Les Pages Jèrriaises

Les Russes en Jèrri

"P'pée," Frankie m'dit l'aut' sé: "Un mousse m'a dit à l'êcole aniet qu'san p'pée l'y'a dit qué l's'armées Russes avaient otchupé Jèrri, - mais qu'y'a longtemps. Est-che vrai?"

"Eh bein, man garçon," j'li dis: "Ch'est vrai qu'à un moment donné, i'y'avait un tas d'soudards Russes en Jèrri, mais ch'n'tait pas eune armée d'otchupation, Maît' Fraînque Le Maistre tchi s'èrconnait hardi dans l'histouaithe de Jèrri, tait à m'en pâler un Jeudi au sé quand j'tions assis auprès du feu dans sa tchuîsinne quandis qu'sa bouannefemme tait à nouos faithe eune tasse de café."

"I' pathait qu'y'avait eune armé Anglo-Russe en Hollande en dgiex-sept chent nonante-neuf, et que l'gouvèrnément Angliais s'décidit d'les faithe èrvénîn passer l'hiver en Angliétèrre. Mais quand les grosses-têtes du gouvèrnément vîntent à y r'fliéchi, i' trouvîtent tchique louai qui n'lus permettait pas d'garder des soudards d'aut' pays en Angliétèrre, et i' fallut trouver tchique pliaiche pour les louogi."

"Comme l's'Angliais pensent tréjous à Jèrri comme eune bouanne pliaiche à d'meuther, i' pensîtent tout d'suite que ch'es'sait justement la pliaiche pour y met' les Russes à passer l'hiver, et comme i' n'y'éthait p't'êt' pas assez d'run pour les met' tous en Jèrri, i' fut décidé d'en env'yer en Dgèrnési étou."

"Mais iou qu'i' les mîntent ta d'meuther, touos ches soudards-là, p'pée?" Frankie mé d'mandit. "Eh bein, man fis, i' faut penser que ch'n'tait pas aisi d'trouver assez d'maisons dans not' pétit Jèrri d'eune minnute à l'autre," j'lî dis: "Il' en mîntent dans l'Fort dé St. Aubin, dans l'châté d'Mont Ordgi à Gouoré, dans l'châté Lisabé, l'Probytéthe de St. Brelade et l'Manyi d'St. Ou. Mais n'y'avait pas acouo assez d'run pour tous, et i' fûtent oblyigis d'bâti. I' pathait que ch'tait dans chu temps-là qu'les bèrraicks d'la Grève-de-Lé fûtent bâties, et que ch'tait pour y met' des Russes. En attendant qu'y'ieusse assez d'run, les soudards restîtent à bord des navithes."

"Iou qu'étaient les navithes, p'pée?" Frankie mé d'mandit. "J'pense bein tch'i' taient dans la cauchie, eu en rade," j'lî rêponnis: "J'crai qu'y'avait dans les vîngt mille Russes ichîn entre dgiex-sept chent nonante-six et dgiex-huit chent deux, bieau qu'y'a ieu d'difféthents opinions quant au nombre. Certains êcrivains nouos disent qu'y'en avait siex mille, d'aut' nouos disent huit mille, - mais les Rôles de Régiment de chu temps-là, de tchi Mess Le Maistre en a eune copie, donnent le neunmétho comme étant vîngt mille. Dans autchun cas, ch'est seux qu'y'en avait eune racachie."

"Quand tu verras t'n'amîn à l'êcole demain, tu pouorras lî dithe de dithe à san p'pée que Jèrri n'a janmais té otchupé par les Russes. I' taient seulement louogis ichîn en attendant d'êt' r'env'yés siez ieux."

"I' pathait étout, qu'y'avait des Cosaques parmi les régiments Russes. Les Cosaques sont des soudards-à-j'va tchi sont èrnommés partout dans l'monde, et il' ont des supèrbes j'vaux. Quand i' lus laîssîtent en Jèrri, d'ches j'vaux-là, et j'ai ouï dithe que le j'va Jèrriais, - (i' n'y'en a pas acheteu, touos les j'vaux en Jèrri sont v'nus d'France ou d'Angliétèrre) - en n'tait d'scendu. J'n'crai pas qu'bein des piéches en Jèrri aujourd'aniet ont ouï ch'là!"

George d'la Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises