Les Pages Jèrriaises

Ès neuches d'achteu, les mathiés tînfés d'cipre


Ès neuches d'achteu, les mathiés tînfés d'cipre
espéthent la ralleunm'thie des néthes chandelles.
Eune trivelaine dé hardgieaux en deu lus fripent
en faîthant la carre d'auve les tristes hardelles.

Dans la chapelle y'a un couochon à graisse
tchi pèrche lé lief atout ses cris pit'leurs.
Ses ièrs couis plieuthent. Les hardelles halent lus tresses.
Les nord-êts cliatchis des hardgieaux sont dueurs;

lus habits d'deu sont tatchis d'sang tchi fait
piailli acouo piéthe la pouôrre bête à saie.
Les hardelles dêmêlent lus longs g'veux en raies.
La bru dans l'pité est pitchiabl'ye à vaie...

Geraint Jennings

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises