Les Pages Jèrriaises

La Bouonne Nouvelle s'lon Jean, Chapitre 11

Vèrsets 1-16

Assa y'avait un cèrtain houmme tch'avait nom Lazâre et tchi 'tait malade. I' d'meuthait à Béthannie, la ville où'est qu'i' d'meuthaient Mathie et sa soeu Marthe (ch'est en tchi chutte Mathie dé tchi l'fréthe 'tait chu Lazâre tchi 'tait malade, ou 'tait la Mathie tch'avait onguenné l'Seigneu et en avait s'tchi les pids atout ses g'veux.) Les soeurs don env'yîdrent lé qu'si auve chu m'sage, "Seigneu, tan bouon anmîn est bein malade."

Quand i' ouït chennechîn, Jésû dit, "La fîn dé chutte maladie n'est pon la mort, mais la glouaithe du Bouôn Dgieu, à seule fîn qu'lé Fis dé Dgieu en ait la glouaithe." Jésû aimait Marthe et sa soeu et Lazâre, et quand i' ouït la nouvelle qué Lazâre 'tait malade, i' n'sortit pon dé où'est qu'i' 'tait pouor deux jours. Épis i' dit ès discipl'yes, "R'allons don en Judée."

Les discipl'yes lî dîdrent, "Maît', les Juis 'taient justément pouor t'aver lapidé, pouortchi don y r'aller?"

Jésû rêponnit, "N'y'a-t-i' pon douze heuthes dans eune journée? Un houmme peut s'pronm'ner toute la journée sans drotchi, car i' vait la leunmiéthe du monde. Mais si un houmme s'pronmène la niet, i' peut drotchi car i' n'a pon d'la leunmiéthe en sé-même." Né v'là chein qu'i' dit, épis i' lus dit, "L'anmîn Lazâre est au r'pos, mais j'y'îthai à seule fîn d'lé rêvilyi."

Épis les discipl'yes lî dîdrent, "Seigneu, s'i' s'èrpose v'là tchi veurt dithe qu'il îtha sus l'mus." Tout coumme Jésû pâlait d'sa mort, et ieux i' n'comprannaient pon qu'i' pâlait du r'pos d'la mort.

Épis Jésû lus dit cliaithement, "Lazâre est mort. Et j'sis heutheux qué jé n'tais pon là viyant qu'ou pouôrrez en profiter dans la fouai. Allons siez Lazâre."

Épis Thonmas, tchit 'tait mênommé l'Jeunmé, dit ès aut's discipl'yes, "Allons acanté li à seule fîn d'mouothi d'compangnie auve li."

 

Vèrsets 9-44

J'sis la résurrection et la vie; lé chein tchi crait en mé viv'tha même qu'il meuthe; et lé chein tchi vit et crait en mé né mouôrra janmais. Jésû dit, "N'y'a-t-i' pon douze heuthes dé leunmiéthe touos les jours? S'nou s'rêvil'ye dé grand jour, nou n'sé droque pon par cause qué nou vait cliai dé jour. Ch'est quand nou s'rêvil'ye dé niet qué nou s'droque, par cause qu'nou n'a pon la leunmiéthe en sé."

Un co qu'il avait dit chennechîn, il ajouôtit, "L'anmîn Lazâre raîque dort, mais j'm'en vais pouor lé rêvilyi."

Ses approtis rêponnîdrent, "Eh bein, Seigneu, s'i' raîque dort, i' s'èrdgéthitha bétôt." Ses approtis criyaient qu'i' 'tait à pâler du dormi natuthé, mais Jésû 'tait à dithe qué Lazâre 'tait mort.

I' lus explyitchit don, "Lazâre est mort. Et pouor vot' amendement j'sis heutheux qué jé n'tais pon là, à seule fîn qu'ou piêssêtes craithe. All'-ouos-en, j'îthons là-bas!"

Épis Tanmîn, mênommé l'Jeunmé, dit ès aut's approtis, "All'-ouos-en, j'îthons étout à seule fîn d'pouver mouothi au ras d'li!"

Quand Jésû s'appréchit d'Béthannie, il apprînt qu'Lazâre avait 'té dêjà quat' jours mort dans sa tombe. Béthannie n'tait pon bein liain d'Jéthusalem, à dans les deux milles, et un tas d'Juis lus 'taient v'nus siez Marthe et Mathie pouor l'respé d'lus deu d'lus fréthe. Quand Marthe ouït qu'Jésû 'tait pouor v'nîn, ou s'dêhalit pouor l'achîtrer. mais Mathie restit à la maîson.

"Seigneu," qu'Marthe dit à Jésû, "s'tu'avais 'té ichîn, man fréthe n'éthait pon mouothi. Mais j'sai qu'même achteu l'Bouôn Dgieu té donn'na tout chein qu'tu lî d'mand'das."

Jésû lî dit, "Tan fréthe es'sa souôl'vé."

Marthe rêponnit, "J'sai qu'i' s'sa souôl'vé à la souôlèv'thie, à la dreine jug'gie."

Jésû lî dit, "Ch'est mé, la souôlèv'thie et la vie. Lé chein tchi crait en mé, ouaithe qu'i' meuthe, i' r'vivtha; et l'chein tchi vit et crait en mé n'mouôrra janmais. Crai-tu bein chenna?"

"Oui-dgia, Seigneu," qu'ou s'fit, "jé l'crai - j'crai qué tu'es l'Onguenné, l'Fis du Bouôn Dgieu, lé chein entouor tchi nou nos dit qu'i' 'tait pouor v'nîn au monde."

Un co qu'oulle avait dit chenna, ou s'en r'fut siez lyi et s'dêcârrit auve sa soeu. "Lé Maît' est ichîn," qu'ou s'fit, "et i' veurt qu'tu veinge."

Quand Mathie ouït chenna, ou s'mâtit d'un embrun et s'en fut à li. Assa Jésû n'avait pon acouo geuthi dans l'village et 'tait acouo là où'est qu'Marthe l'avait achîtré. Les Juis tchi 'taient siez ieux à seule fîn d'souôlagi la gêne à Mathie la vîdrent sé mâter et s'n aller, et ieux i' lus mAtîdrent étout et la siûdrent, criyant qu'ou 'tait pouor aller à la tombe pouor plieuther là-bas. Mathie vînt don ioù qu'ou trouvit Jésû et quand ou la vit ou s'êtrav'lit à ses pids et dit, "Seigneu, s'tu'avais 'té ichîn, man fréthe n'éthait pon mouothi!"

Quand Jésû vit qu'ou plieuthait, et touos les Juis tchi 'taient v'nus acanté lyi à plieuther étout, i' fut gêné et eut mal au tchoeu. "Où'est qu'ou l'avez mîns?" qu'i' dit.

"Veins vaie, Seigneu," qu'i' lus dîdrent.

Là-d'ssus, Jésû s'êprînt à plieuther. Les Juis dîdrent, "V'là combein qu'i' l'aimait!"

Mais y'en avait tchi dîdrent, "S'i' pouvait êcaler l's ièrs à un aveugl'ye, né pouôrrait-i' pon empêchi ch't houmme-chîn d'mouothi?"
Jésû vînt à la tombe auve lé mal au tchoeu dèrché. La tombe 'tait eune cotte êtoupée atout eune pièrre.

"Emboule la pièrre!" qué Jésû fit.

"Mais, Seigneu," qu'Marthe, la soeu du mort, fit, "pouor chu temps v'là tchi pueûthait, viyant qu'il a 'té là-d'dans quat' jours!"

Jésû lî dit, "Jé n't'ai-t-i' pon dit qué s'tu'avais la fouai, tu vèrrais la glouaithe du Bouôn Dgieu?" Épis don nou-s'emboulit la pièrre et Jésû r'gardit l'ciel et dit, "Man Péthe, j't'èrmèrcie qué tu m'as ouï. Tu m'ouais tréjous, véthe jé l'sai bein, mais j'ai dit tout chennechîn pouor l'amour des cheins mâtés ichîn l'tou, à seule fîn qu'i' craient qu'ch'est té tchi m'as envyé." Epis i' briyit, "Lazâre, dêhale-té!"

Êv'chîn l'mort tchi s'dêhalit, les lîncheurs acouo amathées l'tou d'ses mains et ses pids et eune chique sus sa fache. Jésû lus dit, "D'samathez-lé et laîssiz-lé aller!"

 

Vèrsets 45-53


 

Vèrsets 54-57

Dans l'entrétant Jésû n'allait d'aut' en publyi parmi les Juis, mais pus à co i' s'en fut d'ilo dans la contrée du bord du d'sèrt, à eune ville tch'a nom Éphraïm où'est qu'i' restait tchique temps acanté ses approtis. Ch'est en tchi ch'tait quâsiment la Pâques des Juis, et des fliotchets d'monde amontaient à Jéthusalem pouor la lav'thie d'vant la Pâque. Nou chèrchait tréjous pouor Jésû, et coumme nou s'trouvait ensembl'ye dans l'bel du templ'ye, nou s'entré-d'mandait, "Tch'est qu'ous en criyiz? Ch'est-i' qu'il est pouor v'nîn à la fête?"

Assa, les grands prêtres et les Pharisiens avaient c'mandé qu'autcheune pèrsonne tchi' savait où'est qu'i' 'tait dévthait lus înformer, à seule fîn qu'i' pûssent lé blioutchi.
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises