Les Pages Jèrriaises

Ch'a tréjous 'té l'habitude du Caouain le Samedi d'Noué

Ch'a tréjous 'té l'habitude du Caouain le Samedi d'Noué, d'adressi ses bouans souhaits et les complîments d'la saison à touos les messieux faisant partie de nos autorités insulaithes et ès messieux et dames qui li font l'honneur de liéthe ses articlyes.

Che s'sait bain facile pour mé de faithe chennechin dans un seul paragraphe en adoptant le système ''en bloc'' mais v'là qu'aithait trop la mine d'un simplye geste rélatif à la saison et manquethait d'exprimer la sincethité que je ressens.

Naturellement, i' m'est impossiblye de les nommer tous individuellement car la liste en s'sait trop longue et le chef en supprimethait la pus grande partie avec san blu crayon avec s'n extchuse habituelle de 'manque d'espace.' Et pis quand-même, comme i' s'pliaint souvent que je n'êcris pas assez fréquemment duthant l'année, i' n'me permettrait pas de monopoliser les colonnes de sa gâzette au détrîment de ses êbullitions à li.

Je c'menche don par souhaiter un Bouan Noué et une Heutheuse Année à Moussieu Coutanche, notre estimablye Baîlli.

Je me r'souvains qu'à un certain bantchet opprès sa nommination comme Baîlli, i' nos dit dans l'couothant d'san discours, qu'acheteu qu'il 'tait r'lévé de ses fonctions comme Protchutheux-Général, i' s'en allait aver pus l'temps de r'garder alentou d'li et de r'poser un mio.

Je vos laisse à jugi si ch'est qu'il a 'té désillusionné et de combain de ''moments de loisir'' qu'il a peu joui à part de ses otchupations officielles comme President d's Etats, Cour Royale, etc., sans pâler du vif intethêt qu'i' prend dans les nombreuses fonctions qui sont insépathablyes de la vie sociale de l'île. Je li adresse don mes pus sincéthes félicitations sus sa popularité et le d'si qu'i' continueutha pour de longues années à joui d'une bouanne santé et qu'i' f'tha une longue baîlle dans la poste qu'i' remplyit si honorablyement.

Mes miyeurs souhaits à Moussieu Jean Delalande, Chevalier de la Légion d'Honneur, Consul- Général es îles Anglo Normandes, un moussieu qu'a, duthant san séjour parmi nous, gâgni, par sa charmante personalité et une affabilité admithablye envers tous les siens avec tchi qu'i' vaint en contact, le respé et l'amiêtchi de toute la population, sans exception.

I' s'est arrivé dans l'passé, qu'à un moment donné, les difféthents Consuls ont 'té appelés par lus Gouvernement à remplyi lus rôle dans une autre partie de l'Empire français.

Si l'malheur en veurt que la même chose arrive avec Moussieu Delalande et qu'i' r'chait un patheil appel, j'espéthe qu'il aitha le couothage d'y raîpondre par une dépêche télégraphique contenant tout simplyement les quatre petits mots, ''J'y suis, j'y reste!''

A touos les Membres de nos Etats, sustout les siens qui forment partie du Comité pour la Défense de l'Ile et du Comité pour Agritchultuthe. Souos les conditions actuelles ches messieux-là ont une tâche qu'est bain liain d'être un picnique et méthitent la co-operation et la sympathie de touos les habitants.

Piaissent-i' réussi à résoudre d'une maniéthe satisfaisante les problèmes complitchis qui les envisagent.

Mes miyeurs vśux et ma pus profonde sympathie ès pouorres conducteurs d'automobiles qui sont réduits ès p'tits dêpens quant à la pétrole, et sustout cheux-là qui sont obligis de viagi la nièt avec lus lampes mastchies à un dégrèt dangereux. Que le nombre de lus victimes parmi les cyclistes et les piêtons, sait aussi minime que pôssiblye.

Un Bouan Noué et du couothage à toutes les familles qu'ont tchique pathent parti au service. Une tchaithe vacante à la tablye le jour de Noué ne peut sinon causer une certaine tristesse, mais i' n'faut pas s'affligi, ch'n'est qu'une bordée qui s'passe et l'Caouain est persuadé que d'vant Noué de 1940, j'aithons vaintchu nos ennemins et tout ermarchetha comme d'habitude.

Une Bouonne Année, malgré les circonstances, à touos nos amins qu'aiment le beurre et qu'ont 'té accouôtumés à en mangi au main une livre la s'maine. Le Caouain en est du nombre et je me d'mande comment que j'allons pouver nos grais avec un quartron?

Un Bouan Noué et une heutheuse Nouvelle Année à touos nos braves garçons qui sont hors servi lus patrie. J'espéthe que l'temps n'est pas trop êloigni quand je les verrons rentrer dans lus foyers sains et saufs.

En conclusion j'offre les compliments de la saison au Chef et à sa famille, à Mess Simon, de notre bureau et tout partitchuliethement à Mess Pain, notre foremainne et à touos les charmants garçons dans l'imprimethie.

Le pouore Caouain n'êcritha pas bain d's années acheteu, j'ai perdu quâsiment toutes mes pliumes, mais enfin, nou m'asseuthe que j'ai oquo un grand nombre de lecteurs et lectrices ch'est pourtchi mes chiers amins je m'fais un pliaisi de vos souhaiter à tous, toutes les bouannes choses qu'ou pouvez d'sither.

Caouain
23/12/1939

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises