Les Pages Jèrriaises

L'APPRECHE DE LA MORT.

I.

"Le vent, n'ya qu'un instant, était à joué
Avec la mer, et je l'oui-iais chanté;
Les louem's, badin's et riant's, j'entendais s'rué
A rein'-de-brach' contr' le grougnant roquié:
Coumment s'fait-i, O mon fils, que soudain,
Les échos meur'nt, et que j'n'entends pus rein?"
"Chest, O mon pèr', car la marée
S'en va, et s'ra bétôt r'tirêe."

II.

"Mes yeux, n'ya qu'un instant, 'taient à s'bengnié
Eh fliots d'lumièr', dont chaqu' sembliait pus bé
Que l'autre. Et j'viyais coumm' tout près de mé,
Solé et flieurs, et vout' céleste, et té.
Coumment s'fait-i, O mon fils, que soudain,
Les lueurs s'éteign'nt et que je n'vai pus rein?"
"Chest, O mon pèr', car la journée
Fait bas, et est bétôt passée."

III.

"Mon queur, n'y a qu'un instant, 'tait allumé
D' un feu sacré; un rud' souffle est passé,
Perchant et lourd, et je m'trouve env'loppé
Coumme en mille nuag's de mucreur et de né......
Coumment s'fait-i, O mon fils, que, soudain,
Tout chang' d'la sorte, et tout chechin me vein?"
"Chest, O mon pèr', car la sérée,
Et av' lié la GRAND NIET, est arrivée."

 

L.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises