Les Pages Jèrriaises

La Bouonne Nouvelle s'lon Luc, Chapitre 11

Vèrsets 1-4

I' 'tait à prier dans un cèrtain endrait et un co qu'il avait finni, iun d'ses discipl'yes lî dit, "Seigneu, ensîngne-nous coumme tchi prier, coumme Jean ensîngnit à ses discipl'yes." I' lus dit, "Quand ou priez, dites: Péthe, qué tan nom sait saint, qu'tan rouoyaume veinge, bâle-nous châque jour not' pain pouor l'jour tchi veint, et pardonne nos péchés, coumme j'pardonnons ès cheins tchi sont r'dévabl'yes envièrs nous, et n'nos amène pon à l'heuthe d'l'êpreuve."

 

Vèrsets 5-8

Et i' lus dit, "S'i' y'en a d'entré vous tch'avait un anmîn et tch'îthait siez li au mitan d'la niet pouor lî dithe, 'Man vyi, bâle-mé trais pains! Ch'est en tchi un anmîn est v'nu m'vîsiter et j'n'ai rein à lî bailli à mangi,' et l'vaîthîn à dithe dé par dédans, "Né m'talbâte pon: l'us est bârré et mé et mes mousses, j'soummes au liet. Jé n'm'en vais pon m'dêhaler à seule fîn dé t'bailli tchiquechose!" J'vos l'dis: stitchiz-y! Même s'i' n'sé dêtâne pon à la preunmié tape à l'us, s'i' d'mande tréjous, i' veindra lî bailli tout chein tch'i' chèrche.

 

Vèrsets 9-13

Don j'vos dis, 'D'mandez et nou vos l'bâdra; chèrchiz et ou trouv'thez; tapez et nou vos ouvritha l'us. Ch'est en tchi châtchun tchi d'mande, èrchait, et châtchun tchi chèrche, trouve, et à châtchun tch'y tape, nou-s'ouvrit l'us. Y'en a-t-i' d'entré vous tchi, si tan mousse d'mande un paîson, tu lî bâdra eune tchilieuvre au run d'un paîsson? Ou si l'mousse d'mande un oeu, tu lî bâdra un scorpion? Si vous don, tch'êtes mauvais, savez coumme tchi bailli des bouôns présents à vos mousses, combein pus qu'lé Péthe ès cieux bâdra l'Saint Esprit ès cheins tchi lî d'mandent?
 

Vèrsets 27-28

Coumme i' 'tait à dithe chennechîn, eune femme dans la foule briyit et lî dit, "Qu'la bielle tchi t'portit sait bénie et qu'les seins tchi t'tétîdrent saient bénîns!"

Mais i' dit, "Pus à co qu'les cheins tch'êcoutent la pathole du Bouôn Dgieu et tch'y'obéïssent saient bénîns!"

 

Vèrsets 29-41

Et l'monde lus affliotchîdrent à li pus qué d'vant, et i' lus prêchit chennechîn: "J'sommes à vivre dans un temps malîn et y'a un tas d'malîns tout l'tou. Ieux, i' chèrchent tréjous pouor un sîngne, mais nou n'lus en donn'na pon d'sîngne sénon l'chein tchi fut mouontré par Jônas. Ch'est en tchi d'même qué Jônas mouontrit un sîngne ès Ninévéiens, lé Fis d'l'Houmme en f'tha d'ité ès cheins d'achteu. La Reine du Sud s'mât'ta à la dreine jug'gie pouor condamner les cheins d'achteu; ou vînt des buts d'la tèrre à seule fîn d'êcouter la sagesse dé Salomon, mais y'en a iun pus grand qu'Salomon ichîn achteu. Les Ninévéiens lus mât'tont à la dreine jug'gie étout pouor condamner les cheins d'achteu; i' r'nonchîdrent lus péchés quand Jônas lus prêchit, mais y'en a iun pus grand qu'Jônas ichîn achteu. N'y'a fis d'âme tch'alleunme eune veue raîque pouor la mett' dans lé ch'lyi, mais nou la met sus la cranne du crâsset où'est touos les cheins tch'entrent peuvent en vaie la leunmiéthe. Vot' yi est la veue d'tout vot' corps, et si vot' yi vait cliai, tout vot' corps est remplyi d'leunmiéthe mais quand ou viyiz d'travèrs, tout vot' corps est remplyi d'nièrcheu. S'ou criyiz qu'ch'est la leunmiéthe tch'est d'dans vous, mêfi'-ous si ch'n'est pon la nièrcheu. Ainchîn s'ous êtes remplyis d'leunmiéthe sans néthes carres, tout vot' corps s'sa êcliaithi coumme quand eune grande veue lit sus vous."

Et quand qu'i' 'tait à pâler, un Pharisien l'învitit à prendre eune bouochie siez li. Et il y'entrit en s'assiévit. En viyant chenna, l'Pharisien fut bein ravi qu'Jésû né s'tait lavé pon d'vanner mangi. Mais l'Seigneu lî dit, "Vous les Pharisiens, ou lavez lé d'houors d'la tâsse et d'l'assiette, mais d'dans ous êtes enteuthés d'agravâtion et d'mauvaîtchi. Peûles! Né sav'-ous pon qu'lé Bouôn Dgieu a fait lé d'dans et lé d'houors étout? Mais bailliz ès pouôrres gens dé chein qu'ous avez sus vos assiettes à vous, et ou s'sez nettis."

 

Vèrset 42

Malheu à vous, Pharisiens! ou taxez d'la menthe et d'la rue et toutes les manniéthes d'hèrbes épis ou néglyigiz la justice et l'amour du Bouôn Dgieu. Ch'est ches'-chîn qu'ous éthez deu pratitchi au run d'néglyigi l's aut's.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises