Les Pages Jèrriaises

Tchiques pièches satiriques d'la "Voix des Iles" 1873 - 1874


 

 

Me viyant enfreumet, tout fins seu, je mangnie,
Et rain que d'y pense, j'en ai les esprits bas,
Je criyais que j'allais ave d'la compagnie,
Mais un Jerriais m'ecrit: "Tes anmins n'vaindront pas."
 

 

Le Connetable de St. Helier

La plièche que long-temps ont dignement ornait
Godfray, Perrot, Le Sueur, John Gibaut et Marett
Se trouve de nos jours, quoiqu'en diz la cabale,
Bain nobliement pemplie par Josué George Falle.
Jerri est orguielleux d'avé un tel êfant,
Et les villais sont fiers de lue representant.

L'Anmin Flippe

 

 

Le Député Jean Daniel Cabot

Quand Jean Cabot, ya long-temps, vint au monde,
A la Trinntait demeuzait un chorchi,
Et le chorchi un jour faisant sa ronde,
La mèze à Jean, ma fé, le rencontri,
Quand du poupo le chorchi vit la tête,
Y dit: vaisine ou ne vos doutais pas,
Chu garçon ne séza trop bête,
Nou le verra un jour dans les Etats!

De la Trinntait le chorchi vint en ville,
Et se fit la, piton, quiézaut, dévin;
Pie un grand jour vint pour une famille,
Chétait le jour ou nâquît Dujardin!!
Quand le chorchi le vit y resti bliême
Et dit, bêbi tu sézas Député!!
Si tu ne peux fêze rain par té même,
Maite Jean Cabot tu pourras ségondé.

Dans les Etats, hélas! faut-ti le dize
Nos orateurs, Godfray Le Sueux, Perrot,
Sont rempliéchis, nou zen bouffe de rize,
Par Dujardin et Jean Dangnié Cabot.
Mais y ne faut pas le dize à personne,
Car nou pourrait de nous se bain moqui,
A lue voteurs y faut que nou pardonne
Car ou viyie chest la faute au chorchi.

L'Anmin Flippe

 

 

La Première Plume de Jersey

Salut, bouan jour, eh bain commest qu'ou zêtes,
Nestche pas qu'agnait je sys un biau garçon
Et seux de plaize à tout's les jeunes drinettes
Quy m'appelait George le vier folichon

I' sys bain content car quyque bouanne criature,
Quyque riche vielle veuve, acheteu pouera m'aimé
Ou viyiz bain je ne sys pon un laidure,
Et j'sys tout prêt a me réenfammé.

Geo. Messervy, père

 

 

Le Juge de Quetteville

Et pis dont aitout y lia une jeune fille
Qui pense sus ses mitaines au Juge (de Quetteville)
Oul est gentiment belle, mais ou n'a pas de sous

Mais il en a des tas, et des tas dont partout;
Et oul est si aimable, Mons. l'Juge et mon doux,
Jammais nou na dit quou zetiez bain mauvais

Assa prennais pitié don et allais la vais
P'tetre quou ne pensa pon à la soupe récauffée.
 

 

Notre anmin Fauvé, je t'en prie,
Garde ta boîte bain remplie.
Prenant tan sno, chacun dizait,
Vive Fauvé et Simonet!

Les Ecrivains et Avocats,
Chacun le sait, ne donnent pas,
Comme nou dit lue lard ès tchians;
Aussin combain nou vit de gens.

Surprins, quand nous vint à savé,
Qui zavaient, a l'huissier Fauvé,
Donnait un divers biau present,
D'une boîte a sno, et d'argent!

L'Anmin Flippe

 

 

Sur l'air du Sire de Fich-Ton-Kang

Sue la presse mes louais sont faites,
Car je vait qu'il est pue zaizi,
Bain pue zaizi,
De vos contrôlé les Gazettes,
Que de contrôlé le marchi;
Oui le marchi.
Mais chutte Nouvelle Chronique
M'a si bain fortement tapait,
Si bain tapait,
Que depie j'en ai la colique,
Et peux à peine marchi drait,
Oui marchi drait.

Refrain.

C'est le Sire Thomas Jean
Qui s'en va zen guerre.
Le sâbre qu'il eut antan
Va renvié sous terre
Tous z'êcrits zutiles,
A deux sou l'numézo,
Même La Voix des Iles
Qui n'aime pas trop.

Une bonne loi sue la presse
Est nécessaire à tout jerri,
A tout jerri.
Si dans les Etats nou me laisse
J'en aizai yune, Ah! sapristi,
Oui sapristi.
Des Editeurs que l'écrituze,
Ne sait pas publiais sans mé,
Jamais sans mé.
Et pour la gazette à pictuze
Quique jour je vais l'êcrazé.
 

 

Le R'venant

Ah! Ha! m'er véchin garçons,
Qu'ès donc qu'ou faites en Jerri,
Eches la les bouannes lessons,
Du temps qu'èze vouos quitti.
Qui fortune de commerce hélas,
L'saffaithes vont comme n'ou les menne,
Calvins, Wesley, tous en embarras,
Mon doux qui rigondaine.
A hier tu n'ervendras pas d'main,
Tu couor pus vite qu'lé Nil,

Mouorant pour t'en prechain,
Gâs, commêque tout fil,
Les gens d'ach'teu sont trop heûthies,
Y poussent trop gueutrement,
Aipis dans d'grandes sueûthies,
P s'mêle dans l'us ïau.
J'vouos quittes tout dégouôté,
J'men vais la ouêque tout brille,
Car là, ni lune ni solé,
N'y change jamais d'mîne.
 

 

Le jour de quates sous

Douglas disait un jour,
Jour de schant louis pour t'y à l'arsenal,
Avec des iers comme un vautour,
En s'rangorgeant la falle.
Qu'in donnait pas teu qeuce du schant,
Pour quiqu'un d'nos gens,
Assembiais en régiment,
Comme un tas d'êfants...
Combain qu'il en donnait ach'teu?
Quand y sont sans l'us drapiaux,
Y les venait bain en deu,
De n'les porté pas pus hautt.
Entendons des drinets d'lucifers dithe,
A d's'hommes tappous en filles,
Eche pon assais pour faithe rithe,
Touos l's'autes pouores imbéciles,
Che's pouores petits coquets,
Y n'ont pas toutes l'us piumes
Le dun est sus l'us brais,
Partout la grève en fume.

Ah my good, halt, as you was,
Reight turn, dismiss dans la biâie.
 

 

L'Election de Mardi

Guilleaume, fils de Philippe Gaudin,
Est un bouan Jerriais,
Y n'aime pon langliaichin,
Pour ly ou vott'ais.
 

 

Un Rêve
De qui nou diza, peut-être que chest un rêve d'evilli.

Un songe! mais faut-il s'inquiéter d'un songe?
Entretient dans mon coeur un chagrin qui le ronge.
Racine

Un sé, je rvins siés nous bain tard.
Pour soupé je mangi du lard,
Et, dès que j e fus endormi,
Je me mins vîte à rêvachi;
Mais, dans mains de rain, je m'en vais
Vos dize chan que je rêvais.

Un tas de monde rexeptable
Etait à l'entou d'une table,
Sue qui yavait un grand pâtait
Que le chef avait entamait.
A table, il est fameux luron
Y dit chu pâtait-là sent bon;
J'aimezais bain fort en mangi,
Car il a l'odeu de rvazi.
Pie, zi dit depêchous nos gens
Hâtons vite affilais vos dents.
Un autre dit, pour quant à mé,
J'en voudrais bain un bouon morcé.
Un autre, ayant le nais bain fin,
Dit j'en voudrais bain un lopin.
Pie, yun qui n'avait pas dit un mot
S'écrie: j'en voudrais bain un miot.
Le chinquième dit, quant à mé
Y faut que j'en aie un gobé:
La chose n'iza pas bain drait
Si je n'en ai pas un bôquet,
Dit le sixième. Eh bain, ma fé!
Y faut que j'en aie un gouêpé,
Sêcriyi tout haut, le septième;
Et y m'en faut ma part, quand même.
Le chain, qui tenait la chandelle,
Lus dit ma fé, la chance est belle.
Et quant à mè je voudrais bain,
Si je peux, y mettre la main.
Mais le chef lue dit je propose
Pour tout contenté une chose.
Chès qui nos faut le divîsé
Et l'emporté chacun siés sé;
Chacun ainchin eza sa part.

Alors entrit un grand gaillard,
Portant en main un grand genêt.
Y lue dit "Messieurs si vos pliait
"J'ai quique chose ichin a dize:

(Toute la compagnie ha! ha! ha!)

"Ou n'avais pas besoin de rize,
" Savous bain que le grand pqatait:
" Ne seza d'ichin emportait,
"Devant qu'au mains y sait paiyi.
"Y n'est pas jusqu'au boulangui.
"Qui n'ait rchu la moindre freluque.
"Et j'en juze, par ma perruque,
"Que si quicun y met la main,
"Je vais l'arrangi pour certain"
Pie, san genêt, y brandissait
Comme un jour nou vit Jean Roussait,
Atou san sâbre dans ses chours,
Pie zy dizait: "Messieurs, les jours
De chacun de vous sont contais;
Si le grand pâtait ou touchais
Et trejoue sans tambour ny fifre
Y vos groupait chiffre sus chiffre,
Chan qui les mins dans l'embarras.
Car les chiffres ne mentent pas,
Personne ne peut en rabattre,
Deux et deux ont trejous fait quatre.

Viyant chonna pour quant à mé,
Je trembliais dans ma pouore pé,
Et je sentais monté la fièvre
J'etais aussi trembliant qu'un lièvre
Que nou za veu mouozi de peux
Devant le fuzi d'un chasseux
Pie, regardant sue la muzaille
J'y lut la vielle devinaille
Mané, Mané, Tekel, Pharés

Et je me dis, Hélas! Jerriais!

L'Anmin Flippe

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises