Les Pages Jèrriaises

J'criyais d'avèr un holiday

J'criyais d'avèr un holiday viyant qu'avec touotes les annonces de vendues à la campagne qu'il n'y aurait pon d'run dans la gazette pouo mon gnollin, mais nennin, car l'boss m'dit que chunna ne m'r'gardait pon s'il était dans l'embarras pour saver iou mettre touote ces annonces et qu'oprès touot il n'allait pon me payi ni l'Caouain pouor rein faithe couomme les siens qui sont sus l'dole.

D'pis que ch'est d'même et qu'avec un oisé couomme l'boss nous n'peut rein ardjumenter y faut que j'vos racontes tchiques p'tites scènes, qui sont la pure, plieine et entièthe vérithèt, fouai de Marie Hibou.

****

Il y a tchiques semaines de chunna, dans une des paraisses du Ouest, une buanne femme était à faithe de la gelée quand oulle s'aperchut qui ly mantchait de l'essence de limon. Couomme sa vaisine ly avait dit qu'oulle avait l'intention d'aller en ville l'arlevée, oulle alli l'y d'mander l'pliaisi de ly rapporter chu stuff pouor mettre dans la gelée.

N'v'la qui fut entendu et pus tard la vaisine r'vint d'la ville et s'n'en alli touot drait chez s'n'amie pouor ly porter la petite bouteille qu'oulle avait acatée dans ieunnes des grandes boutiques de la ville.

Quand la bouteille fut dépatchie, l'autre qui était à l'entouor de sa gelée fut bein surprinse d'vais sus l'ver un rouoge label avec le mot ‘'poison'' de printer dessus. Tchès que chunna voulait dithe, d'la poison ! Je n'vais pon mettre dithèt dans ma gelée, car j'n'ai pon encouore envie de claquer, qu'oulle s'fit d'vant sa vaisine qui n'y comprenait mot.

Par tchuriosité et oprès aver prins la précaution pouor rein renverser, notre buanne femme ouvrit la bouteille pouor sentir chein qu'il y avait dedans et oulle failli quassiment être asphyxié par la feumée qui en sortait et qui était une véritable poison.

Touot chunna viyant que la vaisine avait du se tromper et n'pon s'rappeler exactement la commission qu'nous ly avait d'mandé de faithe car au lieu d'essence de limon ch'tait du spirit of salt qu'oulle avait rapporté, fouai de Marie Hibou. Et si nous avait mins chu stuff dans la gelée, tches qui n'en aurait pon mangi deux fais dans chu monde de minsèthe !

****

Couomme nous sait, un carnaval est une bordée d'fun pouor les siens qui y sont et nous aime surtouot les jeunes, s'amuser ainsi de chutte manièthe.

Ch'est d'antchi quand l'Phlip d'une paraisse du Ouest fit saver qu'il tait prêt à conduithe et ramener du carnaval de St. Pierre les siens de sa paraisse qui voudraient y aller et chunna moyennant dix huit sous, y trouvi bon nombre de clients.

Couomme la séthée de d'vant il avait fait un miot d'orage et pouor être seur que nos gens s'raient à l'abri en cas de nécessité, Phlip avait fixé un tarpaulin au dessus de son van.

Touot alli d'charme en allant mais quand vint l'heure de rentrer, l'pouore Phlip était si lassé, p't'être à forche de se battre à coups de confettis chein qui fit monter l'ponsi dans sa gorge, tréjous est y qu'il avait couomme nous dit, les pids ronds et une job à s't'nir dessus.

Viyant chunna certains du crew le remercites de sa complaisance et ly dites qu'ils s'en retournerait à pid viyant qu'un miot de marcherie lus ferait du bein. D'autres furent d'avis d'monter dans l'van car oprès touot s'ils avaient payi nine pence ch'tait pouor être portés.

Enfin, hue, n'v'la nos gens en rouote et ieunne des rouelles houtchi contre la muthaille du chumetièthe. Pouor les siens un miot supersitieux n'v'la qui fut un avertissement et y lus déshallittes de dessouos l'tarpaulin pouor s'en aller siez ieux à pid. Y sautites à bas par l'avant du van et il tait quassiment deux heuthes du matin quand ils arrivites siez ieux.

Mérienne et d'autres restites touot d'même car couomme s'faisait Mérienne : Pouor de mé j'ai payi pouor être portée. J'ai des poulettes souos les pids et je ne marcherai pon et si j'sis tuée je ne s'rai pon seule.

Enfin, ne v'la nos gens hors une deuxième fais puis un p'tit pus lien l'autre ruelle houtchi dans un pré.

Encouore une fais il y eut hardi de caquetterie mais une jeune hardelle viyant que l'pouore buanhomme Phlip avait la maladie du soummé et que ch'tait ly qui ronfliait et non pon l'engin d'un moteur, oulle prins les commandes et cache en rouote.

Et chès d'même que nos gens rentrites siez ieux mais j'gage que pouor la prochaine bordée Philip n'auras pon grand clients et il f'ra mus d'y aller à son touot seu.

****

Dans la p'tite paraisse l'affaithe cauffe de dessous et j'ai oui dithe que d'ichin p'tit temps il y aura encouore du feu de satchi et une forte bordé d'élection.

J'en ai oui éttouot à l'entouor de chein qu'nous pense de faithe l'année préchaine mais nous a l'temps d'y r'penser.

Marie Hibou
15/10/1927
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises