Les Pages Jèrriaises

La R'ligion

Le Ménage ès Feuvres,
St. Ouëen

Lé 21 dé juilet, 1979

Moussieu l'Rédacteu,

En liêsant les "Tableaux Historiques de la Civilisation à Jersey" par John Patriarche Ahier, j'vai, dans san "Tableau" au sujet dé l'organnisâtion rèligieuse, qu'à la maîntchi du dgiex-neuvième siècl'ye (san livre fut publié en 1852) y'avait tchînze mille "sectes dissidentes" en Jèrri – ch'est à dithe des gens tchi n'fréquentaient pon l'Eglyise Anglyicanne. Les tchînze mille 'taient: 6,580 Catholiques Romains – Français et Irlandais;, 4,500 Méthodistes et Calvinnistes, 3,920 Israëlites, Mormons, Quakers, Swiedembergistes, Vrais Croyans, Baptistes etc.

Ché s'sait întérêssant d'vaie combein tch'i' y'a d'ches sectes-là au jour d'aniet. Jé n'sai pon tch'est tch'était les  "Vrais Croyans" mentionnés par l'auteur Ahier dans san Tableau. I' faut penser tch'il 'tait li-même membre dé ieune des "sectes dissidents" car dans san Tableau i' prétend qué ché n'tait pon juste tch'i' fallait qué les dissidents aîdgîssent à maint'nîn l's églyises Anglyicannes en payant des dgiêmes ès minnistres. I' pathaît qué trais-quarts dé la populâtion d'chu temps-là 'taient Anglyicans, "parmi lesquels se trouve les plus riches propriétaires" nouos dit l'auteur Ahier.

Sans doute la populâtion d'au jour d'aniet est bein pus nombreuse qu'ou n'l'était en mil huit chent e chînquante. Lé Sieur Ahier n'tait pon fort hors d'la vaie quand i' mentionne les dissidents comme étant tchînze mille, et l's Anglyicans trais-quarts dé la populâtion, tchi nouos donne un total dé souoxante mille, car La Chronologie d'Jèrri par l'Avocat Edmund Toulmin Nicolle et Ralph Mollet donne la populâtion d'Jèrri en 1851 comme étant 57,020. En 1901, chînquante ans pus tard, oulle 'tait 52,636.

I' m'sembl'ye tch'i' y'avait pus d'enthousiasme pour la r'ligion dans chu temps-là tch'i' n'y'a d'nouos jours. Un tas d'nouos chapelles sont freunmées, et il a 'té tchestchion d'freunmer d's églyises étout et l'nombre d'minnistres pour Jèrri a 'té raptichi. Heutheusement qu'les congrégâtions d's églyises dé St James, St Simon et St Matchi lus sont r'bînfrés contre l'idée d'êt' freunmées.

Ch'est acouo piéthe en Angliétèrre, pathaît-i'. Dans ses articlyes dans l' "Pilot" le Révérend Peter Manton continnue à attither l'attention d'ses lecteurs au fait qué l'Eglyise en pèrd dé pus en pus et qué les Mahométans en gângnant, et qu'en même temps qué j'sommes à abattre cèrtaines de nouos églyises en Angliétèrre i' sont à bâti des mosquées. Ch'est bein seux qu' touos nous Recteurs s'en appèrchevent étout, dé e chutte tragédie tchi s'pâsse dé nouos jours, mais Moussieu Manton est l'seul tch'a l'couothage dé l'noter dans l' "Pilot". Et ses articl'yes valent la peine dé lié è the pour sé garder au ras dé chein tchi s'pâsse.

J'ai r'mèrtchi, étout, qué les nouvieaux sèrvices tchi sont en train d'êt' adoptés dans l'églyise n'ont presque pon d'priéthes pour la Reine et la Fanmil'ye Rouoyale, mais en pâssant j'vis eune annonce dans l'consistouaithe dé l'églyise dé St. Jean qué ch'est la Litourgie tch'est faite sèrvi pour touos les sèrvices dans ch't'églyise-là, fidèle à la tradition et la bieauté du langage dé chutte Litourgie. Et les modèrnistes êlouangnent lé Bouan Dgieu d'nous en l'appelant "vous" dans l'dgèrgon modèrne des nouvieaux sèrvices înventés, souô-disant, pour attither les jannes gens tch'ont d'la peine à comprendre lé langage "archaïque" dé la Bibl'ye et d'la Litourgie qué nous, vièrs, avons si bein comprîns ouaithe qué j'n'avons pon ieu l'avantage dé l'ê é ducâtion qué ches jannes-là ont. Est'ch' qué ch'n'est pon riditchule? Auve lé manque dé r'ligion, la dictatuthe des sŷndicats des travailleurs et l'augmentâtion du vandalisme et des crînmes, et du souô-disant progrès, i' n'en faudrait pon fort pus pour envier un pays ès tchians, car ch'est cèrtainement du progrès à l'arbours!

Pourtant, comme nouos l'dit John Patriarche Ahier, j'avons ieu tout pliein d'exèrcice réligieux païen ou autrément. Dans les touos vièrs temps ch'tait la r'ligion des Héros Demi-Dieux auve les Galles, lé Druïdisme auve les Kimris, lé Paganisme auve les Romains, l'Odinisme auve les Saxons et les Normands, la r'ligion Catholique Romaine souos les Ducs dé Nouormandie et les Rouais d'Angliétèrre jusqu'à Henri VIII, lé Calvinisme souos Elisabé, enfîn l'Anglyicanisme, lé Méthodisme et l'Catholicisme souos les rouais tchi sé sont succédé. J'dév'thions-t-i' pon êt' r'ligieux auprès toute chutte tradition d'nouos anchêtres?

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises