Les Pages Jèrriaises  

Noué en Jèrri

Êcrit (en Angliais) par P.W. Luce

 

Dramatis personnae

Ph'lippe

L' Bouonhomme

Lizabé

Sa femme

Jean

Lus fis

Thomas

Lé cocheur

Missis Hotton

Eune boutitchièthe

Missis Machin

Pâssagièthe dans la bus

Lé Deputé

 

 

 

 

Scène 1 - sus la bus dé St. Ouën à St. Hélyi

 

 

Ph'lippe

Bouonjour, Mait' Thomas.

Thomas

Bouonjour Ph'lippe, comme est qu'ous êtes ?

Ph'lippe

Comme un vyi, mèrcie. Et té, Missis Machin?

 

(à l'entrée d'la bus)

 

Lizabé, Lizabé, veint-t-en don. Touos les sieges sethont prinses d'vant qu'tu t'arrive. Tu sai bein qu' la bus est trèjous plieinne lé Sam'di d'Noué. Dépeche-té !

Lizabé

Mais Jean est j'n' sai pon iou. Il 'tait avec mé i'y a deux fis d'coton, et achteu lé v'là hors.

Ph'lippe

Jean, Jean !

Lizabé

Ah, le v'là. I' faut qu'j' vos dit, mes bouonnes gens, les mousses d'achteu n'valent pon la peine d'en aver, j'vos l'asseuthe. (Jean entre) Eyou qu'tu a 'té? Tch'est qu'tu 'tait a faithe? Ergarde, ton lachet est défait.

Jean

J'ai 'tait a r'garder deux tchians tchi 'taient a lus entrebattre. Mais i's n'sont pon acouo fini. Mait' Thomas, pouv'ous arreter la bus jusqu'a qu'iun gangne et l'autr' perd ?

Thomas

Nannîn-dgia, ch'est contre les regl'yes. Assiev'ous, tout l'monde.

Lizabé

Veint-t'en, Missis Machin s'en va faithe du run pour té.

Ph'lippe

Eh bein, Thomas, ev'chîn deux ch'lins pour mé, deux ch'lins pour la Missis et un ch'lin pour man p'tit Jean.

Jean

J'ai quasi mes dgiex ans.

Lizabé

Ne l'ecoute pon, Mait' Thomas. Il n'a qu'neuf ans et tchiques semaines.

Thomas

Combein d'semaines? Chinquante-trais? Ch'est deux ch'lins pour li étout.

Ph'lippe

Ah, la maintchi prix est assez pour li. Un p'tit mousse comme li n'prend pon du run du tout.

Thomas

Li ! i'prend autant qu'un grand personne.

Ph'lippe

Ma fouai, nannîn. Pas du tout. J' m'en vai vos montrer.

 

(sort san regl'ye et m'suthe la drièthe d' Jean, pis fait l'même chose pour Thomas)

 

La, la drièthe à Jeannot n'a qu'huit pousses, et ous en avez seize. Si huit n'est pon la maintchi de seize, j'ai perdu man temps au college. La maintchi d'laize, la maintchi du prix, et ch'est la louaie.

Thomas

Ch'est deux ch'lins ou i' restetha ichin à St. Ouën.

Lizabé

Donne li l'autr' ch'lin, Ph'lippe, Man doue, ch'est chi ! Mais auprès tout, i' n'a pon 'té en ville d'pis la saison d'patates.

Ph'lippe

Eh bein, ch'est contre mes principes, mais….

 

(i' li'en donne, pis dehalle san chipaudé et sa pipe)

Thomas

Pas d'feunm'thie dans la bus, Ph'lippe !

Ph'lippe

Pourtchi pon ? Ch'est le p'tun à Germain. Chenna m'a couôté chînq ch'lins le livre.

Lizabé

Mait' Thomas a raithon, Ph'lippe. I'y a des femmes sus la bus, et un moussieu n'feunme pon d'vant eune femme, si ch'n'est sa femme.

Jean

Pourtchi pon chanter pour nous au lieu d'feunmer, P'pée. Peux-tu chanter en Breton?

Ph'lippe

Mais bein seux; j'connais "Nanni Gousse" - mais j'aim'thais mus chanter "Allouette" :-

 

Allouette, gentil allouette,

Allouette, je te pleunmethais

Je te pleunmethais la tchu

 

(Lizabé et Jean c'menchent à chanter étout)

 

Je te pleunmethais la tchu

Et la tchu….

Thomas

Tais'ous, tais'ous!

Ph'lippe

Pourtchi qu'je n'pouvons pon chanter dans la bus, Mait' Thomas?

Thomas

Pac'e qu' ch'n'est pon Dinmanche et pac'e qu'ou n'chantez pon comme des canariens.

Ph'lippe

M'luque! J' chantons bein assez pour "Allouette". Bah! J'allons nos taithe.

 

(groumanchant, i' prend eune pinchie d'sno, pis en donne à Lizabé et Jean. Lizabé fait servi eune belle mouoché, Jean eternue et torche san nez sus la manche d'sa c'mînse)

 

 

 

RIDGEAU

 

 

 

Scène 2 - En ville

 

 

Jean

(Jouant sus sa fliute à becque, i' r'garde les paîssons dans la mathe ornémentale)

 

Pourtchi qu'i' sont app'lés "des rouoges paîssons", M'mée ?

Lizabé

Ch'est viyant qu'…..

Ph'lippe

Ch'est viyant qu'i' y a eune taxe sus les tchians, ou p'têtre viyant qu'la Reine a deux jours d'naissance touos l's ans ou viyant qu'l's Etats font tant d'betisses…. Ne m'd'mande pon autant d'tchestions. T'en va-tu, Lizabé ?

Lizabé

Oui, Oui, dans un moment.

Missis Hotton

Le prix des patates au jour d'aniet, i'n'y a pon d'profit pour les boutitchièthes

Lizabé

Ni pour les fermièrs nin'tout, et ch'est d'même pour les caboches.

Missis Hotton

J'vos dit, le prix dait hauchi - les villais peuvent l'affaurder.

Lizabé

Pas comme nous, les pouorres campagnards.

Ph'lippe

Mais sapresti ! Ev'chin not' Deputé. Bouonjour, moussieu l' Deputé; Comme est qu'ous êtes?

Deputé

Comme eune capeste, mèrcie. Pren'ous un lérmin pour Noué?

Ph'lippe

Eh bein, un p'tit gouttin n' f'tha pon du ma , mais la Lizabé a des droles d'idées entouor la litcheu - mais, oulle est un mio embarrassé là-bas - allons douochement à l'Aurora…

Jean

(a petchi dans la mathe atout un but d'ficelle) Aïe yaïe, l'ieau est fraid. Et un paîsson m'a mordu au daigt! Ow! Ow!

Lizabé

Tch'est qu'tu'es a faithe, maniéthe d'înmbecile? Mefi-té, qu' tu n'tcherras dans la mathe ! Oh, te v'là tout mouilli. Arrete que j'te teurs la manche, même si ch'est la coue qu'j'aim'thais mus teurtre.

Jean

J'ai laissi tchaie man chocolat dans l'ieau. J'peut-t'i' en gaffer ? j'n'ai ieu que deux bouochies.

Lizabé

Nannin, les paissons ont c'menchis à l'mangi. Si ch'est qu'tu les empouaissons, tu s'sas en embarras auve la Police. Mais ou'est qu'est tan pèthe? Va li ercherchi.

Jean

P'pée, p'pée, eyou qu'tu' es? Oh mais ergarde les pithots - et les canards - les dindes - (sortant) et i'y a un bouais d'Noué …..

Lizabé

Ph'lippe - Jean - eyou qu'ous êtes? Jean - Ph'lippe ….. (ou sorte)

 

 

 

RIDGEAU

 

 

 

Scène 3 - Dans Halkett Place

 

 

 

 

Lizabé

Man doue, j'sis-t'i heutheuse qu'j'avons fini la boutiqu'sie. Ch'est eune bouonne affaithe qu'j'avais trop d'argent dans ma bourse, pa'ce qu' j'ai tout depensé. J'avons l'mangi de siez Orviss, l's ouongnons, eune lanterne pour l'etabl'ye, eune c'mînsole pour lé bouonhomme, trais cotillons pour mé et tes bottes à cliou. Jé n'avons pon perdu eune pouque, dit?

Jean

(bein lassé) Nannîn, je n'craie pon. Iun, deux, trais, quatre, chînq, six sept, huit, neuf. Je dev'thons-t'i aver neuf ou huit, M'mée ?

Lizabé

Si ch'est neuf qu'j'avons, ch'est neuf que je dev'thons aver. Mais ou'est qu'est tan pèthe? I'dait aver 'té ichîn i'y a eune demi'heuthe - mais je n'li vais pon. Et ach'teu i'c'menche a brousser. Ouvre man paraplyie, si t'pliait.

Jean

Lé v'là, M'mée, mais gas ! I'feunme eune cigare.

Lizabé

Té v'là don, à nos faithe attendre eune demie-heuthe dans la plyie. Et comme est qu'ch'est qu'tu feunme sus eune cigare, je m'd'mande?

Ph'lippe

J'ai print eune cigare pa'ce qu' je n'voulait pon acouo d'la biethe.

Lizabé

Ha! Ch'est comme chenna qu' tu passe tan temps lé Sam'di d'Noué, à roder les c'mîns d'un cabathet à un autr', à béthe comme un trou, et pis, quand tu n'peut pus t'nîn, té conforter auve des cigares. A gavachi nos sous sus du génèvre et du biéthe et du whisky à la pliaiche de les mettre à coté pour not' guaino pour la saison tchi veint. Saccageux - gaspilleux - vacabond !

Ph'lippe

Douochement, douochement, Lizabé. Seyiz raisonabl'ye. J'rencontrit not' Deputé et il însistit qu' j'preinge eune vèrre auve li. Pis iun d'ses anmins acatit un autre, pis un anmin d'san anmin en acatit, et pis un anmin à l'anmin à l'anmin du Deputé….et pis….

Lizabé

Et pis tu acatit eune vèrre pour chatchun…

Ph'lippe

Ah, nannîn, Lizabé. Bein qu'j'tait un mio alleunmé, j'n'ai pon perdu la tête. J'l'arrangi si bein qu'j'n'avais pon a en acater du tout.

Lizabé

Eh bein, ch'n'est pon aussi piethe qu' j'n'avais creu. Jean, amathe tan lachet - as-tu un torche-nez ?

Jean

Oh, M'mée, 'gas ichîn ! P'pée a eune bouteille d'whisky dans sa pouchette. L's aubergistes donnent-t'i' des bouteilles d'whisky au jour d'aniet à la pliaiche des almanachs ? J'avons deja sept almanachs.

Lizabé

Ph'lippe, tu sais bein qu'j'n'permets pon l'litcheu dans not' maison. Ch'est la bouaissonn'nie tchi nou met souos l'fou. J'sis teetotal mé-même, et j'm'en vais vèrser chutte salop'rie avaû l'dalot.

Ph'lippe

Aw, Lizabé, Lizabé, ch'n'est pon comme té d'être gaspilleuse. Jé n'peux pon l'ergarder.

Lizabé

(tchi r'garde l'etitchette) Mais ch'n'est pon du whisky du tout. Ch'est l'ieau d'vie! L'ieau d'vie d' Martel. La fanmil'ye Martel 'tait vrai Jèrriais d'vant qu'il' emigrit en France i'y a deux chents ans; ah, i' dait être du bouon couongnac. Si nou tchit malade, i' s'sa chanceux d'en aver dans la maison, p'têtre, mais j'n'sommes pon eune fanmille chétive. Mais j'sais tchi faithe ! J'm'en vais l'garder pour mettre le podin d'Noué à feu.

(ou mets la bouteille dans eune pouque)

Achteu, j'allons au Weighbridge pour la bus. Donne-mé tchiques pouques, Ph'lippe, et prend chein tchi reste té-même.

Ph'lippe

Jeannot, en v'chîn iun pour té…. Et té, Lizabé. Tu n'veurs pon porter pus? Le restant pour mé…

Jean

(joue la fliute à becque)

Lizabé

(châre de la strade auve ses pouques)

Ph'lippe

(dgette la bouteille dans la pouque, tithe le bouochon et avale eune gorgie, pis eune autre, leve san cigare et sort en chantant "Allouette")

 

 

 

RIDGEAU

 

Viyiz étout:

 

 

Les Pages Jèrriaises