Les Pages Jèrriaises

Ch'est l'Èrnouvé, j'avons trop hivenagi

Ch'est l'Èrnouvé, j'avons trop hivenagi;
lé tchoeuryi s'brûle au pilôsi;
l'Èrnouvé r'veint eune billionnième fais d'siette;
la tèrre sé dêcliève auve les g'zettes,

lé ricolisse en bouais et les gênottes:
les pliantes sont libéthées d'lus m'nottes;
la tèrre sé souôlève d'eune saîson en souîn
et monte sén êtchelle d'êcaûffîn,

auve châque broque à pilvâtchi la stchelette
d'l'Hivé, achteu mînchie en miettes
dêbrotchies; nou pilvâque raîque sén ossâle
souos tchi la vèrduthe s'embréhâle;

les carpéleuses capèlent, j'sommes empouèrchis;
j'ouïyons tout l'tou les moûques à myi;
la fraid s'êdgène auve sén ag'nage èrné:
né v'chîn la bieaute du R'nouvé.

Geraint Jennings


 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises