Les Pages Jèrriaises

George William de Carteret - "Caouain"

(1869 - 4/9/1940)

George William de Carteret - Caouain

George Williamme dé Cart'ret, né à St. Pièrre, 1869, fis George (1839) et Eliza Anne Le Feuvre - fis George Jean (1809), fis George (1779), fis Jean (1731), fis Jean (1695) . . . . décédé 1940.

Fèrmyi à St. Pièrreet pus tard Ségrétaithe dé l'Union des Fèrmièrs dé Jèrri. I' fut étout dans san temps lé Vîngt'nyi Militaithe pouor lé Ouêst d'l'Ile. Un raide bouon orateur, qué li, et un Jèrriais (auve les vièrs traits caractéristiques des Nouormands d's Îles) tchi n'avait pon d'peux dé s'n ombre. Il êcrivit eune mâsse d'articl'yes et d'vèrsets, la grand' partie souos l'nom d'plieunme du Cahouain pouor "Les Chroniques de Jersey" châque sanm'di. N'y'a pon 'couo tant d'années qu'nou ouiyait souvent les gens dithe comme ch'la, en d'visant l'dînmanche, "Av'ous liu l' 'Cahouain' chutte sémaine?", ou " Crai-tu qu'lé 'Cahouain' 'tait bouon hièr!" ou acouo, "Ch'est seux qué l' 'Cahouain' n'n'étha un bouon but entouor ch'la sanm'di!"

Un r'citeux et comédien dé toute preunmié clâsse, George W. d'Cart'ret d'visait un fanmeux Jèrriais d'St. Pièrre tch'était raide pliaîsant à ouï. Nou s'rappelle dé li partitchuliéthement justément d'vant la dreine dgèrre, quand i' s'mouontrait raconteux par excellence à des séthées bein heûtheuses qué nou-s-avait ensembl'ye, et étout quand un fliotchet d'nous j'fînmes viage à Chèrbourg, à l'învitâtion d'La Société Alfred Rossel. Dé nouos jours nou-s-appell'lait chu pâssé - les bouons vièrs temps, véthe, les bouons vièrs temps!

Notre Caouain

Né v'chîn deux'trais lingnes êcrites à sa mémouaithe en 1940 :

" . . . . . il est bouon d'saver qué jusqu'au drein i' pathaissait aussi frais comme tréjous-d'bouonne heumeu, lé r'gard cliai, la fache êpannie et hardi pliaisant à êcouter, Jé fus l'vaie pas longtemps d'vant tch'i' mouothisse et j'vouos asseûthe tch'i' m'pathut comme dé tout temps-l'emblième dé l'intelligence, et d'caractéthe èrmerquabl'ye.

"Il 'tait d'un esprit mèrveilleux, grand penseux et grand raconteux, possédant eune înmaginnâtion raide capabl'ye et l'întellect d'un savant. Il aimait faithe les gens rithe ; il 'tait tréjous prêt à entanmer l'risibl'ye pouor faithe pliaîsi ès cheins tchi l'êcoutaient.

"Nou l'èrgrett'ta, mais nou pens'sa en li souvent en liêsant et en r'citant ses pièches et sa poêsie, et pouor nous tchi l'avons connu i' restétha dans not' souvenin comme un Jèrriais d'la preunmié trempe et un bouon vièr corps.

"A la préchaine, Cahouain, nou t'èrvèrra tchique jour!"

 

   
 

 

Les Pages Jèrriaises