Les Pages Jèrriaises

La Lettre Jèrriaise

lé 21 dé Dézembre 2014

Bouônjour - ch'r'est mé Brian Vibert tchi vos présente la lettre Jèrriaise aniet lé 21 dé Dézembre. Et à tous tchi m'êcoutent aniet, j'vos souhaite à vous et à vos fanmil'yes les complyîments d'la saison dans l'espéthance qué vous pass'thez un bouan Noué et qué la Nouvelle Année vos apport'tha bouonne santé et grande jouaie. Ma femme et touos les membres de ma fanmil'ye prannent chutte opporteunité dé vos offri lus miyeurs souhaits.

Pouor plusieurs, par à ch't heu, lé picot est déjà acaté, les présents sont patchis, les cartes êcrites, les êfants sont dé pus en pus excités et Papa Noué a r'chu sa lettre auve les d'mandes pouor sa visite annuelle. Oh, qué i' y'en a dé tchi faithe en prépathâtion pouor Noué. Et j'disons si souvent qué Noué est principalement pouor la fanmil'ye; véthe v'là tchi nos donne grand plyaîsi dé s'réuni pouor célébrer ensemb1'ye. Mais i' y'en a tchi n'ont pas d'fanmil'ye et i' peuvent sé trouver tristes et seuls.

J'vîns dé r'lièthe acouô eune fais ieune des histouaithes dé l'écrivain Léo Tolstoy. Eune année, la Sèrvelle dé Noué, lé vier cordonnyi Papa Panov rêvit qué Jésu-Christ s'en allait lé visiter lé lendemain, lé jour dé Noué même. Lé 25 dé Dézembre i' sé 1'vit dé bouonne heuthe et nettit la maîson pouor èrchéver san visiteu distîngdi. Après p'tit temps, i' ouit taper à la porte et là dams l'entrée 'tait un gratteux d'route. Pouorre îndividu, i' 'tait bliu auve la fraid; not' amîn Panov 1'învitit d'entrer et lî offrit un verre caud. Tchique temps après i' y'eut eune deuxième visite - Chutte fais ch'tait eune mèthe sans sou auve san p'tit êfant dans ses bras. Lé vier cordonnyi lî ' prépathit un r'pas et donnit à l'êfant eune pathe dé soulyiers tchi l'avait fait li-même pouor lé p'tchot tchi n'avait janmais ieu. Dans 1'arlevée plusieurs bédgeux arrivîtent sus 1'pas d'porte et Papa Panov lus donnit tous à mangi et les învitit d'lus cauffer d'vant san feu dé bouais. Mais hélas lé visiteu tch'il attendait n'arrivit pon. Pus tard Papa Panov s'couochit et en s'endormant i vit passer d'vant li eune longue procession dé tous tch'il avait aîdgi chu jour-là. Et pis i' ouit la vouaix dé Jésu-Christ tchi lî dit: J 'tais êtrangi et tu m'fis la beinv'nue siez té; j'avais faim et tu m'donnis à mangi; j'avais sé et tu m'donnis à béthe; j'tais sans habits et tu m'habillyis. Chutte nièt-là lé vièr cordonnyi s'endormit si heutheux.

J'avons tous bouonne raîson dé nos rêjoui chu Noué. La majorité d'nous, j'avons tout tchi nos faut et j'espèthe qué j'allons nos asseûther dé prendre soin des cheins tchi autrement pass'thont un triste jour en solitude. Not' Sauveur nos a donné un parfait exempl'ye; sa vie et sa pathole nos ramémouaithent dé sa compâssion sans limite; i' véchut sa vie sans autchun égard pouor lî-même mais auve soin, respé et tendresse envers tous. I' nos invite dé l'suivre et en obéissant ses dmmandements, l'acceptant comme Seigneu, j'avanchons lé jour dé san règne et sa volanté sus la terre comme au ciel.

Brian Vibert

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises