Les Pages Jèrriaises

L'Êvangile sélon Saint Luc, chapitre deux, vèrsets 8 à 20

I' s'y'en allîdrent don dêliêment, et il' y trouvîdrent Mathie, et Joseph, et lé p'tit êfant tch'était couochi dans un cannichot.

Et- il y'avait dans chu même pays des bèrgers tchi couochaient ès clios gardant lus bèrcas duthant l's heuthes dé la niet.

Et tout à co un ange du Bouôn Dgieu geuthit, et la glouaithe du Seigneur brilyit tout à l'entou d'ieux, et il' eûdrent un divèrs êffrai.

Et pis mais, l'ange lus dit: Né vouos êffritez pon; car jé vouos annonce eune grand' jouaie tchi s'sa pouor tout l'monde.

Ch'est qu' aniet, dans la ville dé Dâvi, lé Sauveur tch'est l'Christ, lé Seigneur, vouos est né.

Et nè v'chîn coumme tchi qu' ou l'èrconnaîtrez: ch'est qu' ou trouv'thez lé p'tit êfant fretté et enfliubé et couochi dans un cannichot.

Et pis tout d'un co il y'eut auve l'ange eune multitude dé l'armée céleste, louangeant l'Bouôn Dgieu et dîthant:

La glouaithe sait à Dgi au pus haut des cieux, la paix sus la tèrre et bouonne volanté envèrs les hommes.

Et auprès qué l's anges eûdrent dispathu d'auve ieux, dans l'ciel, les bèrgers s'entré-dîdrent: Filons jusqu'à Bethléem, et viyons chein tchi s'est arrivé, et qué l'Seigneur nouos a fait connâitre.

I' s'y'en allîdrent don dêliêment, et il' y trouvîdrent Mathie, et Joseph, et lé p'tit êfant tch'était couochi dans un cannichot.

Et l'ayant veu dé lus propres ièrs, i' fîdrent à saver à tous chein tch'avait 'té annoncé entouor chu p'tit avé.

Et touos les cheins tchi l's eûdrent ouïs en restaient êmèrvilyis, dé ch' qué les bèrgers lus dîthaient.

Et Mathie gardait toutes ches chôthes à lyi-même, en les r'pâssant dans san tchoeu.

Et les bèrgers s'en r'allîdrent, en glorifiant et en louangeant l'Bouôn Dgieu dé tout ch' tch'il' avaient ouï et veu, tout comme v'là tchi lus avait 'té dit.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises