Les Pages Jèrriaises

Ma Normandie et Man Bieau P'tit Jèrri

Né v'chîn l'antienne préféthée des Jèrriais...

La couleu d'Jèrri

Man Bieau P'tit Jèrri

clyiquez pouor ouï la chanson
(Man Bieau P'tit Jèrri - mp3: Badlabecques )

 

clyiquez pouor ouï la chanson
(Man Bieau P'tit Jèrri - mp3)

 

clyiquez pouor ouï la chanson
(Man Bieau P'tit Jèrri - mp3: à la Faîs'sie d'Cidre 2011)
Y'a un coin d'tèrre qué j'aime, qué j'n'oubliéthai janmais -
Dans mes pensées tréjous preunmyi -
Car jé n'vai rein à compather à ses bieautés
Dans touos mes viages à l'êtrangi.
Jèrri, man paradis, pus belle taque souos l'solé -
Qué j'aime la paix dé chu Jèrri!
L'amour lé veurt, j'ai si envie dé m'en r'aller
Èrvaie man chièr pétit pays,

Man bieau p'tit Jèrri, la reine des îles -
Lieu dé ma naissance, tu m'pâsses bein près du tchoeu;
Ô, tchi doux souv'nîn du bouôn temps qu' j'ai ieu
Quand j'pense à Jèrri, la reine des îles!

Jé connais touos tes charmes; et combein qu' j'en ai joui
Auve eun-é chiéthe anmie, aut' fais!
Quand même qué pouor a ch't heu jé n' sais pon tout près d'lyi,
N' y'a rein qu' Jèrri dans mes pensées.
Et pis, comme tout bouôn Jèrriais, dans l'fond d'man tchoeu
J'ai grand envie dé m'en r'aller
Dans l'île tchi m'a donné tant d'amour et d'bonheu,
Èrvaie ma chiéthe et man siez-mé.

Man bieau p'tit Jèrri, la reine des îles -
Lieu dé ma naissance, tu m'pâsses bein près du tchoeu;
Ô, tchi doux souv'nîn du bouôn temps qu' j'ai ieu
Quand j'pense à Jèrri, la reine des îles!

 

Man Bieau P'tit Jèrri

 

La musique dé Man Bieau P'tit Jèrri
Clyiquez ichîn pouor ouï la chanson (mp3 - vèrsion 1 - tchoeu)
Clyiquez ichîn pouor ouï la chanson (mp3 - vèrsion 2 - tchoeu)
Clyiquez ichîn pouor ouï la chanson (mp3 - vèrsion 3 - tchoeu)
Clyiquez ichîn pouor ouï la chanson (mp3 - vèrsion 4 - accordéon)
Clyiquez ichîn pouor ouï la chanson (mp3 - vèrsion 5 - L'Assembliée d'Jèrriais)
Clyiquez ichîn pouor ouï la chanson (mp3 - vèrsion 6 - L'Office du Jèrriais)

 

Et en Angliais....

Beautiful Jersey

There's a spot that I love that I ne'er can forget,
Tho' far I may roam 'twill be dear.
For its beauty will linger in memory yet,
Where'er o'er the world I may steer.
Dear Jersey, fair Isle, of the ocean the queen,
Thy charms are so many and rare;
For love finds a home 'mid each beauteous scene,
My heart ever longs to be there.

Beautiful Jersey, gem of the sea,
Ever my heart turns in longing to thee;
Bright are the mem'ries you waken for me,
Beautiful Jersey, gem of the sea.

On thy shores I have wandered in glad days of yore,
With one who is dear to my heart.
And the love-links will bind us as one evermore,
Although for a while we must part.
And oft in my dreams do I see the dear place
The dear little Isle of the sea,
And in fancy I gaze on a sweet loving face,
The face that is dearest to me.

Beautiful Jersey, gem of the sea,
Ever my heart turns in longing to thee;
Bright are the mem'ries you waken for me,
Beautiful Jersey, gem of the sea.

 

La couleu d'Jèrri

 

Ma Normandie

L'antienne dé Jèrri

Quand tout renait à l'espérance,
Et que l'hiver fuit loin de nous,
Sous le beau ciel de notre France,
Quand le soleil revient plus doux,
Quand la nature est reverdie,
Quand l'hirondelle est de retour,
J'aime à revoir ma Normandie,
C'est le pays qui m'a donné le jour.

J'ai vu les champs de l'Helvétie,
Et ses chalets et ses glaciers,
J'ai vu le ciel de l'Italie,
Et Venise et ses gondeliers.
En saluant chaque patrie,
Je me disais aucun séjour
N'est plus beau que ma Normandie,
C'est le pays qui m'a donné le jour.

Il est un âge dans la vie,
Ou chaque rêve doit finir,
Un âge ou l'âme recueillie
A besoin de se souvenir.
Lorsque ma muse refroidie
Vers le passé fera retour,
J'irai revoir ma Normandie,
C'est le pays qui m'a donné le jour.
 

La musique pour Ma Normandie
Ma Normandie - musique en mp3 (vèrsion d'orchestre)
Ma Normandie - musique en mp3 (vèrsion d'accordéon)
Ma Normandie - chanson en mp3 (vèrsion d'tchoeu)
Ma Normaundie - chanson en Nouormand en mp3 (vèrsion d'tchoeu)

Ma Normaundie

Vèrsion Nouormande dé Frédéric Vaquin

Quaund no ratouorne à l’espéraunche,
et que la freid est louen de nouos.
Pis qu’no reveî des biaos Daimmaunches,
et que l’solé revyint pllus doux.
Quaund le r’nouvé est raccachi,
joaunats, promioles, hérondes itou,
J’îme cha d’arveî ma Normaundie,
ch’est lyi l’pays qui m’a bailli eul jou.

J’i veu les cllos eud l’Helvétie,
et touôte la nyige ammonchellaée.
Guettyi eul cyil eud l’Italie,
et Venise et ses biaos batés.
De touos pays d’exçaès joulyis,
mei vo preachyi qu’aôqueuns in’tou,
N’est pu biao que ma Normaundie,
ch’est lyi l’pays qui m’a bailli eul jou.

Vyint le temps de la souovenanche,
ou touôte histouêre deit finin.
Le temps ou touôte tête bllanche
a besouen de se souvenin.
Quaund je m’érai byin ébraillyi,
dégoublinaé praêt au retou
J’érai arveî ma Normaundie,
ch’est lyi l’pays qui m’a bailli eul jou.

 

La couleu d'Jèrri

 

Ma Normaundie

Vèrsion Nouormande d'Alphonse Allain

Quaund touot rémôque et réquémenche
Et qué l’ hivé s’élouengne dé nouos
Souos lé biâo cyil dé noute Fraunce
Quaund lé solé devyint pus dous
Quaund la natueure s’est révillie
Et qué l ’érounde rest, dé rétouor
J’aime à reveî ma Normaundie
Ch’est le païs qui m’à dounaé lé jouor.

J’i veu d’ Espanne les oraungis
Et ses arâenes et ses toriâos
J’i veu les pllannes dé l’ Italie
Et Vénise et ses goundoliâos.
En lâonaunt, dauns touos ches païs
Je mé disais : nennin j’i paé poue
Touot cha ne vâot paé ma Normaundie
Ch’est lé païs qui m’a dounaé lé jouor.

Mais y a eun âge dauns la vie
Pouor se révilli et ne pus rêvaer,
Moument où l’ âme retcheullie,
A bésouen dé sé rémouvaer.
Alouors quaund ma mueuse s’sa desséquie,
Qu’ ourount finin ses caunts d’amouor.
J’acach’chai veî ma Normaundie,
Ch’est lé paîs qui m’a dounaé lé jouor.

 

La couleu d'Jèrri

 

Jèrri


Vèrsion Jèrriaise bein libre d'Ma Normandie par UN ST.-LOUORENCHAIS.

I' y'a des gens tchi sembl'yent craithe
Qué ché n'est rein qu'lé p'tit Jèrri;
Qu'i' n'y trouvent rein à lus pliaithe,
Mais bein dé tchi à mêprisi:
N'faut pas qu'il' aient grande connaîssance,
Les cheins qu'nou ouait conter d'ité;
Mal pâler du lieu d'sa naîssance
Est et es'sa tréjous bein laid.

J'ai veu l'Angliétèrre et la France,
L'Italie, la Suisse et ses monts;
Tchi qu'nou-s'en aise et qu'nou-s'en pense,
J'aime mus Jèrri et ses vallons:
Nou pâle dé lacs et dé montangnes,
Nou pâle dé vîngne et d'orangièrs;
Rein n'est pus bé qué nouos campangnes,
Rein n'est pus bé qué nouos pommièrs.

Tch'est-che qu'eune orange auprès des pommes?
Tch'est-ché qu'un lac auprès d'la mé?
Jé sommes bein comme jé sommes,
J'n'avons vraînment rein à envier:
J'n'avons pas d'craie mais dé bouanne tèrre,
Pas d'riviéthe et d'înnondâtions,
Qué nou-s'ait la paix ou la dgèrre,
Jé souffrons mains qu'les grandes nâtions.

N'y'a pon caleu ni d'fréduthe
À compather ès grands pays;
Lé pus rude hivé, nou l'enduthe,
Et l'êté nou n'est pon hâvis:
Les bieaux vallons dé tchi nou d'vise,
Les gardîns, côtis et russieaux,
Tout jusqu'à la pouôrre vielle églyise,
Mé pathaîssent tréjous pus bieaux.

L'Cidre est un excellent brévage
S'il est de bouanne qualité;
Si nou lé fait d'un bouan pommage,
S'il est étout bein apprêté:
J'ai ouï qu'un Minnistre d'campangne,
Pus avisé qué cheux qu'j'avons,
Faisait pâsser pouor du champangne
Dé fanmeux p'ré dé sa faichon.

À prendre Jèrri tout ensembl'ye,
Souos tout lé touannant du solé,
I' n'y'a pas dé pliaiche tchi m'sembl'ye
Préféthabl'ye d'autchun côté:
St. Louothains, ma vielle pâraisse,
Tu m'pliais pus qu'nulle autre en Jèrri,
Dé men tchoeu tu reste maitrêsse
Jé t'aim'thai jusqu'au drein soupi.

UN ST.-LOUORENCHAIS.

 

La couleu d'Jèrri

 

Eune vielle vèrsion Angliaîche:

 

Ma Normandie


All hope revives when spring returns
and nature decks each flow'r and tree.
'Tis then my anxious bosom burns
once more to see Ma Normandie!
Dear Normandie! Sweet Normandie!
The land that first gave birth to me!
Where e'er I go, I ne'er shall know
a land so dear as Normandie.

I've seen Helvetia's fertile plains,
The Switzer's cot, his grand glaciers;
I've seen Italia's sunny skies,
with Venice and its gondoliers.
But fertile plains, and mountains grand,
and sunny skies are nought to me,
when exiled from my native land,
Ma Normandie... dear Normandie.

Tho' fortune smile and friends are kind,
and hearts are warm, and eyes are bright;
yet stranger friends are not like mine,
such happy faces, hearts so light!
For these I sigh, for these I pine...
Ah! Normandie! where shall I find
or land or friends so dear to me
as Normandie?... Ma Normandie.


Viyiz étout:  

Les Pages Jèrriaises