Les Pages Jèrriaises

Lé feu

 

lé fou d'la boulangu'thie

Lé mot 'feu' - un mot dé tant dé variêté. Nou dit d'un bouan feu, un feu d'grais ou d'atre, nou pousse le feu ou nou tchuit à plit feu. Nou s'met au pid du feu pour sé cauffer.

Jusque les j'vaux qu'ont du feu - et tchiquefais les jannes femmes étout. Mais quand nou vint pus vièrs, nou perd ses feux. Le feu peut vos sorti des ièrs, mais malheu si vous faites du mauvaîtchi, car i' s'en va y aver du feu d'satchi.

Achteu que j'avons ieu du biau temps, av-ous fait un feu d'jouaie (eune fouée)? Dans des temps nou ouait du feu et d'l'orage et quand nou vait du feu frotchi pas bein liain, il est temps d'entrer siez sé coumme si n'ous avait lé feu à ses trousses.

Si nous n'a pas mênagi san commerce trop bein et qué nous fait feu par la tchulasse damne, nous a la goule à feu.

Le temps passé, quand nous avait du feu sauvage, i'n'y avait pas moyen de s'en dêfaithe mais, dé not' temps, j'avons d's onguents tchi clièrgissent chenna dans un clyin d'yi.

Nos êfants, saithont-i' tch'est qu'ch'est dé pouver lus assiéthe en d'vant du feu? 'P'têtre pas, avec tout lé cauffage central d'au jour d'aniet.

 

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises