Les Pages Jèrriaises

Lé pouôrre vièr Jèrri s'en va!

J'ai pensé qué ch'est dans l'Bulletîn d' L'Assembliée qué j'dévthais dithe chein qué j'sai et qué j'veurs dithe quant à la manniéthe qué nouot' vièr Jèrri s'en va à grands pas. Et j'peux méme dithe - est quâthi hors! Hélas, j'ai veu ch'la s'faithe né v'là dêjà bein d's années, et jé l'vai acouo touos les jours dé pus en pus. J'm'en vais, don, mé lamenter en vouos dîthant ch'la comme v'là tchi m'veint à l'idée, ofûche sans grand ordre et gentiment au co l'heuthe. En touos cas, ch'est la tristre véthité. "Bouistre d'pliaintuche", cèrtains dîthont... Tant piéthe, dgia, ch'est d'même. Né v'chîn, acouothe eune fais, tchiques exempl'yes du Jèrri qué nou-th-a connu et tch'a dispathu.

Où'est don tch'est l'temps du j'va et du hèrnais, quand nou r'connaîssait lé pas dé châtchun des j'vaux dans un vaîthinné, ou d'à l'entou - ou l'trot dans l'quèrre? Et, ofûche, comme nou dîthait, lé balêt des reues d'hèrnais dé bouôn matîn, dans les vraitchaîthons sustout? Et les bouons vièrs noms des j'vaux - Bijou, Poulot, Mîngnonne - qué nou changit à "Bob" et "Polly'" et "Dolly"! Tch'est tchi s'gêne dé couoyer comme nou l'faîthait aut'fais? Vouos rapp'l'-ous, les pus anciens, comme tchi qu' nou liêthait la gâthette à tchête dé jeu tout près la f'nétre pouor èrtèrgi l'alleunm'thie d'lampe? Et comme tchi qu' nou faîthait sèrvi des tîthons du feu d'trépid pouor sauver même sus l's alleunmettes? Nou-th-allait lé long des rues, dans les clios ou les vallettes, gliainer des bûtchettes pouor couochi l'feu, et même des couépieaux pouor brûler. Dé nouos jours, i' n'y'a même quâthi pon d'feunmée tchi sort des cheunm'nées! Bein des gens né faîthaient pon sèrvi "deux graisses" sus lus pain, comme i' dîthaient. Du beurre ou d'la gelée - mais pas les deux. Et pas tant d'gâchinn'nies, d'un bieau but, mouôn Doue d'la vie! Et pouortant, la nouôrrituthe était aussi bouonne, même miyeuthe. Nou n'connaît pus tous et châtchun, comme dévant. Eune mâsse dé gens né connaîssent fistuthe dé lus vaîthîns. Nou-th-a dêpiet dé vaie tant dé ches êtrangièrs parmi nous, hardi d'ieux souvent pliein d'hardgièche et d'affront, et n'sé d'mentant mie dé nouot' manniéthe dé vivre bein Jèrriaîthe, tant et si bein qué hardi d'nous finnissent par laîssi couôrre tout ch' tchi nouos appartcheint d'vieillèche, d'vis et couôteunmes et traditions. Les Jèrriais, nous-mêmes, s'en vont dêliêment, et des doûthaines dé fanmil'yes ont dispathu en entchi dé châque pâraisse. Lé progrès - lé transport d'au jour d'aniet, les nouvelles dé radio et d'gâthettes Angliaîches dé toutes les sortes, et l' "escliavage" à la télévision - tout ch'la a changi la vie dé l'un et d'l'autre. I' n'pathait pon y'aver acouo si longtemps qué nou marchait, par exempl'ye, dé St. Ou jusqu'au bas d'Bieau Mont pouor prendre lé "train" en Ville. Et pis, ouand nou-th-allait don, comme avièrs, en êté assis sus les bathis dé d'vant du viage dé patates dans la vainne - tchi jouaie! Ch'tait si agriabl'ye, quand i' faîthait bé. Mais tchiquefais quand i' s'abattait eune ôrage, dgia, ou tch'i' c'menchait à vèrser d'plyie ou d'brousse - ah, bein seux, ch'tait bein aut' chôthe. Mais, v'là tch'aîdgait au mains à nouos endueurchi!

Les assembliées ont dispathu - ches rassembliéments d'gens d'un vaîthinné siez l'un siez l'autre, ou ès pallions à l'ouvèrt au dînmanche l'arlévée pouor faithe du flianné. Tout a tellement changi - ch'est vralement încriyabl'ye - ch'est "New" Jersey, dé nouos jours!

Nou nouos apprînt, dès nouos p'tits jours comme avièrs, à marchi à la gauche dans les rues; à ch't heu nou-th-est suppôthés marchi sus la drouaite. Et pis, né v'là les gens tchi pèsent douze et treize "stones"! J'n'y comprends 'couo rein, mé, dans tout ch'la. Pouor mé, ch'est chent souaixante-huit livres, ou chent huiptante-deux, à la manniéthe Jèrriaîthe bein seux.

Mais l'empiêtement par ches êtrangièrs es'sa bein vite compliet. Ch'est d's hôtels et d's aubèrges, et des maiethons d'conmèrce en as-tu en veurs-tu... - Et d'l'Angliaîchîn partout. Nou n'pâle pus la vielle langue même au bestchias. Et les deux'trais vrais Jèrriais comme nous tchi restent sé gardent à part dé pus en pus. Nouos couôteunmes et nouos traditions sont quâthi toutes hortes. N'y'a quâsi pus d'mêssieux d'noblièche Jèrriaîthe dé restant, et la grand' partie des belles et vielles propriêtés sont dans les mains d's Angliais.

Véthe, Jèrri avait resté eune île bein Nouormande, en dépit d'tout, pouor mille ans. Lé vîngtchième siècl'ye sustout étha changi tout ch'la. Et, à part des Angliais, j'en avons bein d'aut's, dé toutes les races ichîn d'nouos jours, et quand nou va en Ville, ch'est à peine si nou rencontre un seul vrai Jérriais. Pis, mouon Doue - tout chu c'nîn qu' j'avons dans l'Île dé nouos jours nouos en veint d'partout, sémnâge, dé ches dêguenilyis, dé ches péhons et d'ches peûles, du peltas, d'la peûtraille, du râcas!

Janmais d'autre nou n'érouitha dé p'tits avièrs dévîther dans nouot' bouonne vielle langue. N'y'étha, par exempl'ye, janmais occâsion d'autre dé dithe à un p'tit êfant tch'a sommé tch'il a Thomas dans les cricots, ou qué "Né v'lo Thomas atout ses chabots d'laine" (pouor l'emporter dans l'rouoyaume des taupes).

Oui, j'm'en lamente hardi, dé tout ch'la. Mais chein tchi m'fait acouo pus d'peine, ch'est qué quâsi touos les Jèrriais tchi restent n'ont pus autcheune conscienche entouor, et n'sé d'mentent pon du tout dé chutte pèrte dé tant d'tchi tchi nouos appartcheint, et sustout d'nouot' vielle langue - nouot' pus précieux héthitage!

"Un vièr Jèrriais"

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises