Les Pages Jèrriaises

La Nouôrrituthe dé l'âme

L'Abbaye de La Lucerne
en Normandie
Lé 21 d'août, 1976

Moussieu l'Rédacteu,

Quand j'tais mousse dans l'Êcole du Dînmanche dé St Georges à St Ouën y'a quâsi huiptante ans, lé prix dans la classe des p'tits à la fîn d'la preunmiéthe année 'tait La Litourgie d'l'Églyise. À la fîn d'la deuxième année ch'tait eune bibl'ye. Quand v'nait la traîsième année, nouos pathents nouos disaient tch'l'fallait d'mander pour un livre d'priéthe tch'avait nom "La Nourriture de l'Ame". Ch'tait un livre qué l's anciens aimaient hardi, et y'en avait iun dans bein des mênages du temps pâssé. Manman soulait liéthe des priéthes dé d'dans, en haut, touos les jours et quand y'avait des décès dans l'vaîthinné j'm'èrsouveins d'ieune qu'ou r'citait tréjous. Les mots, autant comme j'peux m'en r'souv'nîn 'taient:-

"Adieu mes très chers parens, mes amis précieux:
Je monte à notre Dieu, je monte à notre Père.
Mes combats sont finis: je sors de la misère,
Et j'échange aujourd'hui la terre pour les cieux."

Lé fait qué l'décédé n'était pon pathent né faîthait pon d'difféthence car l'v'nait dans la catégorie d' "ami précieux".

J'ai souvent ouï du monde dithe qué nou n'gângne rein d'prier pour les morts, mais lé fait qué Manman l'faîthait m'fait penser qué ch'tait p't-êt' eune vielle couôteuneme dé l'Églyise tchi n'avait pon 'té absolûment êffachie par lé Calvinisme.

Eh bein, ichîn en Nouormandie, l'Abbaye dé La Lucèrne est eune vrai "Nouôrrituthe dé l'âme". Et ches jours qué la tendence est dé prendre avantage dé touos les mouoyens tchi donnent l'aise et l'pliaisi au corps, lé bésoin d'nouôrri l'âme en est d'autant pus nécessaithe viyant qué l'vrais bonheu n'est pon possibl'ye si l'âme (ou l'esprit — tch'est la mème chose) est troubliée.

La trantchilité règne dans l'abbaye et ses alentours. Lé cliochi dé s'n églyise est un montument d'Chrétchienneté tchi pointe vèrs lé Ciel et tch'est orné par les bouais tchi sont l'tou d'li et tchi pointent au Ciel étout. Ses clioches annoncent lé c'menchement du jour Chrêtchien en sonnant l'Angélus pour appeler les gens du vaîthinné à la priéthe. La vouaix des clioches, "sonore" et vibrante à c'menchi dispathaît un mio à la fais comme s'ou montait vèrs les nues, et finnit comme un doux gémissement dans la grand' distance. Et pis nou ouait les vouaix des prêtres et chantres dans l'chant grégorien des "Laudes" démandant au Bouan Dgieu d'béni Ses fidèles et tout San monde sus la tèrre. Peut-i' y'aver eune miyeu manniéthe dé c'menchi l'jour et nouôrri l'âme dévant dêjeuner pour nouôrri l'corps?

L'Angélus appelle à la priéthe trais fais par jour, matîn, méjeu et sé, et j'voudrais ouï les clioches dé toutes nouos églyises en Jèrri l'sonner touos les jours en même temps. V'la tchi nouos f'thait du bein à tous d'nouos arrêter un moment à dithe eune priéthe à s'n appel, comme nou vait les travailleurs lé faithe dans les clios dans le portrait peint par lé fanmeux Jean Francois Millet.

La trantchilité d'la champagne lé tou d'l'abbaye aîgue sans doute à trantchilîser l'souci d'la vie d'touos les jours: Lé chant des ouaîsieaux, lé beûlement des vaques dans lus pâtuthes et la veue des cyngnes fliottant majestueusement dans l'vivyi d'la maîson abbatiale, et des cannards atout lus p'tits cannots à l'entou d'ieux caqu'tant comme s'il 'taient à pâler à lus méthes – toutes des vouaix d'la natuthe, rempliaichant l'tîntamarre dé la vie modèrne ou touristique qué, nou-s-a laîssi driéthe sé. Mais lé grand êvènement du jour est la célébrâtion solonnelle dé la Sainte Cène tchi nouos apporte lé Pain du Ciel tch'est véthitabliément la nouôrrituthe dé l'âme et la promêsse dé la vie êtèrnelle.

J'sai bein, sans doute, qué comme nouos l'dit l'vièr diton "Touos l's ièrs né vaient pon d'eune sorte", mais l's otchupants d's abbayes, monastéthes et couvents l'savant bein étout, et lus mission dans la vie est d'prier pour les cheins tchi n'prient pon ieux-mèmes. Ou m'dithez p't-êt' qué ch'est du temps pèrdu, d'prier pour d'autres. Mais quand nou-s-y pense, nou-s-est tréjous à faithe tchiquechose pour d'autres. La pâraisse par exampl'ye, donne dé vouos sou ès cheins tchi n'en gângnent pon ieux-mèmes. L'Armée du Salut nouôrrit un tas d'gens tchi n'peuvent pon s'nouôrri, et nou peut continnuer à mentionner un tas d'cas où'est qu'les gens ou maîsons charitabl'yes soulagent des pèrsonnes tchi sont dans l'bésoin. Est-ch' don si drôle dé penser qu' des gents tchi consacrent lus vie au sèrvice du Bouan Dgieu craient qu' ch'est lus mission et lus d'vé d'prier pour les cheins tchi n'prient pon ieux-mèmes?

Lé chant des Vêpres tchi siet la vouaix des clioches dé l'Angélus du sé est un r'mércîment solonnel au Bouan Dgieu pour la paix, l'bein-être et la trantchilité du jour tchi s'pâsse,et eune priéthe pour asseûther la niet dé r'pos si nécessaithe pour la santé du corps et la nouôrrituthe dé l'âme.

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises