Les Pages Jèrriaises

Mait'e Charles Meudron est bain décidé de jamais ne r'craître d'tomates

Mait'e Charles Meudron est bain décidé de jamais ne r'craître d'tomates.

I' n'y avait jamais êprouvé devant ch'tte année, malgré qu'sa femme était tréjous à l'tempêter qu'i dev'thait faithe comme ses vaisins qu'étaient, ieux, à faithe des sous comme des êcailles.

I'y avait Tom Snichon, qui soi-disant dans chinq ans affranchi san mênage et mins douze chents louis dans l"'War Loan" tout sus des tomates. Jim Bamboo, qu'avait 'té toute sa vie domestique siez l'onclye à Mêrienne Halledoque et qui prins une petite ferme i'ya tchiques années avait fait assez d'sous dans treis ans pour accater l'mênage ouest qu'il est acheteu. Et ch'tait grâce ès tomates ! Nou disait qu'i' li payaient treis cents louis la vregie pour deux ans d'siette.

Et bain, Charles vint, à la fin à s'ennuier d'aver tréjous chenna d'piéthe à sa femme et i' s'décidi, comme je vos ai dit à en faithe trente ou quarante mille en prumié recolte.

N'ayant pas d'greenhouse, i'n'pu pas êlever ses pliantes li-même, alors il fut obligi de l's acater.

La même chose avec les bâtons.

Il avait êprouvé à en aver à deustrais vendues mais ch'tait d'tchi à maintchi cotti et montaient quâsiment aussi haut comme des neus.

I' s'vit don forchi d'en ordonner à chinq louis et d'mie du mille, chein qui s'montait à une somme considethablye. Par le temps qu'i' futhent pliantées, avec la main-d'śuvre au prix qu'ou va acheteu, son entreprinse li couôtait une petite fortune.

Mais enfin sa missus, qui voyait tréjous tout couleur-de-rose li certifyi qu'il 'tait seux de r'doublier et p't'être de triblier ses sous, et v'la tchi li donni un mio d'couothage.

Il engagi du monde pour li aidgi à les soigni, et à c'menchi, i' s'en v'naient assez bain, et 'taient déjà amathées pour la deuxième feis mais l'aut'e Lundi i' s'aperchu qu'i y en avait des masses qu'avaient la tigue naithe et qui pendait la tête.

I' s'en fu cherchi iun d'ses vaisins, qui s'y r'connaissait un mio, et quand ch'tischin les vit, i'li dit comme chenna, "Les tomates sont pathées, man garçon !

Tu pouorrais p't les sauver en les sprayant comme i' faut, mais i' n'faut pas qu'tu aies d'peux d'lus en fichi une bouanne couoche !"

Charles s'mins à dèmèler d'la blue pierre et d'la caux et s'mins avec iun d'ses hommes à l's arroser à raide braiche mais le lendemain au matin quand i' fut les vaie, illes 'taient piéthe que jamais ! La plyie avait r'lavé tout san "spray" et ses pliantes pendaient avau les bâtons comme si nous avait versé de l'ieau bouolliante dessus. Chenna l'décidi ! I' mins tout san monde à êraichi les bâtons et les mettre par ballots pour les vendre au pus offrant et la même arlevée i' tappi sa tchethue dans l'bétchèt dans l'intention d'y faithe des sweediches.

Sa femme li dit que ch'est sa faute, qu'i' n'les avait soignies comme-i'-faut, mais Charles li a dit qu'une aut'e feis ou pouorra en soigni lyi, mais que, quant à li, nou n'li r'happetha pas à faithe de maudites tomates ! Prenez m'n avis, garçons, et quand ou recontrethez le pouorre Charles, n'ayiz pas le malheur de li d'mander comment qu'ses tomates lus dêhallent, ou bain ou le f'thez v'nin fo.



Caouain
3/7/1920
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises