Les Pages Jèrriaises

L'anmîn au tabouothîn


Mr. Tambourine Man



Hée, l'anmîn au tabouothîn, joue acouo pouor mé,
J'n'ai pon sommé, et n'y'a autchun bord qué j'dais aller.
Hée, l'anmîn au tabouothîn, èrjoue don pouor mé,
Et j'm'en vais t'siéthe dans la sonn'nie d'la matinnée.


Lé rouoyaume dé mes séthées
a 'té n'yé dans l'sablion,
J'en ai oublié lé nom,
I' m'a tchitté pouor bouôn,
Mais jé n'dormithai pon.
J'sis lâssé et êmèrvilyi,
J'sis mèrtchi sus les pids,
Et lé monde qué j'ai mantchi
A viédgi les c'mîns dé vie
Et n'y'a pon d'rêvillon.

Hée, l'anmîn au tabouothîn, joue acouo pouor mé,
J'n'ai pon sommé, et n'y'a autchun bord qué j'dais aller.
Hée, l'anmîn au tabouothîn, èrjoue don pouor mé,
Et j'm'en vais t'siéthe dans la sonn'nie d'la matinnée.


Prends-mé, fai mé viagi
Sus tan baté dé magie,
Car man corps est trop âgi,
Lâssé, êdgéthé, bragi,
Jé né peux pus rêagi,
Mais mes pids encouothagis
Lus en vont dithe adgi.
J'sis prêt à aller autchun bord,
J'sis prêt à aller hors,
Et si tu'enchorchelle man corps
Auve ta mûsique et tes chor-
-chéthons, j'éthons du ji.

Hée, l'anmîn au tabouothîn, joue acouo pouor mé,
J'n'ai pon sommé, et n'y'a autchun bord qué j'dais aller.
Hée, l'anmîn au tabouothîn, èrjoue don pouor mé,
Et j'm'en vais t'siéthe dans la sonn'nie d'la matinnée.


Ouaithe qu'i' y'ait l'travèrs du solé
Des ris et cris dé jouaie,
N'y'a ni malheur ni mêché;
Ch'est m'n esprit à s'êcapper
Et sauter par les fôssés
Du ciel et hèches en l'air.
Et si tu ouai saûticoter
Des pids dansants d'vèrsets
Coumme tu'es à tabouothinner,
Ch'est un bouffon driéthe té
Qu'tu'es supposé d'îngnorer;
Ch'est un ombre d'la niet
Qu'il est à chèrchi dans tes ièrs.

Hée, l'anmîn au tabouothîn, joue acouo pouor mé,
J'n'ai pon sommé, et n'y'a autchun bord qué j'dais aller.
Hée, l'anmîn au tabouothîn, èrjoue don pouor mé,
Et j'm'en vais t'siéthe dans la sonn'nie d'la matinnée.


Fai-mé dêpenser en feunmée,
Enfuntchi dans l'chèrvé,
Dans la bliâse du temps pâssé,
Bein au liain des fielles gelées
Et d'la bouais'sie vîsionnée,
Au vent et à la mathée,
À l'abri du ma, d'ses dés
Et dé ses folles mains.
Véthe-dgia, des dgiamants à danser
Dans l'ciel en libèrté;
J'sis silhouetté sus la mé
Auve des cirques à cirtchuler
Sus l'sablion dé destinné
Où'est qué ma mémouaithe est n'yée,
Laîsse-mé don oublier aniet
Jusqu'à tan lendémain.

Hée, l'anmîn au tabouothîn, joue acouo pouor mé,
J'n'ai pon sommé, et n'y'a autchun bord qué j'dais aller.
Hée, l'anmîn au tabouothîn, èrjoue don pouor mé,
Et j'm'en vais t'siéthe dans la sonn'nie d'la matinnée.

 

Originna en Angliais par Bob Dylan

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises