Les Pages Jèrriaises

Y fait trop caud

Quand, voulant me r'pôsé pour tchiques minutes, j'entrit dans la tchuîsine Mêcrédi arlevée, j'trouvit la Merrienne tout san long sûs l'sofa, toute êpuisée.

"Tchèsque tu'as bouonnefemme?" j'l'y d'mandit; "ès-tu malade?"

"Oui," ou raiponnit, "épis bein malade. Si chutte chaleu ichin continue pûs longtemps, je n'crais pas vraiement que j'pouôrrai l'enduthé. J'tais prête à m'êvanni quand j'me s'y minse ichin, et même ach'teu j'ai bein d'la peine à réspithé. Donne-mé un vêrre d'iau, Ph'lip, j't'en prie, car j'ai une sé abominablye."

J'm'en fut à la pompe avec une canne, et oulle en avalit une bouonne pinte d'vant r'mettre le vêrre bas. "Oh," ou dit, "chonna m'a fait du bein, mais je m'trouve ocquo hardi faillyi. Si v'nait seulement une p'tite brîse, mais n'y'a pas un brin d'vant, et je crai qu'j'avons d'l'orage car la catte s'est mûchie souos l'armouaithe après avé couothu ichin et là comme une folle, et j'ai une drôle de sensation dans l'estomac, comme s'il avait touôné chen-d'sûs-d'sous."

"Ma pouôre femme," j'l'y dit, "r'pôse-té ocquo une d'm'ieuthe et tu t'trouv'thas mûs. Mais ch'est hardi d'ta faute, tu sais, que tu souffre d'même."

"Oh!" ou s'fit, "et comment chonna?"

"Parceque tu n'est pas habillyie pour la saison," j'l'y dit. "Mé, j'n'ai qu'ma qu'minse et une pathe de braies, mais té tu'és enfliubée comme si ch'tait l'fond d'l'hivé. Par exemplye, ès-t'y nécéssaithe du temps tchi fait d'avé deux ou trais cotillons et je n'sais pon tchi en d'sous, et un bodice boutonné l'tou d'tan co assez pour t'êtrangli? Tu n'as pas d'bouon-sens ma vieille."

La bouonnefemme se r'butit. "Tu dév'thais avé honte de pâslé d'même," ou dit sévèthement. "Chein qu'j'ai sûs l'co n'est pas d'tes affaithes, et quant ès cotillons j'ai ouï ma mèthe dithe qu'une femme tch'y n'en méttait pas au mains un couplye n'était pas réspéctablye. J'pense bein qu'tu voudrais m'vais comme chais hardelles tch'y s'promènent dans les routes prèsque toutes nues."

"Ah, nouffé, Merrienne," j'l'y dit, "damme nouffé, mais avec chonna tu pouorrais coyé un mio sûs l'habits quand y fait si caud."

"Jé f'thai comme je voudrait," ou s'fit. "Je n'm'en vais pas changi mes habitudes pour pliaithe à personne. Mais, tchi dommage, Ph'lip, que la Providence ne nos a pas donné l'pouvé d'gouverné l'temps. Ach'teu, nous n'sait pas ouèsque nous en est. Un jour y fait une fraid d'tchan, et un autre une chaleu à vos faithe malade. quand j'mets man linge dehors au Lundi, j'ai bein souvent à couôre pour le rentré, car y veint une achie, et quand par bordée j'veur allé en ville le temps est souvent péthisablye. J'm'êtonne hardi qu'avec toute la science que y'a dans l'monde de nos jours, personne n'ait ocquo dêcouvert comment donné du biau temps quand nous en voudrait."

J'me nint à rithe. "Mais ma pouôrre femme," j'l'y dit, "est-che que tu ne vais pas qu'si nou pouvait gouverné l'temps comme nou voulait tout l'monde s'saient bétôt en brit? N'y'éthait pûs d'paix ou trantchilité autchun bord."

Ou dit qu'ou n'comprenait pas, et que ch'tais à m'motchi d'l'yi.

"Pas du tout," j'l'y dit. "Imagine-té d'mandant pour du temps sec un Lundi, avec ta vaisinne voulant d'la plyie pour san gardin, et l'fermyi d'l'autre bord d'la route voulant une forte achie pour ses p'tites graines. Tu voudrais du biau colé pour le tais d'la chapelle et mé d'la mouolliêtuthe pour sauvé mes raves en deuxième. dans p'tit d'temps y audrait au mains une doûzaine de Chantgniers dans chaque pâraisse pour empâchi les gens de s'entre camâillyi et che s'sait un vrai patafias."

La Merrienne considéthit pour tchiques instants, épis. "Ch'est vrai assez," ou s'fit, "mais avec chonna, y fait trop caud."

Ph'lip
15/8/1953

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises