Les Pages Jèrriaises  

Une Séthèe d'Noué


Bouan Noué! Une compagnie d'monde 'taient rassembliés à fêté Nouë ensemb'ye siez l'bouanhomme Charles David, car, pour li, ch'ein 'tait pas Nouë si n'yavait pon d'gi siez li. Tchitchuns d'sinvités 'taient là pour la prumié fais, d'autres y'avaient 'tait d's années d'vant et deux d'yeux, et l'grand péthe et la grand' méthe y'avaient fêté Nouë pour quasi chent ans. Les jeunes gens lus d'battaient, juouardaient, dansaient et lus entre-embrachaient quand i criyaient qu'les vieilles gens n'les r'gardaient pas. Ch'est drôle coumest-que tuous les jeux d'Nouë finissent d'la même manièthe:- s'entre embrachi, et ch'est tréjous les jeunes filles qui montrent lé qu'min.

Les anciens 'taient assis autou du feu l's'hommes à bêthe des verres cauds, les femmes à rôti des châtaignes, et à prôner - principalement à prôner, "Une année"; disait l'bouanhomme Charles, "j'men rappel'lai toute ma vie; le jour de Nouë, j'fut à la chasse avec deux camarades; y'avait biaucoup d'gibi ch't'année là, car il avait g'lé diversement du et y'avait d'la glace partout. Touos les viviers et êcyuses 'taient g'lés. J'taiemes à chasser auprès du mathais, quant j'vimes une f'liotte de canards sauvages qui v'naient.

"Faut nos muchi," j'dis, et nos v'la tuous les treis, drièthe dé grosses touffes dé jontchet, à pliat ventre sus l'mathais qu'était g'lé. Les canards lus abbattirent sus l'mathais, mais hors de portée, et pis toute suite i' r'levirent et lus rappréchirent mais seulement pour lus êcarté derché. J'fumes une bouanne demie-heuthe là, et bouistre - i' faisait fré, mais j'taimes bein dêterminés d'aves des canards, et ou savez bein tch'est qu'ch'est quand un St.-Ouennais a d'tchi dans la tête. Enfin j'eumes la chance, les oiesyeaux appréchirent assez près, j'primes bouanne mithe et sans changi d'position, sans même bouogi un ergot j'tithimes les treis ensembye. J'avais mithé sus un gros nier mayard, et j'eu la satisfaction d'vais qui ne l'vi pon ov les autres. "Faut aller cherchi l'gibi," s'fit y'un d'nous. J'eprouvons à nos l'ver, mais pas moyen, j'avaimes biau d'ghethotter, rêmué, et sacq'té, pas moyen d'sé'r'dréchi. J'taimes tuous les treis g'lées sus la glace aussi dû comme des pouques muoyies cliuttées à la terre par lé gliaichon. J'vos asseuthe que not position n'tait pas du tout comfortab'ye j'grenottaimes de freid, j'taimes affamés, et s'lon toute appathence j'allaimes rester là jusqu'a ch'que l'mathais dêg'lisse! N'y'avait qu'mé qu'avais les deux bras libres, les autres avaient l'bras gauche collé aussi du que l'restant du corps. N'yavait personne en veue pour v'nin à notre s'cours et n'ou n'gagnait rein d'faithe des cris, don' fallait nos dêpiautchi d'not' mus. - S'tu pouvais rompre la glace avec ten arme" m'dit l'pus g'lé des deux autres "tu puorrais me r'lévé et j'men ithais siez vous m'cuochi dans l'âtre." - "Pas une mauvaise idée," j'pensi et don j'y êpreuvi, et j'capuchi sus la glace de toute ma forche, mais au treizième coup la t'chulasse rompit net, et l'canon m'restit dans la main. J'restit a r'gardé les restes de m'n'arme assez bêtement, mais l'sien d'aupi d'mé, - il 'tai carrieux - m'dit: "Passe mé ch'la, j'ai un pliuan." - J'lis passi l'canon, et l'prenant par un but dans sa main droète, i m'fuourre l'autre but suous l'êpaule et qu'menche à m'digotter - "Halte-là, j'lis criyi," j'eun'tai pas passé chu canon là pour qué tu m'êcorches avec." -"Bah! Bah!" i' s'fit, "n'ya pas d'soin s'tuas un mio d'ma, j'm'envais beintôt t'suol'ver." Et ma fé, comme i l'disait, i n'tait pas gêné si m'faisait ma, mais pour li donner san droèt, ch'n'tait pas tréjous d'sa faute si m'êcrasait l'corps avec sen ôti, car ch'n'est pas qu'mode de travail'yi cuochi à p'yiat ventre, et oquo mains quant nous y est collés. Enfin à forche de travaill'yi, i r'pathi de cassé la glace à des bords et à triyi m's'habits à d'autres de sorte qy'ou bu d'une dem'-yeuthe j'pu enfin me r'lévé, et quoique tout engourdi je m'mins tout d'suite à deslot'chi avec le canon, à man tou - et j'vos asseuthe que j'ne l'mênagais pas! S'ou l'avaites oui faithe des serments sus man co! - J'l'êloiesi bein tout alentou, et pis l'suol'vi par les gambes et la trique' tait faite. Entre les deux j'e n'fumes pas longtemps à r'lévé l'treisième chasseux qu'était l'pus du cliutté, des treis. Mais j'vos asseuthe que je n'rêcauffimes pon d'vant qu'l'êté ne r'vinse"

"Et les canards," d'mandit l'Captaine, tchest qu'en fut?"

"Pour comb'yé tout, j'avaimes tuous les treis mithé sus l'gros né qué j'tithi; j'n'eumes qué ch't'ina, et il 'tait crib'yé d'piomb.

"Allons, Cap'taine, ch'est vot' tou, contez nous t'chique aventuthe qu'ous avez y'eu dans l's autres pays. Ous en avez passé, d'rudes bordées, j'cré bein."

L'Cap'taine ramassi sa pipe, la bouorri bein, satchi une allumette sus l'bord de l'âtre et qu'menchi à fumer. Deux bouffées - et pis il ôti la pipe de sa bouoche et r'gardi la litcheu... San verre fut remp'yi - et bein remp'yi - et oprès une gorgie i q'menchit sen "yarn." "J'ai passé bein des Nouës à terre, et j'en ai passé bein des pièches en mé, s'fit-i'. T'chique fais j'ai fait bouonne chère, et t'cjique fais j'n'ai yeu rein quee d'la galette à mangi. Une année, j'tais contre-maître sus l'Roamer, j'avaimes y'eu une avathie et j'taimes à court de provisions, mais j'fimes un Podin d'Noué avec d'la fieu, d'la graisse et des galettes dépichies, n'y'avait pas grand goût dans l'podin mais, bein arrousé d'grog, i' d'valli quand même. L'année suivante je m'trouvi à passer man Noué dans une p'tite ville chinoise et la seule chose que j'peûmes avé pour not dîné, 'tait du riz. J'fimes not possib'ye pour acatté ou volé t'chique anima, mais le seul qué j'peûmes avé 'tait un tchean. Une fais j'avaimes à traverser à pid d'viers chinq chents milles pour arrivé à une ville que j'savaimes être au Ouest. Le 25 de Décembre j'aperchûmes eun tas d'sauvages habiyies dans l'costume d'Adam et d'Eve qui lus apprêtaient à mangi. J'eun n'savaimes pon t'chi faithge, j'crévaimes de fain et la veue d'un fricot nos tentait, mais j'cuothaimes la chance qu'à la pièche de nos servi à dîné i nos servithaient POUR dîné. Enfin j'nos montrîmes et j'avaimes l'air si minséthab'yes qui n'voulaient pas nos tchuithe mais au contraithe i nos offrirent partie d'lus dîné que j'acceptîmes de bouan t'cheu, et j'nos mîmes à l'mangi. Mais ch'tait du, du comme du t'chui; et l'goût pièthe que la pus sale puourté à t'chi ou pouvez pensé. J'sûmes pus tard que j'tai une vieille âne qu'ils avaient trouvé morte que j'lus avaîmes aidg'hi à mangi! T'chi dîné d'Noué m's'amins!! Deux jours pus tard j'arrivimes à notre destination edt notre prumié soin fut d'allé visité un docteu. I nos baillyi d'l'huile de casto', et j'n'en crévimmes pon d'chu coup là. En '68 j'passi l'pus minséthab'ye de tuos mes Nouës, j'tais avec deux autres pourres d'g'hiab'yes sus une RAFT en plienne mé, et y'avait déjà sept jours que j'y'etaimes. Rein à mangi, et rein qu'une quarte d'yiau, d'restant, où pouvez bein craithe que j'eun fimmes pon grosse chère chu jour là, pourtant j'nos entre sou'aittîmes "Un bouan Noué," et j'n'eummes pas trop à nos pliaindre car le temps resti calme. Le lend'main j'sightimes un navithe qui nos r'pêtchi pus morts que vivants. Mais," s'fit l'Captaine en terminant, " de tous les Noués q'j'ai passé sus terre où sus mé, je préfèthe oquo l'passer d'chutte faichon ichin. Au coin du feu, une bouanne pipée de p'tun, et un verre d'eau (d'vie) d'temps en temps, ch'est tout ch'qui faut. Et à la fin comme au q'menchment d'sa "yarn" le Cap'taine r'gardit la litcheu, et quand san verre fut remp'yi i dit; Allons jeunes gens chantez nous: "Au bouan vier temps," et tout l'monde lus l'virent et chantirent la version jersiaise "d'Auld Lang Syne."

Pour l'amour du vier temps allons,
Pour l'amour du vier temps,
J'bérons ensemblle ocuo une fais, j'bérons
Pour l'amour du vier temps.

(Ch'est feu l'Juge Langliais qui l'a faite et les mots, jé l'cré, L'i font honneur).

 

Ph'lip D'la Golarde
Nouvelle Chronique de Jersey 27/12/1902

 

 

Viyiz étout:

 

 

Les Pages Jèrriaises