Les Pages Jèrriaises

V'là tchiques semaines que je n'vos ai pas pâlé d'Marie Hibou

V'là tchiques semaines que je n'vos ai pas pâlé d'Marie Hibou, et plusieurs de mes lecteurs m'ont fait l'honneur de me d'mander d'ses nouvelles. Eh bain, savous bain que je n'l'ai pas r'veue dépis qu'ou s'en fu de d'siez nous au qu'menchement d'la saison.

Si j'vos disais que j'en sis tout-à-fait désolé, je mentithais, car pour vos dithe la véthité i' y avait des années que j'n'avais pas 'té si trantchille ni aussi heutheux.

Mais, la connaissant comme je fais, je savais qu'i' n'fallait pas l'ignorer tout-à-fait, car si je n'avais pas montré un p'tit mio d'chagrin et d'intchiêtude à s'n êgard, v'là tchéthait êvillyi ses soupçons et ou s'en s'sait ervenue tout d'suite en ville vaie tch'est qu'chenna voulait dithe.

Alors, de temps en temps je ,m'sis fait un d'vé d'ller voltigi dans l's envithons d'la ferme ouais qu'oulle est supposée d'être à travaillyi, avec l'întention de la vaie pour une minute ou deux pour lis dithe combain que j'la manque et comment qu'i' m'ennyie d'être de même tout seu, mais pour tchique raison ou autre je n'ai jamais peu obtenir admission. Le fermi m'a tréjous fait grise mîne et a tréjous ieu toutes sortes d'exchuses pour m'empêchi d'vaie Marie Hibou.

J'en ai tréjous manifesté un profond dêpièt, et en plieurnichant comme un êfant, je li ai d'mandé, à l'occasion de toutes mes visites, de li faithe bain mes complêments, touos les liyeurs souhaits, et de lis dithe combain que j'pense en lyi.

V'là qu'a 'té bain pour deustrais s'maines, et je m'félicitais d'être à jouer ma p'tite gamme tout-à-fait bain, quand un jour v'là une lettre anonyme qui m'arrive contenant des insinuations qui m'firent bondi d'rage et qu'évillyirent en mé une jalousie de tchi que je n'me criyais pas capablye.

Je n'perdi pas un moment dévant que de m'rendre à la campagne, mais comme d'habitude nou me r'fusi l'entrée d'la maison.

Ch'tait l'fermi li-même qui me r'chu, et il avait une arme à la main, sapresti! "J'insiste" j'lis dis, "i' faut que j'vaie Marie Hibou à l'instant!"

"Tu n'la verras pas, imbécile, ou nouos à d'fendu de t'laissi entrer!"

Si une bombe avait êcliaté à mes pids je n'aithais pas 'té pus surprins. Dans un clyin d'yi je réalisi l'affreuse véthité! Nou voulait m'cachi tchiquechose!

Je voulit protester, et entrer dans la maison malgré l'fermi, mais l'arme qu'il avait à la main et qu'était chergie à deux coups, me fit perdre couothage, alors je m'êloigni, bain dêterminé de dêcouvri l'mystéthe dévant que d'tchitter l'vaisinné.

J'n'est pas besoin de vos explitchi comment que j'm'y prins, i' suffit de dithe que grâce à un p'tit mio d'tact et d'discrétion, j'obtint l'information que i'y avait ieu des dêveloppements dans la maison et qu'l'autre Vendredi i' y a avait ieu d'la nouviauté souos la forme de deux p'tits caouains.

Ah ça! comme ou l'savez tous bain les caouains ne mettent que treis s'maines à couer, et comme v'là bêtôt deux mais que j'n'ai veu Marie Hibou, i' s'présente là un problème de tchi que j'crai bain qu'i' faudra toute la sagesse du Nombre Supérieur de la Grand' Cour pour en trouver la solution.

* * * *

I' y a longtemps que j'n'ai 'té dans la pârraisse de man bieau cliochi, alors je n'sis pas fort au couothant des choses qui s'passent par-là. Ch'est dommage, car iun d'mes lecteurs m'a d'mandé pour des renseignements. I' voudrait saver comment que Bram s'est graie avec toutes les hardelles qu'i' fu ramasser à St. Brieuc pour la saison des patates.

I' pathaît que, réalisant la diffitchulté qu'i' y aithait à trouver d's ouvriers dans l'quartchi français, Bram eut l'heutheuse inspithation que che s'sait p't-être une bouanne idée d'aller jusqu'à St. Brieuc pour un p'tit "trip."

Ch'la lis don'nai une chance de respither l'air de la mé, et arrivé là, il aithait un avantage sus l's autres fermiers, car étant sus les lieux, i pouorrait en embauchi chein qu'i' voudrait sans être embêté d'personne.

Il en pâlit à un anmin, qui s'décidit d y aller avec li, et sans dithe mot à personne cache les v'là aller touos les deux.

J'aithais voulu avé 'té là pour vaie comment que l'affaithe s'emmanchi, mais enfin quand l'baté arrivi ichin, les fermiers qu'étaient sus la cauchie furent bain êtonnés de vaie Bram et san compagnon sus l'pont entourés de toutes les pus jolies p'tites Bretonnes que nou pusse vaie.

Ch'tait inutile d'êprouver à les embauchi, chu p'tit lot là appartenait à Bram, et illes l'suivithent jusqu'à la vainne qu'était à l's attendre.

Nou m'a dit que i' y en avait iune qu'avait un "hobble skirt" et qu'oulle eut bain d'la peine à engamber dans la vainne.

Plusieurs fermiers en eurent quâsiment envie d'chette-là car oulle avait la mîne d'une bouanne êloperesse, et pis d'ailleurs le "hobble skirt" lis donnait tout-à-fait un air de distinction.

Mais comme je vous ai dit, i' n'y avait pas moyen de l'enlever et Bram s'en fut avec aussi ordgilleux comme un cat qui traîne un boudin, à la grande mortification de plusieurs jeunes fermiers qu'avaient grand besoin d'une êloperesse.

Man correspondant acheteu est tchuthieux d'saver comment qu'Bram s'est arrangi avec sa p'tite djaingue.

Mais je n'y connais rain mé, pour saver ch'la i' faudrait d'mander à Bram lî-même ou bain à tchiqu'un des vaisins.

Personnellement, je n'vai pas que ch'la concerne tchi que che sait.

Caouain
10/7/1915

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises