Les Pages Jèrriaises

Au bureau de la "Nouvelle Chronique."

Au Bureau dé la Nouvelle Chronique,
Ou z'y trouv'rèz, à prix modique,
De pyieummes, dé l'encre, et du papi;
Et si ou bûchis vot' pot-à-thaie,
Y vendent tchiq'chose pour vos l'ergraie
Du chiment fait ov j'enn'sait tchi.

Au bureau dé la Nouvelle Chronique,
Dischutant la politique,
Patates, scienches, et faits divers,
Y'ià là des barbus, des frais râsés,
Les uns en ont d'trop, d'aût' pas assèz,
Y'ien a d'bagoûlé par jeunnes et viers!

Au bureau dé la Nouvelle Chronique,
Si ou z'êtes enchiffrénè, qué lé nèz vos pique,
La bouète à s'no est tréjous là:-
J'en vit y'ieun là, unn' bénite sairèe,
S'en fouôrrer un tel yâs dans l'nèz,
Qu'y mint sa moustache en triste èstât!...

Au bureau dé la Nouvelle Chronique,
Y'ià un Prêtre - pas ecclésiaistique -
Quoiqu'y miaûne la messe d'unn' belle mânière:?
Fâut don l'entendre vos la roûnner
Quand y r'veint d'chasse, et dé happer
Les pus grâs mouaissons du chimtchière!

Au bureau dé la Nouvelle Chronique,
Lé Gérant, houmme pacifique,
Drière lé compteux, vend la Gazette:
Ch'est là qu'y fait bouanne minne ès gens
Quand y paient pour argent comptant,
Et qu'il againne les coppeurs dans sa tirette!

Au bureau dé la Nouvelle Chronique,
N'ou z'y vait du chûrieux, tchiq'chose d'unique:-
Des patates crues part Ph'lip ou 'Douard,
Lus grosses caboches, raves, pânais,
Cârottes, pais'd'-mai, ou navets,
Sé trouvent "Déposés sur le comptoir." -

Au bureau dé la Nouvelle Chronique,
(Lé fait, jé vos l'asseûre, est véridique - )
Y paraît, qu'un jour, certain moussieu,
Pâssant par là, entrit bouann'ment,
Et sus lé compteux, par complyiment,
Y l'y dèspôsit, ma fingre, unn' oeu'!...

Au bureau dé la Nouvelle Chronique,
Dans les temps d'Nouè, y'ià d'la pratique.
Voire, quand maîme qu'les fonds s'raient bâs;
N'ou s'pâss'ra d'unn'chose, ou bein d'unn' aût'e,
Mais y'ià tréjous au fond d'la paûte
Un douze sous d'gardé pour l'Almanâch....

....

Pour lé bureau dé la Nouvelle Chronique,
Un mot dévant fini' - chet'-y-là j'l'applyique
A la mémoire des viers acquoints...
P'tit à p'tit y s'en vont les anciens,
Y sont partis... y n'sont pus là,
Et n'ou manque lus bouannes figures quand n'ou va
Au bureau dé la Nouvelle Chronique...

J.P.
1906
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises