Les Pages Jèrriaises

Caouain pendu

Touôs les siens qui veindront annièt cherchi lus gâzette à l'office, pouorront vés les restes mortels de man pouorre frèthe que les méchants avaient pendu, criyant de faithe taithe ma bec.

Ches la belle parisienne qui m'a envié par la poste tout cha qu'en reste et comme ou l'est commé mé ou n'avait pas d'sous pour acater unne stamp, i' y-a fallu qui paie quatre sous à l'office.

Ne v'chin la lettre que nous a envié avec les restes du sien qui n'est pus de chu monde:

Man chièr Caouain,
Je sis à t'envier tout cha qui reste du pouorre caouain tchi fut pendu par le co à un bouais dans la Rue du Va, dans la pâraisse à Douard. J'vai que tu-ais bein "kind" de v'nin m'vais tchi'que fais et ch't-é pas honorablye et hors de pyaîche pour un caouain d'être pendu à un bouais et que l'entrepreneux Phlip voulait pas faithe san d'vait. J'ai pensé que ch-té ma pyaîche de t'envié la carcase. Dit pas au Mâle Cat que j'ai fait chun chein.

Vein m'vais y'un d'chest jours.

A bétôt.

La Dame qu'a les bras paralysès.

P.S. - Veu que mes bras sont paralysés, j'ai y'eu à êcrithe chun chin avec mes pids. J'né pas té au "Victorya Collidge" et je n'sé pas si j'ai êcrit du bouan jerriais.

Pour de mé, cause de tout l'malheur, si j'avais ieu les sous des fees du ministre - chouna n'est pas bein et ne dev'thait pas être -  j'éthais fait mettre un monument sus l'corps de man pouorre frèthe avec tchiques versets comme chonne chein:

Ichin r'pose en paix le sien tchi dans sa vie n'dit mot,
Et fut haout et court pendu, accusé d'en avé dit trop.
Les méchants criyaient happèt, le caouain, qu'a pour y-eux trop de bec,
Mais li, boustre de malin, reste pour digoté les court de pé.
Nou lî souaitait tout malheur, nou voudrait l'pendre ou l'rôti.
Et tch'est qui s'en moc comme de sa premièthe k'minse: ches li.
A dithe la véthitèt en riant, bein seux occouo y continuètha,
Et ma fingre, pour de mé, tant pièthe pour cheux-là qui picottera.
 
* * *

J'ai tèt à la Trintai, garçons, à touos les meetins, et Samedi tchi veint je vos racontetai tout cha que l'Caouain sait et je vos promêts s'ra bein intéressants et comique, et vos amusetha tous.

Caouain
1911
 

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises