Les Pages Jèrriaises

La Tempéthatuthe


I' fait fraid J'èrchus man p'tit thèrmomètre gratuit d's Êtats un mio trop tard pouor l'achie d'grippe, mais ch'tait un souôlagement d'vaie ma tempéthatuthe en couleurs. Au jour d'aniet, j'avons siez nous des thèrmomètres digitaux, êlectronniques et à litchide cristallîn, au run des vièrs thèrmomètres à vif-argent. En pâlant d'ches thèrmomètres à vif-argent, i' m'sembl'ye qu'les nosses dévthaient aver d'la forche au pouongnet, viyant qu'i' daivent pâsser bein du temps à châtchi ches thèrmomètres.

Même si y'a des tempéthatuthes êl'vées parmi la populâtion, la tempéthatuthe d'la saîson a r'fraidgi auprès un bein doux S'tembre. Nou dit qué ch't' année a 'té parmi les pus caûdes s'lon les r'cords, ouaithe qu'nou n'fûsse pon vraînment rôti en Êté. Et des scientistes, d's expèrts et des politiciens lus en vont au Dannemar à seule fîn d'distchuter la caûff'thie globale à Copenhague. I' faut battre lé fé tandi tch'il est caûd.

Pouor l'restant d'nous, j'allons rester au coin dé s'n âtre à s'caûffer atout un vèrre caûd, ou ofûche ahonmardé dans sa grand' tchaîse auve la caûff'thie centrale bein réglyie et eune modgie d'thée d'amain. Mais i' vaut aller hors vaie chein qu'i' y'a duthant la Fête dé Noué: la chant'tie d'cantiques, les c'mîns d'la Ville êcliaithis, les pathades et les marchièrs.

La fraid n'vaut rein à pèrsonne, mais i' faut tréjous du su auve lé doux. Nou n'apprécie pon d'abouon d'êt' au caûd sans saver la fraid. Mais y'a l'trop, y'a l'trop p'tit et y'a l'tro à pêtri - nou n'apprécie pon eune fraid d'tchian, ni eune fraid mucre tchi vouos pâsse lé travèrs d's os. Tout coumme, y'en a tch'aiment aller nagi dans la mé quand l'temps est gliaichi. Et pouor les cheins tch'aiment faithe du ski ou du patinnage, si la natuthe n'peut pon offri d'la né et d'la gliaiche, la technologie peut satisfaithe ès d'mandes dé ches sports-là.

Pouor dé mé, j'n'aime pon grénotter, ni drotchi sus des drisses par les c'mîns en Hivé. Nan-dgia, j'sis pus à co coumme lé vièr garçon d'Messire Robert Pipon Marett: j'sis mus "assis à s'n aise auprès du feu". Caûde feunmée vaut mus qu'fraid vent, valet!

Geraint Jennings

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises