Les Pages Jèrriaises

Faits-divèrs

Fort Lauderdale,
Florida,
USA,
Lé 22 d'avri, 1972.

Moussieu l'Rédacteu

J'ai ieu la chance à ches drein - j'ai r'chu chîn gâzettes dé Jèrri dans l'couothant d'dgiex jours! Nou n'peut saver à tchi s'en t'nîn affaithe dé l'arrivée d'chutte bouanne gâzette. Dans des temps nou n'en vait pon pour tchiques sémaines, et dans d'aut' temps il en arrive deux-s'trais à la fais!

Comme d'habitude, la preunmié chose est d'èrgarder les décès, et comme d'habitude, j'en vai dans ches gâzettes qué j'connaîssais. Parmi l's anmîns à St. Aubin quand j'tais janne, y'avait Mille. Kitty O'Neill, eune maitrêsse d'êcole tch'était bein populaithe auve les mousses. Dans san cas, l'âge était-là, mais j'ai ieu un choc en lièsant qué l'Révérend Francis Turner avait passé l'pas à 65 ans. I' m'pathaîssait en parfaite santé l'êté passé, et jé n'criyais mème pon tch'il avait ch't âge-là. Un charmant corps. Jé l'connaîssais întînmement viyant qu'sa danme 'tait la fille dé man vièr anmîn Tom Duffet. Mème dévant tch'i' fûsse minnistre il avait d's idées bein arrêtées au sujet du vraie catholicisme dé l'Églyise Anglyicanne, et j'fus content dé l'vaie ordinné Diacre et pus tard Prêtre dans l'églyise tch'il aimait tant. Il 'tait bein aimé par les St Ouënnais à St. George où'est tch'i fut Lecteur pour tchiques années, et ch'est eune bouanne garantie d'qualité quand un homme peut pliaithe ès St. Ouënnais!

Un aut' moussieu qué j'érgrettais d'vaie dans l's annonces des décès 'tait l'Sieur John James Le Mèrquand, lé p'pèe à l'avocat. J'eus l'pliaîsi d'aver eune longue convèrsâtion auve li ès Landes à St. Ouën l'êté pâssé, et i' m'ramémouaithait qué j'soulions jouer ensembl'ye dans les clios à l'entou d'la forge quand j'tions mousses. Il avait eune mémouaithe èrmèrquabl'ye et eune ênèrgie formidabl'ye qu'nou n'vait pon souvent dans un homme à s'n âge. Auve un péthe dé mème, ch'n'est pon ravissant qu'san fis du mème nom a un tas dé p'tits boudîns dans la tête, et la dêtèrmination d'les faithe sèrvi pour lé bein du publyi.

Y'avait acouo un aut' choc à m'attendre dans la colonne du trépas, lé Sieur Ph'lippe David Le Cornu. Quand j'lé mentionnis dans ma lettre du preunmyi d'avri, je n'savais dgèthe tch'i' n'tait pon du rang des vivants. Ch'tait hièr qué j'vis san décés dans la gâzette. La dreine fais qué j'lé vis en vie 'tait au souper, dans la Salle Parouaîssiale dé St. Jean, tchi suivit l'ouvèrtuthe du neu consistouaithe dé l'églyise, et j'eus la chance dé châtchi d'main et convèrser auve li pour eune volée. Jé n'm'attendais pon qué ch'tait nouot' dreine rencontre sus chutte tèrre. Auve li et l'Sieur John James le Mèrquand, nou peut dithe qué né v'la acouo deux vielles réchinnes dé Jèrri dispathues, car il' 'taient Jèrriais jusqu'à la réchinne des g'veux et la mślle des os.

En liêsant les gâzettes dé Jèrri, j'vai tant d'changements dans l's attitudes des gens d'à ch't heu qué j'sis seux qué si l's anciens pouvaient r'vénîn i's n'les r'connaîtraient pon comme étant Jèrriais. Par exampl'ye, quand eune douzaine dé pèrsonnes fûdrent mîns bas viyant qu'la mouoillêtuthe avait empêchi l'travas pour deux-s'trais jours, la pâraisse dé St. Hélyi 'tait supposée d'lus donner des sou pour vivre! La pâraisse est-alle supposée d'contrôler l'temps? L'affaithe est belle si ches gens-là n'peuvent pon mettre deuxs'trais sou d'côté sus les hauts gages d'ajourd'aniet pour en cas d'bésoin, à la pliaiche dé vivre au jour lé jour. Mais la chose tch'i' m'pathaît honteuse est qu' cértains craient qué v'la tchi lus est deu par bouan drouait! Où'est tch'est lus îndépendance?

Et pis un membre du Parti Démocratique dé Jèrri, tch'est tellement contre l' Êtablyissement, nouos explyique tch'est qu'la démocratie veurt dithe. Eh bein, i' m'sembl'ye qué d'après chu parti-là ou veurt dithe chein tchi lî pliait. I' n'faut pon oublier qué les gouvèrnéments Russes et Chinnouais lus appellent des démocraties étout. Vouot' articl'ye d'fond au sujet dans la gâzette du 9 mar est magnifique et tou-à-fait àpoint.

La lettre dé Moussieu Anthony Hart dans la gâzette du 24 févri au sujet d'l'Églyise dé St. Simon m'fît penser tch'i' y'avait dangi qu'ou fûsse freunmée. J'sis absolûment dé s'n avis tch'i' y'a un atmosphéthe dé dévotion et d'prièthe dans ch't églyise-là, et j'êprouve à trouver l'temps d'pâsser un p'tit quart d'heuthe dé r'pos d'dans quand j'sis en Jèrri et qué j'vais en ville. Comme j'l'ai p't êt' mentionné d'vant, quand j'tais janne l'églyise avait eune magnifique congrégâtion et l'miyeu chant dans l'île. Ch'tait-là qué j'fus mathié, et Reginald, Seigneu d'Rôzé et Vicomte dé Jèrri, m'fît l'honneu d'êt' présent dans l'églyise pour l'occâsion. Lé Canon L'Mathinné aimait hardi St. Simon étout. J'tais un mio rasseûthé d'vaie, dans ieune des préchaines gâzettes, qué Moussieu l'Douoyen est d'avis qu'l'églyise né s'sa pon freunmée auprès tout.

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises