Les Pages Jèrriaises

Merrienne has chilblains

Moussieu l'Editeu,

J'ai grand dêpié d'vos dithe que la pouôre Merrienne vient d'attrapé des r'frédeuses. Oulle en a sûs l's'ortets, sûs l's'ouothelles, et y'en a même yunne tchi qu'menche à l'y v'nîn sûs l'but du nez.

De jour ou met ses vieilles chavettes et câche ocquo ôv l'aîde d'un bâton, mais de niet ou s'frotte et s'frotte et n'a prèsque pas de r'pos. Conséquâmment j'n'en ai pas hardi ni-n'tout.

J'n'aime pas à la vaie souffri la pouôre Merrienne et s'oulle est un mio d'mauvaise humeur par bordée je n'dis rain, car je sais qu'oulle a ma et que ch'n'est pas qu'ou veur me faithe mârri.

Hier au sé, ou s'mint à pâslé des viers temps, et ou m'dit comme chonna, "Ch'est ben du d'avé à enduthé chu ma là, car ch'est continuel, et tant pûs qu'nou frotte et qu'nou gratte tant pûs nou souffre. Mais chen tchi m'fait bistchi ch'est d'pensé qu'autfais quand nous avait des r'fredeuses nou pouvait s'en dguéthi prèsque tout-d'suite, tandis qu'au jour d'agniet n'y'a rain à faithe."

"Ch'est vrai," j'l'y dit. "Nous allait vais le p'tit bouonhomme du Vaux-d'l'la-Mathe, y passait sa main d'sûs, et un couplye d'jours après ils avaient dispathu. Ch'tait la même chose avec des véthues et même des êteurses. Te r'souvains-tu d'la fais qu'je m'dêfit poignet en gaffant l'bridot du bidet tchi voulait prendre le mors ès dents? Le docteu m'dit qu'j'en éthais pour siez s'maines, mais le p'tit bouonhomme me r'fit dans une djaisaine de jours."

"J'm'en r'souvains," ou dit, "et d'ben d'autres choses étout. Mais nou n'trouve pas des gens d'meme ach'teu. Nou va siez un apotitchi épis siez un docteu et si vos font du ben ch'est un mithaclye, Mais y n'oublient pas d'vos envié lûs comptes. Ch'tait un don tch'ils avaient les vieilles gens du temps passé, mais y sont hors et y n'en est pas r'venu."

"Y'en avait tch'y voulaient dithe que ch'tait d'la shorchéllethie," je m'fit, "mais je n'sais pas. Chen tch'est certain ch'est tch'y n'faisaient autchun ma et qu'souvent y vos faisaient grand ben."

"Ben seux," ou dit, "mais y'avait des shorchiers étout. R'garde chutte vieîlle tch'y d'meuthait à l'Eta. Tout l'monde en avaient peux."

"Et avec bouonne raison," j'l'y dit. "Tu n'as pas r'oublié comme ou nos vengit."

"Oh, damme, nan. Ou voulait dithe que tu l'avais insultée."

"J'y'avais dit qu'ou tait une vîeille tchéthoigne tch'y dév'thait être bouillyie dans san coppeur, et ch'tait la véthité."

"Sans doute, mais ou t'fit péyi pour, la vilaine garce. Au but d'tchiques jours les vaques ne donnaient prèsque pas d'lait, les poules ne ponnaient pas, les couochons amaîgrissaient à veu d'yi, et la jument fut prînse d'une colique. Et ch'tait la seule dans vaîsiné qu'nou pouvait méttre au câgnon avec le vier bianc bîdet au Bram Le Gresley. Ah, damme, j'en attrapîmes chutte fais-là."

"Tu peux l'dithe," j'l'y dit, "mais chen tchi m'fit l'pûs d'ma ch'tait d'êatre forchi d'allé vais la vieîlle et d'l'y faithe une apologie. Ou s'mînt à s'fichi d'mé quand ou m'vit apprêchi, et j'eut ben d'la peine à en r'êcappé pour un couplye de louis. J'en pâslit au Connètoblye, mais y tait comme touos l's'autres, y n'ôsait pas s'en mêlé car y craignait qu'ou l'y f'thait tchique mêchet. Enfin, tout fut assez ben après, mais si jamais j'ai yeu d'la jouaie ch'tait l'jour que nou vînt m'dithe qu'oulle avait tchais dans la cârrièthe et s'était rompu l'co."

"Ch'tait chen qu'ou méthitait," dit Merrienne, en frottant s'n'ouothélle drouaite.

Ph'lip
Jersey Morning News 5/11/1949
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises