Les Pages Jèrriaises

La Dêfaite d'un Colosse


Sam Marté, fils Ph'lippe, fils Amice est chein qu'nou peu appeler, un solide gaillard.

I' taille siex pids deux pouces dans ses cauches et est proportionné en vrai Hertchule.

Les gens qu'ont connu san grand'péthe disent que ch'est l'bouonhomme tout ervenu.

Quand il 'tait mousse à l'êcole il 'tait pus ou mains bruta' envers les autres aviers et pour un rain vos les boustchulait justement comme des tchilles, chein qui li a souvent valu de sévèthes punitions de la part du maître d'êcole et causé du brit entre ses pathents et lus vaisins.

Comme il 'tait stupide à un dégrèt et n'apprenait quâsi rain, san péthe le fit tchitter à l'âge de quatorze ans et ne voulant pas sacrifier une fortune en li donnant une êducation au Collège, i' s'décidi d'en faithe un fermi.

A la m'suthe qu'i' grandissait nou s'aperchevait , bain qu'i' s'en allait dév'nin iun des pus forts hommes de Jêrri.

A s'n age de djaix-huit ans v'la un gaillard, dans la saison d'la pliant'tie, qui prenait un sa' d'guaîno sous châque bras et les portait sept ou huit perques à travers la feute et che n'tait rain pour li dans la saison des patates de chergi sa vainne tout seu avec des bathis de quatre cabots.

Au vrèt, ch'tait la même chose, dans sept ou huit frouquethées i' chergeait san hernais.

I'y a un an ou deux i' fut une séthée avec deus-trais d'ses vaisins, à Springfield, pour vaie les boxeurs. I fut tout-à-fait êdifié de vaie l'agilité des paids ligiers, mais i' prins un intéthêt tout special dans les luttes des paids lourds.

Iun de ses amins li dit "Avec un mio d'pratique, tu n'aithais pas d'peux d'entreprendre tchiqu'un d'ches gens-là té, Sam!"

"Dame!" se fit Sam, "Je n'ai pas besoin d'pratique ! Si je n'pouorrais pas êcouochi ches apôtres-là dans l'couothant de treis minutes, eh bain, il est temps de m'envier siez les P'tites Soeurs!"

"Eh bain, si tu ès gamme, duthant l'intervalle je m'en vais t'introduithe ès organisateurs, et lus dithe que tu ès prêt à lanchi un défi contre touos venants de tan paids pour un "match " de tchinze rondes."

"Je veurs bain," se fit Sam, "mais pourtchi tchinze ? V'là tchi n'duth'ha pas si longtemps mon doux."

Quand Sam fut présenté ès officiers du Club et que s'n amin lus explitchi tch'est qu'i' voulait, les messieux le r'gardithent du haut en bas avec admithation, mais i' châtchirent la tête en disant qu'i' n'connaissaient personne ichin capablye de s'butter contre un patheil colosse, et qu'che n'tait pas probablye que Dgernesi pouvait en fourni iun ninnetou.

"Oh!" Sam dit, "i' n'm'en est d'rain de ouest qu'i' vaint, quand che sait d'la Chine ou du Sud d'l'Afrique!"

Là-d'sus, le "referee" qu'était un Angliais qu'était v'nu tout exprès, dit comme chenna "Je crai que j'peux trouver un contchuthent digne de rencontrer ichin notre amin.

"Eh bain, amenez-le!" s'fit Sam, "et dites à ses gens que s'n adresse pour tchinze jours opprès es'sa "l'Hopita, Gloucester Street."

Don, tout fut arrangi. Dévant que de c'menchi la deuxième partie du progr;amme, le maître des cérémonies fit monter Sam dans l' "ring," et annonci que la préchaine bordée i'y aithai une bataille de djaix rondes entre Sam Marté de Jêrri et "Slasher Tim" du Neuchâté.

I'y eu des applaudissements que tout n'avait qu'd'abattre.

Les gens de profession et les boxeurs de la ville voulithent entreprendre le traînage de Sam en l'faisant couorre djaix milles par jour, sauter à la corde, pratichi sus une "Punch Ball," et ainsi d'suite, mais Sam ne vouli pas de tout chenna li, i' lus dit que san travas sus la ferme était suffisant pour le mettre en trimme.

Quand la grande séthée arrivi la salle à Springfield était archicomblye, les treis-quarts des assistants étant des campagnards.

Les concours ordinaithes, passithent comme à l'habitude et il 'tait bain êvident que la piéche de rêsistance était le " match " à Sam Marté.

Ch'tai " Slasher " qui monti l'prumi dans l'arène. I' s'assièvi dans sa tchaithe avec l'insouciance d'un homme qui s'en va tout simplyement se faithe râser. Pour en dithe la véthité, ch'tait un type qui n'avait pas belle mîne. Il avait l'nez et les mâchouaithes d'un bouledogue, s'n ouotheille drouaite ersembliait à un broccoli, et san front poussé en arriéthe, s'arrêtait dans une cheveleuthe de hérisson.

Il tait bain liain d'être de la taille de Sam Marté, mais il 'tait membru comme un gorille.

Dans un moment ou deux, ses assistants li avaient fixé ses gants, et il attendait patiemment en contempliant la multitude.

Quand Sam pathu li, il eut une magnifique reception, mais nou s'aperchu bain vite qu'i' y avait tchiquechose qui n'tait pas ordinaithe.

Malgré lus efforts ses s'conds ne pouvaient pas li fouorrer ses gants, ils 'taient à la maintchi trop p'tits. Il a des poings comme des gigots d'mouton. Nous en trouvi quand-même qu'i' pu mettre avec bain d'la peine et quand i' fut prêt le " referee " les ameni touos les deux au mitan de l'arène et opprès les aver introduits à l'auditouaithe, lus donni les conseils et les instructions usuelles, les fit châtchi d'main et les renvyi châtchun dans sa carre.

La clioche sonni.

Sam s'êlanchi comme un lion sus s'n adversaithe et dêtenti un co'-d'poing qu'aithait couochi un bśu. Mais i' n'y avait personne là !

L'autre s'était simplyemen hallé d'côté et comme Sam passait, li assiévi une ouape sus l'ouotheille qui li causi un bourdonnement dans la tête comme il n'avait jamais ieu d'vant.

Ch'tait les cordes qu'arrêtithent s'n êlan et le r'bindithent jusqu'au mitan du " ring " ouest que "Slasher " l'attendait pour li en donner iun dans les fliancs avec san poing gauche tandis que l'sien drouaite li cratchi quâsi la mâchouaithe.

Le r'gard d'êtonnement sus la fache à Sam aithait faith rithe les cats mais i' s'ravigotti bain vite et sautant sus s'n adversaithe i' l'attrapi à sa braichie et s'en allait l'fliantchi par sus les cordes.

Mais le "referee " le fit lâtchi sa prinse et i' dit à Sam que chenna était contre les règles et que si i' le r'faisait une autre feis i' s'sait disqualifié.

La clioche annonci la fin de la prumié ronde. Les s'conds se minrent bain vite à lus d'vé de racc'moder lus hommes.

"Slasher " n'avait pas besoin d'attention li, i' n'avait pas 'té endommagi.

Mais che n'tait pas d'même avec le pouore Sam. Sa mâchouaithe était doulante et s'n yi gauche était enflié gros comme un śu d'poule. Iun d'ses s'conds li êpongi la fache tands qu' l'autre l'eventait avec une serviette. Ils 'taient sus l'point de li donner des conseils comment faithe pour vaincre "Slasher" quand la clioche sonni pour la deuxième ronde.

Sam se r'mins à l'attaque avec sa tête de travers, car i' n'y viyait qu'd'un yi.

Il attrapi toute une série d'ouapes sus l'corps et sus l'nez, mais il 'tait si enragi qu'i' n'les sentait seulement pas.

Ses bras travaillaient comme des flyais et " Slasher " mantchant de s'dêcarrer en temps attrapi un coup comme un co' d'pid de ch'va qui l'transporti à travers du "ring," ouest qu'i' tchi à grapins sus l'plianchais.

Vl'à qu'exciti la foule et souôlevi des hourras et d's applaudissements à tout casser.

Mais le gars du Neuchâté ne fut pas longtemps bas. I' se r'lévi comme un critchet et se r'mins à danser alentou d'Sam comme de pus bé. Il avait réalisi qu'une autre ouape comme chette-là l'aithait finalement vaintchu, ch'est pourtchi i' s'décidi d'en fini au pus vite et quand Sam vouli se r'lanchi sus li, il êviti san coup d'màillot avec un adresse ermerquablye et il asséni un va-t-laver sus la pointe de la mâchouaithe qui terrassi Sam Marté, qui s'amouocheli sus l'plianchais justement comme un bśu ès abbatouairs.

Le "referee " se mins à compter " Une, deux, trais," jusqu'à djix mais Sam n'en ouï rain.

Il avait cessi de prendre autchun intethêt dans les choses mondaines.

" Slasher Tim " avait gagni.

Les s'conds au pouore Sam sautithent dans l' "ring " pour li porter s'cours et i' falli quatre forts hommes pour le porter jusqu'au "Dressing Room" ouest que l'Docteu Mattas se servi de touos les procédés scientifiques pour le faithe erprendre connaissance.

Au but d'un quart-d'heuthe i' r'vint un mio à li, et r'gardant alentou d'li d'une maniéthe êffathée, i' dit comme chenna "Ouest que j'sis ? Je n'ai pas ouï memée me crier pour dêjeuner."

P'tit à p'tit i' vint à prendre connaissance de ses alentours et i' d'mandi, "Ch'est mé qu'à gâgni est-che pon ? Ch't ouaîsé-là est-i' hors à l'hopita ? "

Mais l'ouaîsé en tchestion était là tout près d'li et vint châtchi d'main avec li et en le fiiattant sus l'êpaule li dit " You're a good old sport ! I hope we'll meet again."

Mais Sam n'a pas idée de se r'lanchi dans de patheilles aventuthes.

Il a réalisé que sa forche es'sa pus profitablyement otchupée à chergi des bathis de quatre cabots et à monter des abantchies d'vrêt.


Lé Caouain

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises