Les Pages Jèrriaises

La Bouonne Nouvelle s'lon Jean, Chapitre 12

Vèrsets 1-16

Épis siêx jours d'vant la Pâque Juive, Jésû vînt à Béthannie siez Lazare, l'chein qu'il avait souôl'vé des morts. Nou lî griyit un r'pas, et la Marthe lî sèrvait, et Lazare 'tait parmi les cheins à tabl'ye dé compangnie auve li. Épis Mathie prînt eune livre dé hielle parfunmée et onguennit les pids à Jésû et l's êssuiyit atout ses g'veux, et toute la maîsonnée fut remplyie du parfum d'l'onguent. Mais iun des discipl'yes, Jûda Iscariote (l'chein tchi l'trisonn'nait), dit, "Pouortchi qu'nou n'vendit pon ch't onguent pouor siêx chent sous à seule fîn d'bailli les sou ès pouôrres gens?" (I n'dit pon chenna pouor autchun amour qu'il avait pouor les pouôrres gens, mais pa'ce qu'i' 'tait un voleux et, coumme i' gardait la bourse, prannait pouor lî-même chein qu'nou-s'y vèrsait). Épis Jésû dit, "Laîsse-la. Ch'est en tchi ou gardait chennechîn pouor lé jour dé m'n entèrrement. Ous avez tréjous les pouôrres gens siez vous, mais ou n'm'avez pon tréjous." Y'avait don un fièr fliotchet d'Juis tch'avaient ieu l'brit qu'i' 'tait là, et i' vîndrent pon raîque pouor vaie Jésû mais Lazare étout, l'chein qu'il avait souôl'vé des morts. Mais les grands prêtres compliotîdrent pouor mett' Lazare à mort étout, viyant qu'un amas d'ité d'Juis lus en fûdrent et lus fyîdrent à Jésû.

Et l'lendemain, y'avait un amas d'monde tchi 'taient là pouor la fête et tch'avaient ieu l'brit qu'Jésû 'tait pouor v'nîn à Jérusalem, et i' prîndrent des branques ès palmes et lus en fûdrent à seule fîn d'l'achîtrer, en briyant, "Eune bénédiction sus l'chein tchi veint au nom du Seigneu, l'Rouai d'Israël!" Et Jésû êpyit un ânichon et s'y'êtchèrfroutchit; coumme ch'est êcrit dans l's Êcrituthes, "N'sai pon êffritée, fil'ye dé Sion, ch'est en tchi né v'là tan Rouai tchi veint assis sus un ânichon." (Ches choses-chîn n'taient pon cliaithes ès discipl'yes au c'menchement. mais quand Jésû avait 'té souôl'vé dans sa glouaithe, i' lus vînt à l'idée qu'ches choses dans l's Êcrituthes 'taient entouor li et nou lî'avait grée chennechîn.)
 

Vèrsets 12-19

Lé préchain jour, un fliotchet d'monde tchi 'taient v'nus pouor la Pâque Juive ouîdrent pâler qué Jésû s'arroutait en Jéthusalem. Et i' prîndrent des branques dé palmes et lus dêhalîdrent pouor l'achîtrer, en briyant, "Glouaithe! Bénîn sait l'chein tchi veint au nom du Seigneu. Bénîn sait l'Rouai d'Israël!"

Jésû trouvit un janne âne et s'êtchèrfroutchit d'ssus, dé même qué ch'est êcrit: "N'ai pon d'peux, fil'ye dé Sion, êv'chîn tan rouai tchi veint êtchèrfroutchi sus un janne âne."

Au c'menchment, ses approtis n'comprannaient pon chennechîn en tout. Ch'fut raîque auprès l'av'nue d'Jésû dans sa glouaithe qu'i' réalîsîdrent qué ches choses-là avaient 'té êcrites entouor li et lus 'taient adonnées d'auve li.

Assa les cheins tchi 'taient acanté li quand il avait hêlé Lazâre dé d'dans la tombe et l'avait souôl'vé des morts 'taient à en pâler partoute la contrée. Né v'là pouortchi qu'un 'té fliotchet d'monde lus dêhalîdrent à seule fîn d'l'achîtrer, par cause qu'il' en avaient ouï pâler d'ches faits qu'il avait grée. Épis les Pharisiens lus entré-dîdrent, "Viyons, j'sommes au d'sens: né v'là tout l'monde tchi vont souotre li!"

 

Vèrsets 20-33

Y'avait tchiques Grècs parmi les cheins tch'avaient amonté pouor louangi à la fête, et i' vîndrent à Ph'lippe, tchi 'tait d'Beth-saïda en Galilée et lî d'mandîdrent, "Moussieu, j'voudrêmes vaie Jésû." Ph'lippe s'en fut dithe à André, et André s'en fut acanté Ph'lippe à Jésû.

Jésû lus rêponnit, "L'heuthe d'la glouaithe du Fis d'l'houmme s'est adonnée. Véthe, j'vos di qu'si eune graine, un co tchée dans la tèrre, n'y meurt pon, v'là tch'est acouo raîque eune graine; mais en mouothant ou donne hardi d'frit. L'chein tch'est en affit d'sa vie en s'sa au d'sans; et l'chein tchi s'fiche dé sa vie d'chu monde l'étha à tout janmais. Si autchun houmme est man sèrveux, qu'i' veinge souotre mé; et là où'est qu'jé s'sai, man sèrveux y s'sa étout. Si autchun houmme d'veint man sèrveux, man Péthe lî f'tha hounneu. Achteu j'm'égdache - mais tchi? J'dithai-t-i', 'Man Péthe, êpaîngne-mé dé ch't' heuthe-chîn!'? Nânnîn-dgia, v'là tch'est pouortchi qu'jé m'sis adonné à ch't' heuthe-chîn. Man Péthe, glorifyie tan nom!"

Épis y'eut eune vouaix d'à haut tchi dit, "J'l'ai glorifié, et j'l'èrglorifiéthai."

Nou ouït l'brit, et y'en avait des cheins tchi 'taient là tchi dîdrent qu'ch'tait d'l'ôrage, et y'en avait d'aut's tchi dîdrent, "Un m'sagi li'a pâlé."

Jésû lus rêponnit, "Chutte vouaix-là n'est pon v'nu à mé, mais à touos vous. Ch'est qu'achteu chu monde est pouor êt' jugi, achteu nou l'enviêtha hors l'gouvèrneux d'chu monde. Et mé, si j'sis êl'vé d'la tèrre, j'attrioqu'thai touos les gens à mé." I' dit chennechîn pouor faithe saver coumme tchi qu'i' mouôrrait.



Vèrsets 34-50


Épis l'monde lî rêponnîdrent, "S'lon chein qu'not' Louai nos dit, l'Onguenné vivtha à tréjous; coumme tchi don qu'tu dis qu'il est d'mêtchi qu'lé Fis d'l'Houmme sait souôl'vé? Tchi qu'il est, chu Fis d'l'Houmme?"

Jésû lus dit, "La Leunmiéthe s'sa acanté vous acouo eune pétite pause. Marchiz dans la Leunmiéthe pouor achteu, à seule fîn qu'la nièrcheu n'vos tchaie pon sus l'co. Les cheins tchi marchent dans la nièrcheu sont dans la bliâse pouor iou qu'i' vont. Fi'-ous don à la Leunmiéthe quandi qu'ou l'avez, à seule fîn qu'ou d'veingiez d's êfants d'la Leunmiéthe." Un co qu'il avait finni d'prêchi, i' s'cârrit dg'ieux pouor eune bordée.

Ouaithe qu'il eûsse grée des sîngnes l'avant à ieux, i' n'avaient pon tréjous fouai en li. V'là tch'est explyitchi par les patholes prêchies du prophète Esaie:

"Seigneu, tchi qui crait en not' prêch'chie, et tchi qui sont les cheins tch'ont veu tan pouvé?"

Mais i' n'taient pon pouor craithe, ch'est en tchi Esaie l'avait dit acouo:

"I' lus a embliûté l's ièrs et endueûrchi l'tchoeu à seule fîn qu'i' n'vaient goutte atout lus ièrs et n'comprengent chinnetèrre atout lus tchoeu, ni n'lus amendent nément pouor qué j'piêsse les r'dgéthi."

Esaie 'tait à prêchi entouor li, Jésû, quand il avait dit chenna, ch'est en tchi il avait prédit sa glouaithe.

Tout coumme y'en avait un amas d'monde tch'avaient fouai en li, même parmi les hauts jutchis. Mais i' n'ôsaient pon admettre lus fouai l'avant ès Pharisiens par cause qu'il' avaient peux d'êt' mîns à la porte hors d's Assembliées. Car il' aimaient mus, ieux, lus accompter tchiquechose dans l'monde qu'auve lé Bouôn Dgieu.

Épis Jésû briyit, "Quand tchitchun a fouai en mé, i' n'crait pon raîque en mé, mais en l'chein tchi m'a envyé. L'chein tchi m'vait, vait l'chein tchi m'a envyé. J'sus v'nu pouor êt' eune veue dans l'monde, à seule fîn qu'autcheune pèrsonne tch'a fouai en mé n'reste d'aut' dans la nièrcheu. S'i' y'a autcheune pèrsonne tch'a ouï mes patholes mais tchi n'les garde pon, jé n'sis pouor l'jugi; ch'est en tchi jé n'sis pon v'nu dans l'monde pouor l'jugi mais pouor l'saûver. Y'en a tchi jug'gea l'chein tchi m'èrnonche et tchi n'atchil'ye pon mes patholes dans san tchoeu: la pathole même qué j'ai prêchi s'sa san juge à la dreine jug'gie. Car ch'n'est pon s'lon m'n autorité à mé qu'j'ai prêchi d'ité, ch'est l'Péthe tchi m'a envyé tchi m'a dit tch'est qu'j'éthai à dithe et coumme tchi l'dithe. Et j'connais bein qu'chein qu'i' dit est lé c'mîn d'la vie êtèrnelle, et d'même chein qué j'dis, mé, ch'est chein qu'lé Péthe m'a dit d'dithe."



 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises