Les Pages Jèrriaises

En Russie

Quatrième partie

Aigre, en Charente,
France

Lé 18 septembre, 1971

Moussieu l'Rédacteu,

Léninegrad est eune belle grande ville dé trais millions neu chents mille pèrsonnes - la deuxième pus grande dé l'Union Soviétique, située sus la Néva. Ch'tait là qué l'fanmeux Lénine démeuthait et travaillait, et ch'tait en 1891, l'année d'ma naîssance, tch'i' pâssit ses examens d'êcrivain à l'Univèrsité tch'a vîngt mille êtudiants aujourd'aniet. Ch'est dans la fortérèsse dé St. Pièrre et St. Paul, c'menchie en 1703, qué touos les Tsars dépis Pièrre lé preunmyi sont entèrrés. Ch'tait à Léninegrad qué l'fanmeux musicien Tchaikovsky et bein d'autres musiciens tchi sont fanmeux étout d'meuthaient. Les Russes aiment lé thiâtre dramatique, et y'en a dgix dans la ville.

Léninegrad souffrit terribliément dans la deuxième grand' dgèrre quand l's Allemands l'assiégîdrent pour 900 jours, et l'dgide nouos dit qu'un million, deux chents mille pèrsonnes pèrdîdrent la vie; 632,000 tchi n'taient pon soudards mouothîdrent dé faim et d'maladie, et 17,000 fûdrent tués par lé feu des bombes et du canon. Un d'mié-million d'ieux sont entèrrés dans l'chînm'tchiéthe Piskaryovskoye qué j'allînmes vaie.

Lé palais d'hiver des Tsars, bâti en 1762, est un mûsée à ch't heu, iun des pus grands du monde, et là nou vait l's oeuvres des fanmeux peintres da Vinci, Titian, Rembrandt et Reubens, et y'a pus d'deux millions d'objets d'toutes les sortes exhibés. La grandiose Cathédrale Orthodoxe dé St. Isaac, dans tchi tchînze mille pèrsonnes pouvaient assister ès sèrvices en même temps, est un mûsée étout d'nouos jours. Mais y'a tant d'choses à vaie à Léninegrad tch'i' faût qué j'm'arrête d'en pâler car i' prendrait trop longtemps à les dêtailli.

Eune belle promenade par hydro-glisseur sus la Néva vouos amènent à Petrodvorets, un par tch'est en êffet eune ville de pavillons, gardîns et fontaines. Quand tout ch'la fut c'menchi par lé Tsar Pièrre I en 1709 s'n ambition 'tait d'dêpâsser la grandeu et la bieauté d'Vèrsailles, et i' n'y a qu'à y aller pour vaie tch'i' rêussit à l'faithe. I' vaut la peine dé y'aller quand ch'né s'sait qu'pour vaie les fontaines soûfflier l's ieaux eune chînquantaine dé pids en l'air en d'vant d'un palais tch'est iun des pus bieaux bâtisses du monde. L's Allemands fîdrent dé lus mus pour dêtruithe tout l'par en 1941, et i' rêussîdrent à ruinner un tas d'pavillons et copîdrent un tas d'bouais - comme i' fîdrent en Jèrri - mais nou n'lé dithait pon à l'vaie à ch't heu. Eune aut' belle pétite ville là l'tou est Pushkin, nommée pour lé poëte dé chu nom-là - lé Shakespeare d'la Russie. La ville soulait aver nom Tsarskoye Selo (Lé Village des Tsars). Ou fût ruinnée par l's Allemands étout mais oulle a 'té restaurée.

Dé Léninegrad j'nouos en feûnmes à Moscou par avion. Lé viage prend septante munnutes. Là, j'feûnmes havrés dans la pus grande hôtel du monde, l'Hôtel Rossiya (Russie). Oulle a trais mille chambres et peut havrer siex mille pèrsonnes en même temps. Oulle est absolûment modèrne et bein meubliée. Mais la grande attraction d'Moscou est san "Vièr Marchi" - La Place Rouge (Red Square en angliais). Ch'est là tch'est l'mausolée dans tchi qu'lé cadâvre embaumé dé Lénine fut mîns en 1924. Les Russes veinnent dé toutes les parties du pays pour lee vaie, et touos les jours nou vait eune longue procêssion d'gens, hommes et femmes et êfants, trais ou quatre dé laize en rang, à marchi douochement jusqu'à l'entrée du mausolée, gardé par deux soudards armés, comme sentinelles.

J'prînmes nouot' pliaiche dans la procêssion d'bouanne heuthe lé Dînmanche matîn, et eune démi'-heuthe pus tard j'tions dans l'sombre mausolée. Y'a un tas dé d'grés à d'valer, et nou n'y vait pon cliai, mais des soudards sont d'but l'long des d'grés et vouos souôtcheinnent lé bras si nou choppe en d'valant. Beintôt nou s'trouve en fache du fanmeux cadâvre. Lénine, habilyi dans ses habits du Dînmanche, est là sus un manniéthe dé catafalque souos la lueu des lampes êlectriques. I' pathait comme s'il 'tait à dormi. Nou-s-a eune bouanne idée d'sa philomie d'vant entrer là, car nou vait san portrait en grand partout dans les villes sus les muthâles et bâtisses et dans les boutiques. L's embaumeurs ont fait lus tâche comme i' faut. Il est bein présèrvé, et pathait naturel.

Les héros Soviétiques sont entèrrés lé long d'la muthâle du Kremlin et driéthe lé mausolée. Y'en a eune bouanne rangie, et lus noms sont sus des pliaques en marbre sus la muthâle. Y'a eune pliaiche à part pour la tombe du soudard înconnu, et eune fliambe est tréjous alleunmée en s'n honneu. Ch'tait întérêssant d'vaie qué Staline, tch'avait 'té embaumé étout et mîns à côté d'Lénine dans l'mausolée pour eune volée mais halé d'là et entèrré dans l'temps d'Kroustchev, a eune tombe un mio à part des autres, mais directément drièthe lé mausolée, lé long d'la muthâle du Kremlin, et y'a eune statue d'li-même dessus.

(À siéthe)

George d'la Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises