Les Pages Jèrriaises

Marie Hibou et l'litcheu

Malheutheusement pour mé, Marie Hibou est devenue diversement patriotique à ches dernyi, et l'aut'e jour, quand ou vi dans les gâzettes que le Rouai d'Angliéterre avait d'fendu l'usage d'auchune espèce de litcheu dans touos ses palais et ses êtablyissements, ou vint toute excitée et s'mint à criarder: "Vive le Rouai! Tchi noblye exemplye qui donne à san peuplye, et quant à mé, je s'sai la prumiéthe en Jêrri à l'suivre!"

Là-d'sus, ou s'en fut à la p'tite armouaithe ouais que j'garde deustrais bouteilles pour quand mes anmins vainnent me vaie, ou pour me fortifier quand je sis prins de mes faibliesses, et oulle enlevi tout.

Le sé quand je r'vins siez-nous, je m'aperchu bein qu'ou n'tait pon comme d'amor et j'en fis la r'merque.

- Tu pathaît toute ênervée, j'lis dis, as-tu ieu tchiquechose à t'bouleverser tandis que j'ai 'tai hors?

- Nennin, nennin, ou m'raîponnit, je n'ai pas 'tai bouleversée du tout, mais tu t'en vas bein vite dêcouvri que i' y-a ieu du bouleversement ichin tout d'même.

Je fus bein êtonné de l'entendre pâler d'même et je r'gardi attouo d'la mansarde, pensant p't-être que notre propriétaithe était v'nu nouos enlever not'e meublye, mais je m'aperchu tout suite qu'i' n'mantchait rain d'not'e petit butin. quand je me r'touanni du côté de Marie Hibou, ou s'mins à rithe à grands êcliats et j'eu grand peux, mé, car je m'imagini qu'ou s'en r'allait aver iune de ses bordées de steriques.

- Tch'est qu'tu-as, don, ma chiéthe êfant? que j'lis dis, tâches de t'contrôler pour une minute, je m'en vaie te donner tout d'suite deux p'tits d'gouts d'ieau d'vie!

Là-d'sus ou fit un brèt et vint tout-à-fait hors de lyi-même.

Je voli à l'armouaithe pour cherchi chein qu'i fallait pour li-arroser l'gôsi, mais quand je l'ouvri ch'tait, comme Mother Hubbard, pour la trouver absolument viède.

- Hallô, je dis, i' y-a ieu du quiergissement par ichin, tu-as qu'menchi tan spring-cleaning de bouanneheuthe ch't-année, ma vieille! Où-est qu'sont toutes mes boutelles?

- Eprouves à d'viner, qu'ou m'dit.

- Ah ça, j'lis raîponnit, ch'n'est pas tout chu niollin-là, où-est qu'tu-as muchi man stuff?

- Oh! je n'l'ai pas muchi du tout, mais ch'la n'empêche pas qu'il est là où-est que jamais tu n'le r'trouvethas, et je crai bein qu'il est un mio mêlé avec de l'ieau salée acheteu. Pour te dithe la véthit, tout est hors avau l'drain, car j'ai viédgi toute chute pouaison-là dans l'grating!

- Hein! Tch'est qu'???

Les patholes me mantchirent. Je m'senti v'nin tout failli, et par suite d'une longue habitude, je m'rappréchi de l'armouaithe.

Mais ch'tait inutile, tout avait dispathu, jusqu'à la p'tite bouteille dans tchi que j'gardions des prunelles souos du djinne, en cas d'besoin. Ou pouvez craithe que je m'mins à faithe du tintamarre et je m'nichi Marie Hibou qu'ou s'n allait en attraper si ch'est qu'ou ne r'mettait pas tout comme il 'tait.

Mais ou fit que de m'rithe au nez et m'dit que l'Rouai était d'san bord, et qu'il avait fait la même chose siez-li, qu'oulle 'tait bein dêterminée qu'i' n'y aithait pas d'litcheu dans la maison et que j'pouvais aller m'faithe quatorze. Opprès chenna ou s'mint à m'liéthe le rapport du meeting des "Catch-my-Pal" et chanti les louanges du Révd. Scrymgeour et ainsi d'suite, mais là-d'sus de dêhalli une gâzette de ma pouchette et j'lis la la lettre au bouanhomme Coxhead.

Mais i' n'y-avait pas moyen d'la convaincre, ou n'voulait pas entendre raison du tout et finit par me dithe que j'étions un tas d'ivrouognes.

Alors, garçons, acheteu qu'ou savez comment qu'les choses vont siez-nous, ou comprendrez bein quand ou veindrez m'visiter, que je ne s'sai pas dans la position de vos offri tchiquechose à prendre, et ou me f'thez grand pliaisi, si Marie Hibou est présente, de n'entamer pas une dischussion à chu sujet-là, car ou pouorrait bein s'oublier au point d'vos insulter, et dès qu'ous aithiez l'dos touanné che s'sait oquo mé qu'en aithait du piéthe.

J'ai êprouvé à la faithe promettre que che s'sa raique duthant la djerre qu'oulle impos'sa toutes ches restrictions ichin, mais jusqu'acheteu ou n'a pas voulu se compromettre en auchune maniéthe.

Sav'ous bein que j'ai un espèce de soupçon qu'ou n'a réelement pas dêtruit ches boutelles-là, mais qu'ou les a muchis de tchique quarre et qu'ch'est lyi et la vieille laveresse qui vient siez nous qu'en profitent quand je n'sis pas là.

Caouain
La Chronique de Jersey
Avri 1915

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises