Les Pages Jèrriaises

La Bouonne Nouvelle s'lon Luc: 1

Vèrsets 1-4

 

Vèrsets 5-25

 

Vèrsets 26-38

Dans l'sièxieme mais, Dgieu env'yit l'Ange Gabriel dans une ville de Galilée app'lée Nazareth, a une vièrge engagie a un homme app'le Joseph tchi 'tait d'la maison de David, et chutte vièrge 'tait app'lee Marie.

Et l'ange ayant fait contacte auve Marie lyi dit: J'te salue, te tch'est érchue en grâce, Le Seigneur est auve té, et tu'és bênie parmi les femmes.

Et ayant veu l'ange, Marie fut troubliée de son discours, et d'mandit tch'est qu'ches salutations voulaits dithe. Et d'même l'ange li dits. Marie ne te troublye pas, car tu'as trouvé grâce auve Dgieu. Tu conservras en efance un fils, et tu lyi donn'thas le nom de JESUS. I setha grand, et esca app'lé le Fils Du Tout Puissant, et le Seigneur Dgieu li donn'tha le trône de David son fils. Y reg'ntha a tout janmais le peuplye de Jacob, et son regne setha pour éternel.

Et d'même Marie dits a l'ange. Comment qu'chenna peut s'arriver, etant que j'nai janmais accoster d'homme.

Et l'ange li reponnyi. Le Saint Es'prit te surveindra, et la forche du Tout Puissant te proteg'tha de toute ombrage. Coumme ch'nna, Le saint éfant a tchi tu donn'thas naissance setha app'lé Le Fils De Dgieu. Ta couosinne étout s'en va donner naissance dans sa veilleiche, etant qu'oulle est dans sièxieme mais de s'n'encheinte. Coumme tu vait. Rein est impossiblye a Dgieu. Et Marie reponnit. "Je sis la servante du Seigneur, j'accepte accordons a tés patholes". Et d'même l'ange la tchittyi, laissons Marie auve ses pensées.

Clifford Laisney

 

Vèrsets 26-38

Quand Lîzabé 'tait dans l'siêxième mais d'porter s'n êfant, l'Bouôn Dgieu envyit lé m'sagi Gabrié à la ville dé Nazareth en Galilée, et chenna à eune vièrge tch'avait nom Mathie et tchi 'tait fianchie à un houmme tch'avait nom Joseph, d'la fanmil'ye du Rouai Dâvi. Lé m'sagi lî dit, "Salut, d'mouaîselle bénie! Lé Seigneu est acanté té." Ch'fut assez pouor qué Mathie èrrîsse et ou fut au d'sans pouor happer l'entente dé chutte vénue.

"N'sai pon êffritée," qu'lé m'sagi lî dit, "ch'est en tchi l'Bouôn Dgieu est pouor t'avantagi. Ch'est qu'tu'en tcheindras iun, un fis, et tu'éthas à l'nommer Jésû. I' s'sa piêssant, et nou l'appel'la l'fis du pus haut Dgieu, et l'Seigneu Dgieu lî bâr'ra l'trône dé s'n anchêtre Dâvi. I' gouvèrnétha Israël à tout janmais, et n'y'étha pon d'adgèvement à san rouoyaume."

Mathi d'mandit au m'sagi, "Coumme tchi qué j'portéthai un êfant viyant qué j'sis vièrge?"

Lé m'sagi lî rêponnit, "Lé Saint Esprit d'val'la sus té, auve lé pouvé du Bouôn Dgieu à seule fîn dé t'couvri. Lé mousse qué tu portéthas don s'sa saint, et nou l'appel'la l'fis du Bouôn Dgieu. Vai-tu qu'ta couôthinne Lîzabé tchi va sus l'âge est pouor porter un fis étout et oulle est dêjà dans l'siêxième mais ouaithe qué nou crûsse qu'ou n'portéthait janmais. Ch'est en tchi n'y'a rein qu'lé Bouôn Dgieu n'peut pon graie."

Mathie dit, "Assa, mé v'chîn la sèrvante du Bouôn Dgieu: qu'i' s'adonne auve mé s'lon chein qu'i' veurt, justément coumme tu m'l'as dit."

Et là-d'ssus lé m'sagi s'en r'fut d'lyi.

 

Vèrsets 26-38

 

Vèrsets 39-56

 

Vèrset 57


Quand vînt l'heuthe à Lîzabé d'porter naîssance, oulle eut un fis.

 

Vèrsets 58-64

Et ses vaîthîns et couôthîns ouîdrent qu'lé Seigneu li'avait 'té bouon et i' lus rêjouaissaient auve lyi. Épis l'huitchième jour i' vîndrent vaie la circoncision du p'tchiot, et nou li'éthait donné l'nom d'Zécharie tchi 'tait l'nom à san péthe. Mais sa méthe èrplyitchit et dit, "Nou-fait-dgia, san nom est Jean!"

Et i' dîdrent, "N'y'a fis d'âme dans vot' fanmil'ye tch'a chu nom-là!" Et i' fîdrent sîngne à san péthe pouor dithe tchi nom qu'nou-s'éthait à lî donner, et il env'yit qu'si eune ardouaise et êcrivit d'ssus, "San nom est Jean!" Lé monde fûdrent divèrsément ravis. Et sa bouoche fut dêcliévée d'un embron, et sa langue dêliée, et i' prêchit et louangit l'Bouôn Dgieu.

 


Vèrsets 65-80


Et les cheins dé tout l'vaîthinné 'taient divèrsément êmèrvilyis et ch'tait qu'nou-s'en dêclianqu'tait partoute la campangne dé Judée. Touos les cheins tch'en ouîdrent pâler 'taient pouor lus d'mander coumme tchi qu'i' s'sait chu p'tchiot. Ch'est en tchi nou savait bein qu'la main du Seigneu 'tait sus li.

San péthe Zacharie fut remplyi du Saint Esprit et dit en prophétîs'sie: "Louangiz l'Seigneu, l'Dgieu d'Israël, car il a d'valé parmi san monde et l's a racaté. I' nos a fait dêhaler un piêssant salut d'la lîngnie d'Dâvi, dé même qu'il avait dit atout la bouoche dé ses saints prophètes des touos vièrs temps. Achteu jé s'sons saûvés des cheins tchi nos opposent et des cheins tchi nos détestent. Il a mouontré sa mèrci à nos péthes, en sé souv'nant d'sa sainte alliance auve Âbréhan, not' péthe. Achteu j'pouvons l'louangi sans aver peux des cheins tchi nos m'nichent, et chenna tant qué j'vivthons en justice et s'lon sa sainte pathole. Et té, man fistaud, tu s'sas app'lé 'l'prophète dé Dgieu l'pus haut' - tu graiethas lé c'mîn du Seigneu l'avant à li. Tu dithas au monde coumme tchi qu'il' èrchévthont l'salut par l'pardon d'lus péchés. V'là la sinne dé jeu tch'est v'nu du ciel par la bouônté du Bouôn Dgieu à seule fîn d'êcliaithi les cheins dans la nièrcheu et dans l'ombre dé la mort, et ainchîn jé s'sons arroutés avaû lé c'mîn d'la paix."

Et l'moussetchot fut êl'vé et vînt fort en esprit et i' d'meuthait dans lé d'sèrt entréchîn qu'lé jour vînsse qu'i' c'menchit à prêchi l'avant à Israël.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises