Les Pages Jèrriaises

La Bouonne Nouvelle s'lon Luc, Chapitre 7

Vèrsets 1-10

Assa quand il avait ag'vé touos ses d'vis à l'êcout d'l'assembliée du peupl'ye, il entrit dans Capharnaüm. Lé sèrveux d'un cèrtain chent'nyi, tchi l'aimait hardi, 'tait malade et sus l'pus. Quand i' ouït pâler d'Jésû, il li'env'yit l's anciens des Juis à seule fîn dé l'talbâter pouor qu'i' vînsse èrdgéthi san sèrveux. Quand i' vîndrent à Jésû, i' l'talbâtîdrent dé siette et lî dîdrent, "Il est dîngne, lé chein pouor tchi qu'tu'accordétha d'même. Ch'est en tchi il aime not' nâtion, et i' nos a fait bâti eune sŷnnagogue."

Jésû s'en fut acanté ieux, mais coumme i' s'appréchait d'la maîson, lé chent'nyi li'env'yit tcheûrre d's anmîns pouor lî dithe, "Seigneu, né t'embâte pon! Jé n'sis pon dîngne qué tu'entre souos man lief. V'là tch'est pouortchi jé n'vîns pon à té, viyant qué j'n'en sis pon dîngne, mé. Di raîque eune pathole, et man sèrveux s'sa r'dgéthi. Mé, j'sis un houmme tch'est accouôteunmé à la c'mande, et j'ai des soudards souos ma c'mande: si j'dis à l'iun, "Va!" - il îtha; si j'dis à l'aut', "Vé-t-en!" - i' veindra; et si j'dis à man sèrveux, "Fai chenna!" - i' lé f'tha."

Quand Jésû ouït chennechîn, i' fut ravi, et s'èrtouônnit et dit ès cheins tchi l'siéthaient, "J'vos dis qu'j'n'ai pon trouvé eune itelle fouai, véthe, et chenna partout Israël." Et les cheins tch'avaient 'té env'yés lus en r'fûdrent à la maîson et y r'trouvîdrent lé sèrveux tch'avait 'té malade entchiéthement r'dgéthi.

 

Vèrsets 11-17

Et i' s'adonnit qu'auprès eune pause i' s'en fut à eune ville tch'avait nom Nain, et ses discipl'yes lus en fûdrent acanté li et un fièr fliotchet d'monde étout. Quand i' s'appréchit d'l'entrée d'la ville, nou 'tait à emporter un mort, l'seul fis d'sa méthe, tchi 'tait veuve, et acanté chette-chîn y'avait un fièr fliotchet d'villais. Quand l'Seigneu la vit, il en eut pitchi et lî dit, "N'sai pon triste!" Et i' s'appréchit et touchit l'côffre et les porteurs lus arrouîdrent. Et i' dit, "Janne houmme, j'té dis: Lève-té!"

Et l'mort sé l'vit et s'êcantit à pâler. Et i' l'baillit à sa méthe. Et touos ieux i' fûdrent êffrités, épis i' louangîdrent lé Bouan Dgieu et dîdrent, "Un grand prophète est parmi nous!" et "L'Bouan Dgieu a fait du bein a san peupl'ye." Et ch't' histouaithe entouor li fut contepétée partout la Judée et l's envithons.

 

Vèrsets 36-50

Et iun des Pharisiens l'învitit à dînner siez li. Et i' s'en fut siez l'Pharisien et s'y'attablyit. Et y'avait eune femme dans la ville tchi 'tait eune péch'rêsse et quand ou ouït qu'i' 'tait un învité siez l'Pharisien ou prînt eune boêtée en albâtre d'onguent et y'entrit et vînt auprès d'ses pids en plieuthant dé sorte qué ses pids fûdrent lavés atout les lèrmes dé ses ièrs, et ou les s'tchit atout ses g'veux, et ou baîsit ses pids en l's onguennant. Assa quand l'Pharisien siez tchi qu'i' 'tait vit chenna, i' s'dit, "Ch't houmme, s'i' 'tait un prophète, li, saithait bein tchi manniéthe dé femme qu'oulle est tchi l'paûtrîngue dé même et qu'oulle est eune pécherêsse."

Et Jésû lî rêponnit, "Simon, j'dai t'dithe dé tchi."

Et i' lî dit, "Di-mé, Maît'."

Et i' dit, "Deux hoummes dévaient des sou à un marchand: l'iun avait eune dette dé chîn chents sous et l'aut' chînquante. Quand i' n'pouvaient pon r'payi lus dettes, i' r'nonchit les dettes à touos les deux. Létché dg'ieux don l'aimait l'mus?"

Simon rêponnit coumme chennechîn, "M'est avis l'chein tch'avait la pus grande dette." Et i' lî dit, "Véthe." Et i' s'èrtouônnit à la femme et dit à Simon, "Vai-tu chutte femme-chîn? J'sis v'nue siez té; tu n'm'a pon donné dé l'ieau pouor mes pids, mais ou m'a lavé les pids atout les lèrmes dé ses ièrs, et l's a s'tchi atout ses g'veux. Tu n'm'a pon offèrt un baîsi, mais d'pis qué j'entris oulle a 'té à m'baîsi les pids. Tu n'm'a pon onguenné la tête, mais ou m'a onguenné les pids. Et do j'té dis: oulle étha du pardon pouor des offenses dé tchi y'a un amas, viyant san grand amour, mais l'chein tchi n'a pon hardi d'bésouain d'pardon offre bein p'tit d'amour." Et i' lî dit, "Tes offenses sont pardonnées."

Et les cheins tchi 'taient attabliés auve li lus dîdrent, "Tchi qu'il est, ch'tî-chîn tchi pardonne les offenses dé même?"

Et i' dit à la femme, "Par ta fouai, tu'as l'salut, va en paix."
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises