Les Pages Jèrriaises

Caouain et la Bataille de Flieurs

Le Chef est diversément intérêssi dans la Bataille de Flieurs, sustout dans chés classes-là qui son remplyies par les campagnards, et l'aute jour i' m'dit : 'Caouain, va-t-en dans la campagne prendre des rensignements et tâche de dêcouvri si les difféthentes pârraisses s'en vont y prendre part ch't année.

Je vos asseûthe que la job qu'i' m'donnait était pas mal difficile.

Ou-est que je d'vais aller, mé, pour de l'information?
J'avais veu sus la gâzette qu'i' s'en allait y-aver un meetin' dans la pâraisse à Douard, ch'est pourtchi je m'en fut par-là prumièthement.

Je trouvi les parouaissiens bein tchièdes en compathaison avec les autres annèes.

I' y-en avait parmi les grands qui disaient: L'affaithe n'en vaut pas la peine de s'dêrangi pour si p'tit d'chose et quant à nous je n'aithons rain à y faithe.

D'autres disaient: Ch'est un tas d'embarras pour bein p'tite chose, mais si nos gens y prennent part nou lus donn'na si-en cas un p'tit coup d'main, pour dithe que vaithe.

Je dêcouvri ettou que certaines jennes demonaîselles étaient un mio jalouses des siennes qu'avaient 'tai sus la ' car' les deux autres années, et aithaient voulu y'aller ettou, ieux, car i' s'comptaient tout aussi belles, si pas pus, qu'les siennes qui furent lus y parader.

Et quand je vit tout ch'la, je dit à mé-même : Caouain, i' n'y-a pas grand entraîn ch't année dans chute contrée ichin, mais nou verra tch'est qui s'arrivetha au meetin'.

Bon! en r'gardant l'Evening Post de Jeudi au sé, je vis qu'i n'se trouvit qu'un seul pârouaissien au rendez-vous et que l'meetin' fut abandonné.

Tch'est qu'tout chenna veur dithe, don?

* * *

La même séthée i' y-eu un meetin' à St. Cliément, et selon touos les rapports, les bouannes gens d'par-là sont êtchoeuthés ettou. Ou-est qu'est lus grand' tchéthue de i' y-a tchiques années don?

Sans doute i' faut inventer tchiquechose de nouvé touos l's ans, mais dans une pârraisse comme la leu, i' n'dévthait pas y-aver grand' diffichulté.

Ch'est quasi dommage que Henri fisse la propsition d'abandonner tout comme chenna, car mé, bête de Caouain j'éthais peu lus faithe une suggestion pour un ' exhibit' qu'éthait 'tai seux de gâgni le prumi prix et tout probablyement le Prix d'Honneur ettou.

I' n'est p't être oquo pas trop tard!

* * *

V'chin man plian.

D'abord, i' faudrait engagi le pus grand trolley que nou pouorrait trouvé. Opprès chenna, s'asseûther de la co-opération à Frainque, qui tout probablyement prêt'tait sa neuve machine à netti des toumates. Nou la mont'tait sus l'mitan du trolley et pis tout à tou i' faudrait une douzaine de sprayeurs bein êtchuthés pour l'occasion. Le trolley et la machine es'saient décorés avec des rouoges et des bliues flieurs, les deux couleus en êgales proportions (un point bein important, ch'tis-là) et tout l'biznesse traîné par les siex pus biaux ch'vaux d'la pâraisse.

Chàque s'prayeur es'sait remplyi d'ieau d'Cologne et les tuyaux es'saient entre les mains des pus belles jeunes filles que la pârraisse pouorrait fourni.

Duthant le défilé i' spray'thaient les spectateurs des deux côtés d'la route et tous es'saient si enchantés de l'êffet des deux couleurs entremêlées et es'saient si manièthe d'enivrés par l'odeur du scent qu'i vot'taient pour St. Cliément des deux mains.

Ah ça, erpensez-y, garçons, car ou z-admettrez que ma suggestion méthite vot'e considéthâtion.

* * *
Au moment d'êcrithe, je n'ai pas peu aver auchune information quant ès dêmarches dans l's autres pârraisses.

St. Brelade absolument s'en va tâchi de prèserver sa haute réputation, et nou dévthait s'attendre à tchiquechose de la pârraisse au bouan berger, seulement i' faut espéther qu'ils amend'dont sus lus êpeûthas de l'année passée qui tounnirent les sens à deustrais femmes.

* * *

Dans l'couothant d'une semaine ou deux, si je peux collecter tchiques nouvelles sus les prépathâtis, je n'manquethai pas à vos en faithe part.

* * *

Mé, Caouain, qui viage le nièt et qui n'aime pas la lumiéthe, je sis bein embarrassé dépis tchique temps, et je me d'mande comment qui faudra que j'm'y prenje pour allé dans la pâraisse au bouan berger.

Vèthe, j'ai ouï dithe que l'Comité des c'mis est puzzlé et que nos gens se d'mandent si faut signer un contrat pour chinq ans et aver des lamp-posts avec des mantles ou si faut attendre pour veis chein qu'la nouvelle compagnie d'électricité est prête à faithe pour êcliaithi une partie d'la pâraisse.

Tch'est qu'en s'sa? Pour de mé, je n'en sait rain. Mais pourtchi n'pas aver des crâssets? V'là tchi f'thait mus l'affaithe de chu bat d'la goule qu'est l'Caouain, et qui n'est pas oquo nièt comme y-en a qui l'voudraient bein, principalement deux gros fermièrs que j'rencontri l'autre Jeudi sus la route de St. Cliément, quand j'tais à faithe une p'tite touannée avec Marie Hibon et les p'tits caouains.

* * *
Raîponses ès Correspondants.

PRUMIÉ TOUR. - Vèthe, j'en ai ouï tchiques patholes de chien qui s'passi seiz Pîteur, mais le Chentnyi n'put pas lis mettre les menottes et i' furent touos les deux ordonnés de s'en aller siez ieux. Y-a d'chenna tchiques semaines, mais ch'n'est pas d'mes affaithes.

ST. JEANNAIS - Je n'sait pas si moussieu est hors en Angliéterre, rapport à la pliatainne. Quand í' r'veindra, nou z-en sétha un p'tit pus long sus les issues de mannyi.

Caouain
4/7/1914
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises