Les Pages Jèrriaises

Vouos en r'souv'n'-ous?


San Antonio, Texas,
U.S.A.
Lé 2 d'janvyi, 1971.

Moussieu l'Rédacteu,

Noué, tchi veint dé s'pâsser, m'ramémouaithe qué ieune des vielles crianches quand j'tais mousse et qu'jé d'meuthais à La Mouaie à St. Brélade 'tait qué lé lavage dé famille né s'faisait pon, mais 'tait r'mîns, pour les tchînze jours dévant, et les tchînze jours auprès Noué. J'tais siez ma tante et marraine, Missis Fraînque d'Aubèrt (née Le Feuvre), dans chu temps-là, et eune grosse bouannefemme, Missis dé la Côte, 'tait sa laverêsse. Eune bouanne pèrsonne, chutte Missis dé la Côte là. Oulle tait tréjous d'bouanne heunmeu ouaithe qu'oulle avait à gagni sa vie, et lyi et ma tante soulaient bavarder tout l'jour dé châque côté du traie à laver. Il 'tait fait d'bouais, chu traie-là, et nou n'en vait pon fort - si'en tout - par les c'mîns à ch't heu tch'i' y'a des machinnes à laver. Jé n'sai pon combein longtemps qu'la couôteunme dé n'pas faithe lé lavage tchînze jours dévant ou auprès Noué duthit, mais ch'tait acouo la couôteunme quand j'm'en allit à la dgèrre (1914-18). Eune aut' drôle dé crianche des vièrs temps, étout, 'tait tch'i' n'fallait pon faithe lé lavage lé Jour dé l'An car ch'éthait 'té laver hors un membre d'la fanmile! Eune aut' crianche entouor lé Jour dé l'An 'tait qué si nou-s-avait tchiquechose dé neu, comme habit, ch'tait bouanne chance dé l'mettre pour la preunmié fais chu jour-là, mais ch'tait mauvaise chance si ch'tait eune femme tch'était la preunmiéthe à entrer dans la maîson lé preunmié jour dé l'an!

Eune aut' crianche du temps jadis 'tait qu'nou pouvait s'laver les mains deux fais dans la mème ieau, mais pas trais. Et i' n'fallait pon qu'deux pèrsonnes lavîssent lus mains dans la mème ieau en mème temps, ou bein, si'en cas, i' fallait faithe eune crouaix dans l'ieau!

J'allais dithe "quâsi" - mais nou peut dithe qué toutes les fanmiles tchi d'meuthaient dans la campangne faîthaient lus pain y'a eune huiptantaine d'années, et j'm'èrsouveins tout à fait bein des bouannes gâches à fouée qu'ma grand'grand'méthe mé donnait à mangi quand ou fouangnait au Ménage ès Feuvres. Y'avait des crianches entouor lé pain étout. Par exempl'ye, un pain mal fait, ayant eune tête ou aut' difformité, 'tait sîngne d'eune mort dans la fanmile dévant longtemps! I' n'fallait pon mettre un pain sus la tabl'ye atout la partie entanmée au haut. V'la tchi voulait dithe un naûfrage. Et i' n'fallait janmais j'ter du pain ou l'laîssi pèrdre. Lé pain est La Gangne dé Dgi, et i' fallait l'sauver tout pour donner si'en tout cas ès poules ou ès couochons. J'vouos asseûthe qué j'n'ai janmais oublié chutte dreine crianche-là et qué v'la tchi m'fait chose, mème aujourd'aniet, dé vaie du pain anv'yé dans la route. Nou peut mème dithe tch'il 'tait quâsi un objet d'vénéthâtion par les anciens, l'pain. Les pêtcheurs né l'mentionnaient pon par san nom quand il' 'taient en mé, ni mème lé fronment ni la flieu. I' l's appelaient "La Gangne dé Dgi" et l'Moulîn à Vent 'tait "L'Mèrtcheux" ou "L'Gangneux", car ch'tait d'là qué v'nait La Gangne dé Dgi.

Il' 'taient supèrstitieux, les pêtcheurs. ch'tait probabliément viyant tch'i' gangnaient lus vie au péthi du temps et d'la mé. I' n'disaient janmais tch'i' s'en allaient "à la pêque" car i' n'taient janmais seux d'prendre du paîsson, ch'est en tchi i' dîsaient "aller au baté". I' n'fallait pon souhaiter bouanne chance à tchitch'un tchi s'y en aller, au baté, car ch'éthait 'té li donner mauvaise chance à la pliaiche! Et en allant au baté, s'i' viyait un cormouothan d'vant eune mauve à c'menchi, ch'tait bouanne chance. S'i' prannait eune bouochie au baté, i' n'fallait pon prandre d'gâche à corînthe, car v'la tchi donnait mauvaise chance. I' n'fallait pon compter les paîssons d'sa pêque dévant arriver à tèrre, car en l'faîsant ch'tait mauvaise chance et l'paîsson tchit'tait à mordre. Mème la grève 'tait l'objet d'crianches. Quand les gens allaient d'ssis, ch'tait bouanne chance dé gliainer un p'tit galot et d'l'èremm'ner siez ieux, ou bein eune pétite v'lique ou eune pétite pièrre.

Y'en avait d'toutes les sortes pour les gêner, les pouorres pêtcheurs. I' n'fallait mème pon tch'i' sûfflîssent quand il' 'taient en mé, dé peux qu'ch'la apportîsse eune tempête. Mais y'avait eune crianche tch'i' n'fallait pon sûfflier par dédans ni n'tout, car ch'la pouvait amener du vent!

Auve toutes ches crianches-là à lus badrer la tête, j'mé d'mande comment qu'les pouorres pêtcheurs du temps passé mênageaient à gangni lus vie sans êt' accabliés d'craintes, car y'avait mme eune crianche qué ch'tait au r'tchiyant d'la mé qu'eune pèrsonne mouothait, janmais au montant, et i' d'vaient y penser chaque fais tch'i' viyaient l'tchiyant en allant au baté!
George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises