Les Pages Jèrriaises

Mes bouannes gens, tchi tintamârre dans la pâraisse du bouan bergé

Mes bouannes gens, tchi tintamârre dans la pâraisse du bouan bergé. Toutes les langues marchent coumme des moulins à clianchèt, et l's'yiers qui boulent ergardent du côtèt d'La Fosse. Les cartes sont mêlaies ; l's-z'hoummes à l'aouberge et siez ieux ont hardi d'catchèt, et tout chounna ch'est d'pîs l'meetin'.

D'vant l'meetin' j'ouî bein un grand d'la pâraisse qui fit la r'mèrque : L' "caouan" est-i' muchi sus l'armouèthe iou qu'Pouorté d'affaithes garde ses bouteilles de lime juice.

Oui, man vi, j'y'étais, mais ch'n'est pas mé qu'ait crottèt le d'sus d'l'armouèthe ; nan, je n'voudrais pas faithe ditèt. J'en sîs aussi innocent qu'l'êfant qu'est à naître ! .... pas l'mein, bein saeux !

J'en ai t'y ouï de toutes les bénites sortes à chu meeting, et d'pîs ettou.

Devant, y'avait daeux z-hoummes qu'étaient à d'visé et iun s'fit : I' faout l'prié d'erprendre et faithe la mînne de pieuthé quand nou l'étha oblyigi a s'n'allé.

Et coumme se fit l'aoutre : Vèthe, nou lî doun'na eunne bouanne beurrée ov du sucre et d'la gelée et pîs i' pouorra allé s'litchi.

Au meetin', coumme se fit un grand d'la pâraisse qui d'meuthe iou qu'y a tréjous le prospect d'entendre bein chanté ; je cré que ch'tait Gordon : Pourtchi pas ? ch'n'est pas la preumié feîs qu'not' député d'meuthe en ville. Et pîs ou viyîs, le Mont-au-prêtre est pûs prè d'la salle des Etats. Sam, qu'habite la pâraisse, pouorrait dev'nin not' boss.

Frainque des Augerez n'en voulait pas, ni Ouilliam des Chênes.

Iun d'yieux pâsli d'l'hermitte de Bieaumont, mais coumme i' n'avait pas voulu tchitté s'n'hermitage, un grand s'fit : I n'est pas ichin ; en voudra-t-i' ?

Main bein saeux ! que j'éthais crié tout haout si j'avais peut pâslé.

J'vit le boss et m'n'anmin Pouorrethé s'n'allé à haout iou qui tait Aide-Li et j'ouï des r'merques, mais Caouan, tèt ta bec.

I' d'valirent les èsgrès avec la beurrèe qui tèt bein shucrèe coumme nou' a peut l'avais par les Gazettes !! You know.

Chutte beurèe fut dounnèe le beurre touonnèt du côtèt d'la langue,mais je crai qu'nou s'était trompèt et qu'nou avait meins de la moutarde de l'aoutre côté !! Ch'est pour chouna que nou' l'avait bein shucrèe des daeux bords et meins quasiment unne potèe de g'lèe pour que la moutarde n'lî pique pas trop l'nèz !! Mais tchi bouan cook ch'tis-là qu'avait prépathèt chouna : I' pouorrait enterré touos les cooks de l'Ile !!!

Coumme Aide-Li n'en voulais pus – d'la beurrèe ? nennin – i' fallait trouvé un aoutre moussieu pour r'présenté la pâraisse ès Estats.

Aide-Li d'mandi à Sam, qui a unne belle câsaque à coue d'pie qui pouorra mettre touos les jours de la session.

Fouai de Caouan, Sam fut surpreins, car i' n'savait rein de tout chouna, mais Sam lus dit : ‘'Puisque c'est votre désir, mon devoir est d'accepter.'

Acheteu, i' y-en a hardi qui disent : I' n'a qu'montèt unne broque et i' s'crait dejà au hoaut d'l'êtchelle.

Et achteu, i' y-en a de bein mârris et qui disent que Jack avait raison, quand i' dit après l'meetin' : Ou devethêtes allé v'os cauffé à la pièche de vous octchupé de chouna. Vèthe, j'sis candidat èttou. Les p'tits valent beins les grands.

Mé, caouan, j'dit : nou' sait bein tch'est qu'en est, mais nou' sait pas cha qu'en s'ça. Et les gens du Val et les siens de la mathe, tch'est qu'ils en disent.

N'en v'là assèz pour chutte fais, car i' faout que j'vos dise que j'eut grand peux quand j'vit seulement la coue, mais un r'nard avec ses pattes et sa tête.

J'criyais, li qu'est raide pour la volaille, qui s'en allé m'volé sus la frippe et que chutte fais l'pouorre caouan n'en escapthé pas, mais chu r'nard, bein aise de m'vais, s'mint à m'dithe :

Ch'est bein, caouan, j'sis ichin, coumme tèt, pour savé ch'est qui s'passe. Si tu veur, j't'ècrithai daeux ou treis mots là d'sus, et ne v'chin la lettre que j'ai trouvèt dans ma niche au haout du Vièr Marchi : -

[restant du texte en Français]

Caouain
26/11/1910
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises