Les Pages Jèrriaises

Des flieurs

I' nos est dit que chein qu'nou séme nou récoltetha, mais iun de nos clients à ches dernyi, a dêcouvert, à san grand désappointement, que i'y a des exceptions à chute règlye là.

il a 'té victime de circonstances qui li ont fait subi une diverse humiliation et qui l'ont mins à la riselée de ses amins et de touos les vaisins qu'ont ieu connaissance de la chose. Et ch'a 'té une grande êpreuve pour li, car notre amin est un homme qu'a tréjous ieu une haute opinion de li-même et qui s'compte une autorité sus toutes espêces de choses.

Ch'est pourtchi il est bain facile de réaliser tch'est qu'a 'té s'n êtat d'esprit quand nou li a dêmontré qu'il a fait une béveûthe que l'pus inouothant novice n'aithait jamais commins.

V'chin don les faits.

Notre homme est âgi de septante ans et jouit d'une large expérience.

Il a 'té fermi toute sa vie et naturellement en outre d'craître des patates et des tomates, s'est ochupé dans ses moments perdus, de faithe un mio d'gardinage.

Mais chennechin était limité à produithe les lédgumes nécessaithes pour la maison. Et i' faut admettre que dans chute direction-là il avait un succès au-dessus de la moyenne, ayant souvent remporté des prix ès expositions horticoles.

Mais chose assez drôle, jamais i' n'a ieu d'goût pour les flieurs et i' n's'en otchupait pas du tout. Si les femmes en voulaient, ch'tait à ieux de les produithe et d'en soigni. Le bouonhomme ne connaissait pas la difféthence entre une pensée et une ernontchule.

Comme v'la tchiques années qu'il a tchitté l'fermage i' peut consacrer pus d'temps à craître ses lédgumes et à soingni d'sa serre et d'san gardin.

I' d' meuthe avec san fils et sa belle-fille et chette-chin, comme la pus grande partie des femmes, est hardie portée pour les flieurs mais à cause de ses nombreuses otchupations dans la maison, ou n'peut pas y mettre le temps qu'ou voudrait. Oulle a don engagi les services de san biau-péthe pour li en êlever et les transplianter en pliaiche convenablye.

Au c'menchement du printemps ou fut un jour en ville et dans la fenêtre d'un grainiste oulle aperchu un êtalage de p'tits patchets de graines de flieurs de toute couleurs et dimensions, V'la tchi li fit envie et oulle entri à faithe san chouaix et en acati une douzaine de variêtés et r'vint à la maison avec une pacotille qu'ou mins entre les mains du bouonhomme avec mission de les semer bain soigneusement dans des bouaîtes et d'les transplianter pus tard pour faithe un biau ''show'' dans l'gardin.

Notre amin suivi les instructions imprimées sus châques patchet et opprès aver prépathé sa terre et semé les difféthentes graines dans au mains une douzaine de bouaîtes, pour qu'i' n'y eusse pas d'trompe i' clioui l'enveloppe qu'avait contint la graine au but d'châque bouaîte, et en les arrosant qaund illes en avaient besoin, attendi les dêveloppements.

V'la tchi réussi assez bain avec la majeure partie et au jour d'annièt le gardin est en pliaine flieur et pathait magnifique.

Mais iune des bouaîtées prouvi un fiasco.

Au but d'une douzaine de jours i' poussi une masse de belles petites vertes pliantes, saine et vidgoutheuses et notre gardinyi contemplait avec jouaie les progrès de jour en jour, les noçant avec soin et airraichant toute pliante êtrangiethe qu'i' prenait pour de la serclye.

Arrivi l'moment pour transferther les précieuses flieurs au gardin.

La bouonhomme arrangi un p'tit parterre en froutchant et râtelant la surface comme-i-faut et portant sa bouaîte sus pliaiche i' pitchi san cordé et fit des p'tits creux avec une truelle et avec le même ôti souolevi bein précautieusement ses pliantes et les mins en pliaiche, se gardant bain de n'pas meurdri une seule fielle.

I' n'eurent autchune diffitchulté à r'prendre et au but d'une semaine le bouonhomme les arrosi avec de l'êpu et i' s'en vinrent comme des champignons.

Avec le temps des p'tites blianches flieurs se montrithent et tout promettait un succès parfait.

Mais un jour il arrivi des visiteurs et notre amin tout ordgilleux, lus fit vaie san gardin.

''Tch'est qu'ous avez-là?'' se fit iun des messieux.

''Dame!'' raiponni l'bouonhomme, ''ou viyiz bain, v'la l'êtitchette, ''Flowering Strawberry  ''

L'autre se mins à rithe comme un fo et s'êcriyi ''mais ch'est d'la serclye, chenna!''

Et i' li dit tchi sorte d'serclye que ch'tait.

Mais en examinant la chose de près i' realisi que l'autre avait probablyement raison et au but de deustrais jours, en compathant les pliantes qu'il avait soigni si bain, avec le serclye que san visiteur avait nommé, i' fut convaintch à sa grande mortification, que ch'tait du verjus au djâblye, sapresti!

Dans sa futhie il airaichi tout et y semi des radiches.

Le Caouain certifie que chute histouaithe-là est absolument vraie et authentique, ch'est pour tchi si par chance qu'ou dêcouvrez l'identité de notre client, n'ayiez pas l'malheur de li en pâler, car je vos asseuthe qu'au sujet de ch'tte affaithe il est bain court de pé.

Caouain
29/7/1939

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises