors tout 'tait cliai sus chu bieau blianc lîncheu,
La leune lithait d'même qué nou dithait méjeu.
Mais tch'est qu'est chenna? Jé n'criyais pon mes ièrs:
Ch'tait un p'tit traîné halé par huit pétits chèrs.

Lé cacheux sembliait d'eune itelle allégresse
Qué j'réalisis qué ch'tait bein Saint Nic'less.
Et ses chèrs couothaient quédaine et bieaux dans la né,
Et lé cacheux sûffliait et criait et l's app'lait:

“Huye, Couotheux, huye, Danseux, huye, Sauteux et R'nard,
Huye, Conmète et Cupidon, Ôrage et Êpart!
Amont lé pîngnon, amont et à haut,
Dêpêch'-ous, mes chèrs! Et dêpêch'-ous touos!”

Ligièrs coumme des fielles mortes ventées d'sus les bouais
Tchi volent vèrs lé ciel quand y'a d'tchi dans la vouaie,
Lé p'tit traîné volit jusqu'à la cheunm'née
Pouor d'livrer la grande poutchie à Papa Noué.

Et pis sus lé lief, jé ouïs là-haut d'un co
La piétinn'nie dé trente-deux pétits chabots.
J'm'èrtouônnis et j'trouvis lé v'la endrait mé
Saint Nic'less tch'avait d'vallé la cheunm'née

Habilyi en pé dé sa tête à ses pids,
Et ses habits 'taient couvèrts dé chendres et dé sie.
Sus san dos i' portait sa poutchie dé jouettes,
D'oranges, dé preunes scandies, d'chucrîns et d'codrettes.

Un souôri à sa fache, et des ièrs bein heutheurs,
Ses joues coumme des roses, et san nez coumme un tchoeur!
Sa bouoche 'tait conmique coumme i' ritonnait,
Et sa longue barbe êpaîsse 'tait blianche coumme d'la né.

Sa pipée dé p'tun l'enfuntchait, ma fé,
Entouothant sa tête coumme s'i' 'tait couronné.
Sa fache 'tait bein ronde et san ventre gras et bé
et v'là tchi châtchait coumme eune bollée dé g'lée.

I' 'tait gros coumme un bârrique, chu moussieu bein rond,
En en viyant sa fache, j'tais dgai coumme un pînchon.
I' m'fit eune révéthence, coumme si pouor mé mouontrer
Qué j'n'avais pon d' raison pouor m'en mêfier

I' s'mînt au travas, sans même dithe un mot
Et remplyit les cauches, et s'èrtouônnant acouo
M'fit un grand clyîn dg'yi et tapit san nez
Et en silence èrbondit amont la cheunm'née.

Et r'assis dans san traîné, i' sûfflyit ès chèrs
Et là i' lus en fûtent acouo d'vant m's ièrs
Mais jé l'ouïs excliâmer d'vant qu'i' n'fûsse hors la vaie
“Bouonne niet, mes bouonnes gens, et un hardi Bouan Noué!”


Vèrsion Jèrriaise par Geraint Jennings
Dézembre 2003

 

Bouan Noué!

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises