Les Pages Jèrriaises

La Bouonne Nouvelle s'lon Jean, Chapitre 10

Vèrsets 1-7

Vèrrinne dans léglyise dé Saint Louothains "Véthe, j'vos l'dis, lé chein tchi n'entre pon dans la bèrgéthie par la porte, mais tch'y'entre par un aut' bord est un voleux et un lârreneux. Lé chein tch'y'entre par la porte est l'gardeux d'brébis. Lé portchi l'laîsse entrer, et les brébis l'êcoutent; i' rappelle les noms d'ses brébis et les condit hors. Quand i' les a touos dêhalé, i' va l'avant à ieux et ses brébis vont souotre li car i' r'connaîssent sa vouaix. I' n'îthont pon souotre un aut' tchi n'est pon lus gardeux, mais lus cârr'ront d'li car sa vouaix est la cheinne d'un êtrangi." Ainchîn Jésû lus ensîngnait en pathaboles, mais chein qu'i' dit n'tait pon cliai pouor ieux. Jésû don lus r'dit, "Véthe, j'vos l'dis, mé j'sis la porte ès brébis."
 

Vèrsets 6-11

Par chennechîn Jésû 'tait à lus ensîngni atout un conte, mais chein tch'i' 'tait à lus conter n'tait pon cliai pouor ieux. Et don Jésû l'us r'dit acouo eune fais, "Véthe, j'vos l'dis, mé j'sis l'us ès brébis. Touos les cheins tchi vîndrent d'vant mé sont des voleurs et des hors-la-louai; mais les brébis n'les êcoutîdrent pon, ieux. Mé j'sis l'us; si tchitchun entre l'travèrs d'mé il étha l'salut, et entrétha et sortitha et s'sa nouôrri. L'voleux veint raîque pouor gaffer les brébis et les tuer; i' veint pouor les passecrithe - mé j'sis v'nu à seule fîn qu'il' aient la vie et qu'il' en aient acouo pus. Mé j'sis l'bouôn gardeux d'brébis; lé bouôn gardeux r'nonche sa vie pouor les brébis.

 

Vèrsets 11-16

J'sis l'bouôn gardeux d'brébis, mé: l'bouôn gardeux d'brébis met sa vie pouor ses brébis. Mais l'mèrcénaithe et l'chein tchi n'est pon gardeux d'brébis (à tchi les brébis n'appartcheinnent pon) vait v'nîn l'loup et lâque les brébis et happe la pathe, épis l'loup les gaffe et êffathue les brébis. D'même lé mèrcénaithe happe la pathe viyant qu'il est mèrcénaithe et qu'i' n'est pon întérêssi dans les brébis. Mé, j'sis l'bouôn gardeux d'brébis et j'connais mes brébis et j'sis connu des meinnes. Coumme lé Péthe mé connaît, j'connais l'Péthe dé même et mets ma vie pouor mes brébis. J'ai acouo d'aut's brébis tchi n'sont pon d'chutte bèrgéthie-chîn; j'ai à l's am'ner ieux étout, et i' ouïthont ma vouaix, et y'étha raîque un troupé et raîque un gardeux d'brébis.

 

Vèrsets 11-16

Mé, j'sis l'bouôn gardeux d'brébis: lé bouôn gardeux donne sa vie pouor les brébis. L'chein tch'est un valet, tchi n'est ni l'gardeux ni l'maît' des brébis, vait l'loup appréchi et happe la pathe hors des brébis; et l'loup d'vale sus ieux et les cache par touos les bords, et viyant qu'il est un valet i' n'est pon gêné pouor les brébis. Mé, j'sis l'bouôn gardeux; j'connais mes brébis, et ieux i' m'connaîssent, tout coumme lé Péthe mé connaît et mé l'Péthe; et j'donne ma vie pouor les brébis. Et j'en ai d'aut's brébis tchi n'sont pon d'chu clios-chîn. Jé s'sai d'même lus dgide, et il' êcout'tont ma vouaix, à seule fîn qu'i' y'ait un troupé et un gardeux.

 

Vèrsets 17-21

"Man Péthe m'aime pouor chutte raison-chîn: J'èrnonche à ma vie à seule fîn d'l'èraver. Fis d'âme né m'la prend, mais j'y r'nonche à man bouôn gré. J'ai l'pouvé d'y r'nonchi et j'ai l'pouvé d'l'èraver. Né v'là la c'mande qué j'ai r'chu d'man Péthe."

Les Juis lus entre-èrhèrtchîngnîdrent par cause dé ches mots-là. Et y'en avait d'entré ieux tchi dîdrent, "Il a un mauvais exprit; il est cratchi! Pouortchi l'êcouter?"

Mais y'en avait d'aut's tchi dîdrent, "Ch'n'est pon d'même qu'lé chein tch'a un mauvais esprit pâle. Un mauvais esprit pouôrrait-i' êcaler l's ièrs ès aveugl'yes?"

 

Vèrsets 22-30

La fête d'la Dédicâtion arrivit en hivé,
et Jésû s'pronm'nait dans l'Templ'ye dans l'capitré d'Solomon.
Les Juis vîntent à l'entou d'li et lî dîtent, "Combein longtemps qu'tu t'en vas nos garder en suspens? Si tu'es l'Christ, di-lé franchement."
Jésû lus rêponnit, "J'l'ai bein dit et ou n'lé criyiz pon; chein qué j'fais au nom d'man Péthe, v'là tch'en est l'têmouongnage.
Mais ou n'lé criyiz pon car ou n'êtes pon d'mes brébis.
Mes brébis ouaient ma vouaix et j'les r'connais et i' veinnent souôtre mé
et j'lus donne la vie êtèrnelle i' n'péthithont janmais et pèrsonne n'les gaff'thont pon d'mé.
Man Péthe tchi m'les a donné est pus grand qu'tout, et pèrsonne n'peut les gaffer d'man Péthe.
Mé et l'Péthe, jé sommes iun.
 



Vèrsets 31-42


Acouo eune fais les Juis ramâssîdrent des galots pouor l'jouôter, Mais Jésû lus dit, "J'vos ai mouontré un tas d'beinfaits d'grées par l'Péthe; pouor létché d'entré ieux êt'-ous pouor m'jouôter?"

"Jé n'té jouôtons pon pouor autchun beinfait," qu'i' rêponnîdrent, "mais pouor t'n êcliandréthie! Tu'es raîque un sîmpl'ye houmme, mais tu t'fais craithe lé Bouôn Dgieu!"

Jésû lus rêponnit, "Ch'n'est-i' pon êcrit dans vot' louai à vous: 'J'vos l'ai dit, ous êtes des dgieux'? Assa s'i' dit qu'les cheins à tchi qu'la pathole dé Dgieu 'tait v'nue 'taient des dgieux - et l's Êcrituthes sont tréjous véthitabl'yes, véthe - tch'est qu'en est pouor l'chein qu'lé Péthe a chouaîsi pouor sé-même et envyé au monde? J'dis, 'Mé j'sis l'Fis du Bouôn Dgieu,' et pouor chenna ou m'atchûthez d'êcliandréthie? Si jé n'sis pon à faithe chein qu'man Péthe fait, né m'criyiz pon. Mais si j'sis à l'faithe, même s'ou n'mé criyiz pon, criyiz chein qu'les faits vos mouontrent. Et coumme chenna ou comprendrez pouor dé seux qu'lé Péthe est en mé et mé j'sis dans l'Péthe."

Acouo eune fais il' êprouvîdrent dé l'blioutchi, mais i' happit la pathe.

Auprès chenna i' crouaîsit à l'aut' bord du Jourdain iou qu'Jean avait c'menchi ses lav'thies. I' restit là eune pause et un fliotchet d'monde lus affliotchîdrent à li. I' dîdrent, "Ouaithe qué Jean n'fîsse pon d'mithacl'yes, tout chein qu'Jean dit entouor ch't houmme-chîn 'tait vrai." Et là un amas d'monde eûdrent la fouai en li.


 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises