Les Pages Jèrriaises

I' faout sonné la pële et les bachins, se fit un marchand de viaux

I' faout sonné la pële et les bachins, se fit un marchand de viaux quand i' ouï qui s'en allait y'avé opposition et qu'achteu nou n'veur pas se caouchi dans l'maîme souyé.

D'pis tchique temps, chu Mousieu qui saoute coumme un critchet quand i' y-a des èslections et qu'aime bein à alouogni l'bras pour r'chévé, n'tait pas dans ses cannettes. Le commerce ne marchait pas et i' n'restait pon unne seule cigare de la dernièthe bordèe.

Mé, caouan, je cré et j'esphèthe que sa jouaie s'ra courte et que dans chutte pâraisse, tout îtha coumme sus des rouollettes bein huilèes.

Mais tout chouna est autant de baliverne et cha que j'veur vos raconté annièt, ch'est cha qui s'pâssi au meetin.

Pour la vingtaine de la Ville-à-l'Esvêque les viers officiers n'en voulaient pus et deaux messieurs avaient tèt vais touos les électeurs de la vingtaine pour les mettre sus lus garde de s'trouvé en forche au collège, de crainte d'opposition.

Mé, je criyais que les grands batâlles taient finies, que la paix avait tèt signèe et que chaque bord avait meins bas les armes. J'avais ouï que l'entente cordiale avait tèt procliamèe, que ch'tait coumme nou dit : "Après grand vent, grand calme."

J'fut surpreins, ma fé, de vais un Sire de la mâthe – au Seigneur, nennin, unne autre mâthe qui s'pathe l'Egypte de la Cétharée – qui se l'vi et preins la pathôle pour proposé deaux candidats. Quasiment touos les siens qui s'trouvaient dans l'collège fûtent surpreins, aussi bein que l'pouor Snow et ou pouvains bein vos imaginé que chouna l'î fis ma au chœu, li qui pâslé d'la pièche d'pis deaux ans, car nou savait qui y-avait un grand mousieu qui d'avait proposé Johnny et Snow. Chu mousieu se l'vi oprès et proposi Snow.

Le Président crie l'appel nominal et, ma fé, le pus vi et le pus jeune gagnirent la victouaithe.

Pour Rozé, le vi fut ré-élu sans opposition. Je fut bein ravi, car j'sai' bein que les grands d'la vingtaine avaient marchi les jours de d'vants. Ils avaient idèe d'y mettre, pour opposé le sien ré-élu, un grand haout, hardi gros, unne vouaix qui perche la tête que nou peut quasiment entendre d'un but d'la pâraisse à l'autre.

J'ai ouï dithe qu'un sé bein tard, en r'venant faithe unne touonnée, ils entendirent tchique chose crié coumme un coq et faisait si drôlement qu'ils eutent grand peux et iun d'ieux d'unne vouaix triste s'meins à dithe : Chés fichu, le cocq a chanté ; i' n'y-a rein à faithe. Le vi s'ra ré-élu. Et l's'autes dirent ; Amen.

Ch'est bein tant mus qu'il a tèt ertouonèt, car il est bein utile dans l'assemblaie et pâsle hardi sus des sujets bein importants. Ch'est bein seux que des hoummes de chutte espèce s'raient mantchi si n'taient pas élus pour garder la paix et de protégi les bouannes gens des mauvais sujets la nièt.

L'affaithe finie au collège, route fut faite pour le "British" pour bèthe à la santé des officiers.

Caouain
1/10/1910

Garçons, j'ai tèt dans la pâraisse iou que la belle parisienne attend avec patience qu'nou la renvyie dans san biau pays pour vés la Tour Effel, ou bein siè' Mess Hunt.

Tchi excitation dans chutte pâraisse par rapport à la route dans la vallèe.

J'en ai ouï de toutes les sortes.

J'vos assèuthe que j'connais un mousieu qu'est bein mârri.

J'sai' èttou que toute La Chasserie a trésauté de jouaie après l'meeting d'hier matin.

J'en ai ouï tant que, ma fé, j'n'ai pas ieu l'temps d'écrithe tout chein que je veur vos raconté.

V'là que s'ra pour Samedi tchi vein, si j'sis occuo en vie ou bein si j'ne me perds pas dans la bliaze.

A bétôt.

Caouain
8/1/1910
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises