Les Pages Jèrriaises

À la santé du candidat

En Accord au Portinfé

Moussieu l'Editeu,

Quand la Merrienne vit sûs la gâzette qu'nous avait trouvé un candidat pour Député, ichin à Saint-Ou, oulle en pathut ben rêjouie. "Ach'teu," ou s'fit, "j'pouvons nos fié qu'j'éthons eune êlection. Faut éspéthé qu'ché s'sa un mio comme les viès tempos et qu'nou r'entendra pâsler des Louothiers et des Rôsiers. Que j's'y contente que nou s'en va vais un mio d'rêmuage dans la pâraisse. J'pense ben qu'y'étha un rouoge et un bliu. Tchèsque tu'en dis, Ph'lip?"

"Chen que j'dis," j'ly raiponnit, "ch'est à qu'menchi qu'tu vais trop vite. Quant à mé, j'doute hardi que nou vêrra un deuxième candidat. J'en ai pâslé au Frainque Le Maistre, et y dit que ch'n'est pas du tout probablye, et ch'est un gâs tch'y dait savé."

La Merrienne se r'dréchit dans sa tchaise. "Et veur-tu m'dithe, Ph'lip, que nou s'en va laissi une pathéille occâsion passé sans une bordée d'fun? Si ch'est d'même, grand doux, ouèsque Saint-Ou s'en va? Mais je n'le crai. Je l'connais, l'Frainque, et j's'y pérsuadée tch'y tait à t'hallé sûs la gambe, comme nou dit en Anglais. Tu vêrras."

"Nouffé," j'l'y dit, "y tait sérieux pour une fais. N'y'a pérsonne à Saint-Ou tchi veur la djobbe, épis j'ai toute confiance que l'Mâjeur de Gruchy f'tha un bouon Député. Ch'est un Moussieu d'yunne des pûs vieilles familles de Jêrri, et un solide Jêrriais tch'y n'a peux d'personne. Epis il a une tête, et ch'n'est pas une githouétte."

"J'm'accorde à tout chonna," ou dit, "mais ch'n'est pas là la tchèstchon. Y'a chinquante ans nous n'faisait pas ditét. Y s'trouvait tréjous deux candidats, et ch'tait une raide bataille. Hélas! les bouans viers temps."

"Y ne r'veindront pas," j'l'y dit. "A qu'menchi, les gens n'sont pas si bêtes, épis n'y'a pas les sous qu'y'avait. Sais-tu ben qu'un certain Saint-Ouennais tch'y fut forchi de s'battre deux fais, parsque y'avait yeu une mêprinse à la premié êlection, dêpensit pâssant mille louis?"

"J'ai ouï chonna," ou dit, "mais y pouvait y'affôrdé, épis il avait d'bouons amins. Par exemplye, y'avait la dame tch'y tait tréjous prête à donné des chents louis à autchun candidat d'san parti."

"Va trouvé du monde de-même au jour d'agniet," j'l'y dit "et tu les trouv'thas dans l'chimthièthe. Quant à lûs successeurs, tu'éthais ben d'la peine à lûs hallé une pièche d'êtchu, sans pâslé d'chentaines de louis. Mais ach'teu veur-tu savé la raison pourtchi les Saint-Ouennais n' [sont pas intérêssis dans la poli]tique comme par le temps passé?"*

"Oui," ou dit, "ch'est justement chen que j'voudrais savé."

"Eh ben," j'l'y dit, "j'm'en vais t'dithe." Le moment qu'nou donnit la vouaix ès femmes ch'tait autant d'fichu."

"Tu'as l'affront de m'dithe chonna?" ou s'fit, rouogissant d'mârisson.

"Vèthe," j'l'y dit, "et ch'est la véthité. Dans les viers temps un candidat savait tchèsqu'y faisait. Y aisait une liste. A qu'menchi, des viaux tch'y taient à vendre, et allait l's'accaté, s'il avait l'moyen. Ben seux, y n'se gênait pas des femmes, sinon, tchiquefais, quand y'en avait yunne tch'avait un homme tch'y faisait comme ou l'y dîsait. et la séthée d'vant l'êlection y savait, à yunne ou deux d'près, combain d'vouaix tch'il avait. Mais ach'teu qu'les femmes s'en mélent, le pûs habile peut s'y trompé, car, comme nou sait, les femmes sont changeables. Comme dîsait l'poëte français: "bien fou qui s'y fie."

"J'voudrais l'avé ichin, chu Français-là," ou dit. J'y'apprendrais bétôt à dithe de pathéils mensonges, le fripon. Quant à té, Ph'lip, j'm'êtonne que tu peux pâslé ditet gniolin. Les femmes n'ont rain à y faithe, et un candidat peut s'fié sûs lus pathole. La fauthe est qu'les Saint-Ouennais d'agniet sont pour la piûpart dêgénéthés. La pâraisse s'en va ès tchans, et j'en s'y dêgouôtée."

"Tu'as tort, ma Merrienne," j'l'y dit. Y'a ocquo toutplien d'bouonnes gens à Saint-Ou, mais la vie est pûs difficile qu'ou n'tait aut'fais, épis ach'teu un membre d's'Etats passe presque tout san temps en ville. Dans l'mais d'Avri, ch'tait fini jusqu'au mais d'Novembre. Ach'teu ch'est chen qu'nous appèle en Angliais "A fulltime job"; ch'est à dithe que n'y'a pas de r'pos. A ma veue, nou dév'thait être ben r'connaissant à un moussieu tch'y s'dêcliaithe candidat. Allons! faut bèthe un lérmin à la santé du Mâjeur."

Et la Merrienne de dit pas nânin!

Ph'lip
*[lîngne mantchie dans la gâzette]

24/11/1951
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises